Pitchfork Festival – troisième jour

Dernier jour du Pitchfork Festival à la Grande Halle de la Villette… On commence à accuser le coup, mais on a très envie de continuer à découvrir tous ces groupes en live ! Au menu : les percutants Cloud Nothings, les précieux Purity Ring, le magnétique Twin Shadow, les violents Liars, les séduisants Breton et les indécis de Grizzly Bear. On a malheureusement pas eu l’énergie nécessaire de rester jusqu’à Simian Mobile Disco

Au passage, on a loupé Isaac Delusion mais on les avait déjà vus en première partie de Cold Specks.

Cloud Nothings

Les petits jeunes de l’Ohio font rugir leurs guitare et mais se font bientôt supplanter par la batterie. Le chant est anecdotique, et les trois guitares déchaînées ne font clairement pas le poids face à la batterie. Le set est, comme leur deuxième album Attack On Memory, assez indécis : on commence en punk-rock, on part ensuite sur des terres plus post-rock, on revient à du metal puis évoluer vers du grunge. Mais l’ensemble reste efficace, puisque les slams éclosent bien rapidement.

YouTube Preview Image

Purity Ring

Le jeune duo originaire de Montréal n’est pas venu les mains vides : ce doit être un des seuls groupes à jouer aussi tôt qui décide de décorer la scène. Sous des lampes roses, la jolie Megan James chante pour Corin Roddick qui illumine ses percussions en rythme. Le chant robotisé fait parfois penser à Björk sur Homogenic, mais la demoiselle ne semble pas oser projeter sa voix : comme sur l’album, elle chantonne pour elle-même. L’ensemble est séduisant, mais sonne un peu creux.

YouTube Preview Image

Twin Shadow

La thérapie de George Lewis Jr. est assez difficile, car il faudrait oublier avant de confesser. Néanmoins, Twin Shadow défend ses paroles avec conviction, aussi simplistes soient-elles sur ‘Five Seconds’. Sa voix de crooner permet à elle seule d’assouplir le son étrangement rigide de la basse et la froideur placide des synthés laser. Il donne même du relief à cette batterie déterminée plus que déterminante.

Par contre, y’a un côté très glam rock qui traîne dans ses sons, des faux airs de Springteen dans son jeu de scène, des enchaînements dignes de Jon Bon Jovi assez dérangeants… Remarquez, ça fonctionne : il a même réussi à faire se déshabiller quelques bellâtres dans la salle pour faire tourner les sweat-shirts et autres pulls aux armes de cervidés !

YouTube Preview Image

Liars

Les lumières s’éteignent, une musique rappelant un film avec Fred Astaire monte, mais se retrouve cassée dans son élan ‘Brats’. Une vidéo se déroule en fond de plateau, un plan fixe animé par les allers et venues des membres du groupe. Sur scène, ils sont tous habillés de manière ridicule : des nattes pour Julian Gross, un style épouvantail pour Aaron Hemphill et toujours ce look à la cousin machine pour Angus Andrew.

Si le nouvel album WIXIW est moins aliénant que son prédécesseur Sisterworld, il y a un côté inquiétant à voir le chanteur se lancer dans une choré incohérente sur cette indus. Le prédicateur a fait place à un pantin désarticulé, les chœurs doucereux sont achevés par des cris déchirants de coyote, et les percussions macabres sont cassées par la voix de fausset… On est partis pour un concert de décérébrés.

Le public a l’air soit apathique, soit déjà sourd à cause du volume sonore… Mais c’était sans compter sur la fameuse ‘Scarecrows in a Killer Slant’ avec ses vocalises foireuses mais jouissives. La vidéo s’excite sur ‘Flood to Flood’ puis ‘No. 1 Against The Rush’ survient, monte, mais ne libère rien… Que s’est-il passé pour qu’un groupe aussi fracassant devienne aussi calme ? Où est passé le mal-être qui prenait à la gorge ?

Un tremblement de terre : le groupe s’énerve enfin sur ‘Plaster Casts of Everything’, paru en 2007 sur Liars. Une petite comptine est perturbée par des jappements, une répétition obsessive transforme le morceau en exutoire frustrant. On finit ce set bien trop court par ‘Broken Witch’, d’un de leurs premiers albums, pour laquelle Angus imite un poulpe pendant que la musique scie tranquillement le crâne de l’auditoire.

YouTube Preview Image

Breton

Pour la Gaîté Lyrique, le collectif s’était un peu reposé sur ses acquis. Ca faisait plaisir de les voir se motiver, comme ayant envie de prouver quelque chose : de faire une impression dans la programmation d’artistes émergents. Au passage, Roman Rappak en profitera pour remercier aussi la foule, car, sans le public français, Breton n’aurait pas évolué aussi rapidement. Il est vrai que les Trans Musicales ont été un des premiers gros festivals à leur faire confiance quand le groupe faisait encore les premières parties de Tom Vek et Is Tropical.

YouTube Preview Image

Grizzly Bear

Avec le nouvel album Shields, Grizzly Bear voulait montrer qu’ils étaient loin d’être des barbus tout calmes. Aussi, aidés de jeux de lumières très colorées, ils se décarcassent pour faire bouger la foule, gardant ces lourdes intros et outros très solennelles. Ils n’en sont pas plus électriques pour autant, voire certaines de leurs compos tombent dans une facilité FM, comme ‘A Simple Answer’. On apprécie pourtant ‘Yet Again’, sur laquelle la batterie révèle toute la complexité de la ballade (même si ça rappelle un peu du Coldplay par moments).

Malgré tous leurs efforts, les fans restent des inconditionnels des promenades dans les bois à la Veckatimest, des chœurs inspirés menés par une voix vaporeuse comme ‘Foreground’… Ces mélodies teintées de romantisme comme ‘Cheerleader’, ces murmures à l’oreille comme ‘I Live With You’, cette puissance de chants qui se mêlent… Deux semaines plus tôt, Grizzly Bear avait brusquement quitté la scène jugeant leur public trop sage, voire trop vieux ! Mais ce soir, comme pour s’amender, c’est qui en rajoutent niveau remerciements.

Après le fameux ‘Two Weeks’ (qui avec ce piano trahit un petit penchant pour Lilly Allen), la batterie essaie de tirer tout le monde de sa torpeur en donnant tout ce qu’elle a sur ‘Half Gate‘ qui explose en rock très Brian Wilsonien. Puis le public est victime d’une prise d’otage lumineuse et sonore avec des accords dissonants au piano pour la latente ‘Sun In Your Eyes’. Au moins, ils ont gardé le côté psychédélique…

YouTube Preview Image

Réclame

Attack on Memory, le deuxième album de Cloud Nothings, est paru chez Pias.
Shrines, le premier album de Purity Ring, est paru chez Beggars.
Confess, le deuxième album de Twin Shadow, est paru chez Beggars.
WIXIW, le sixième album Liars, est paru chez Mute.
Other People’s Problems, le premier album de Breton est sorti chez FatCat Records.
Shields, le quatrième album de Grizzly Bear, est paru chez Warp.


Remerciements : Melissa Promotion

Catégorie : A la une, Concerts
Artiste(s) : , , , , , ,
Salle(s) :
Evenement(s) :
Production(s) : , , , ,
Ville(s) :

8 réactions »

  • Menomena au Point FMR | Le Transistor :

    […] de Justin, qui semble ici régler des comptes. On bascule alors dans une ambiance proche de Liars (au Pitchfork), avec l’inquiétant chant qui déchire l’atmosphère pendant que le clavier tente en vain de […]

  • Solange – True | Le Transistor :

    […] signe donc chez Terrible Records (le label de Chris Taylor, Grizzly Bear) et s’accoquine avec Dev Hynes (Mr Blood Orange/Lightspeed Champion) qui lui ciselle un son à […]

  • Primavera Sound ou le parcours du combattant | Le Transistor :

    […] plus expérimentaux Deerhunter. Aux alentours de 23h, les choses sérieuses commencent : alors que Grizzly Bear (Pitchfork festival) tient la scène Primavera, la scène ATP enchaîne Hot Snakes, Death Grips et Fuck Buttons… mais […]

  • Eurocks 2013 – Jour 2 | Le Transistor :

    […] sur des envies plus rock expérimental. Sur leur album, on retrouve des sons indus, flirtant avec les déviants Liars. Mais ce soir, la subtilité est de mise. Relâchant le contrôle sur leurs compositions, le groupe […]

  • Gagne ton pass 3 jours pour La Route du Rock Eté 2014 - Le Transistor | Le Transistor :

    […] l’urgence de Metz (vus au Primavera Sound festival), l’indus délicieusement angoissante de Liars (vu au Pitchfork festival) pour clore avec le sublime de […]

  • FNAC Live 2014 - Morceaux choisis (suite) - Le Transistor | Le Transistor :

    […] France, car aucun festival ne leur résiste. Le Transistor a pu les découvrir aux Trans Musicales, puis l’année suivante au Pitchfork festival. Cette année, pour l’album War Room Stories, après le Printemps de Bourges, le FNAC Live était […]

  • Rock en Seine 2014 - Jour 3 - Le Transistor | Le Transistor :

    […] de voir l’évolution des Cloud Nothings qui ne nous avaient pas trop marqués lors du Pitchfork Music festival il y a deux an…, Le Transistor se dirige vers la Scène de la Cascade. La batterie roule, ça gueule, le guitariste […]

  • Wavves et The Videos au Badaboum - Le Transistor | Le Transistor :

    […] criant de Blink-182. Wavves propose ensuite ‘No Life For Me’, issu de sa récente collaboration avec Cloud Nothings. On regarde le joli déferlement de boucles déclenché par les headbangs du bassistes sur des […]

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins