Entretien avec Minor Victories

Mine de rien, Minor Victories c’est un super groupe. Dans tous les sens du terme, mais surtout parce que c’est l’association de Justin Lockey de Editors, Rachel Goswell de Slowdive, Stuart Braithwaite de Mogwai et James Lockey (oui c’est le frère du premier) de Hand Held Cine Club. Chacun dans son coin, les musiciens ont construit leur album ensemble à coup d’emails et de skype… jusqu’à ce que Mark Kozelek (aka Sun Kil Moon) vende la mèche au magazine Pitchfork ! Rachel et Justin étaient de passage à Paris pour nous raconter leur aventure.

Minor Victories

Pour l’anecdote, Justin et Stuart ne se sont rencontrés qu’une fois le projet bien avancé… par hasard ! « Sans le savoir, Stuart était dans ma ville. Il discutait avec un mec dans un pub de Newcastle, et a commencé à parler de ce projet. C’est là que le mec lui dit que j’habite dans le coin. Donc Stuart m’a envoyé un SMS, et c’est comme ça qu’on s’est rencontrés pour la première fois ! »

C’est étonnant de voir des groupes aux carrières bien chargées se retrouver pour un nouveau projet.
Justin : On n’a pas monté ce groupe parce qu’on s’ennuyait. C’est arrivé parce que Slowdive et Editors ont le même manager : Rob m’a dit que Rachel était très cool et qu’on s’entendrait bien. Alors je lui ai envoyé un email pour savoir si elle serait intéressée par un projet. Et on a commencé à bosser sur des morceaux par email, c’était il y a deux ans peut-être ?
Rachel : Un an et demi je dirais.
Justin : Juste moi et Rachel. Mais on était assez flemmards…
Rachel : J’étais moi-même assez prise il faut dire avec la tournée.
Justin : Oui et avec Editors était sur le point de faire un album. Mais six mois plus tard, Rachel est venue chanter sur l’album In Dreams. C’est là qu’on a parlé de finir les morceaux sur lesquels on avait commencé à bosser tous les deux. Quelques mois plus tard, Rachel sortait tard de répèt’ avec Slowdive, et m’a envoyé un SMS pour me demander si on allait les finir ces morceaux !
Rachel : C’était un sms alcoolisé ! (rires)
Justin : A ce moment-là, j’ai demandé si on devait impliquer plus de monde dans le projet. Rachel m’a dit qu’elle croisait beaucoup Stuart de Mogwai.
Rachel : En 2014, on a fait beaucoup de festivals avec Mogwai, et on s’est à chaque fois bien entendus.
Justin : Donc c’était un choix évident.
Rachel : C’était un premier choix surtout !
Justin : Et Stuart était partant. Même s’il est toujours occupé…
Rachel : Coup de chance, l’année dernière il a eu un creux ! C’était parfait car ils n’ont enregistré Atomic qu’en octobre de l’année dernière. Ils sont rapides pour les albums chez Mogwai.
Justin : Puis j’ai mis aussi mon frère dans l’histoire, et voilà. C’était assez simple au final, c’est juste que ça a pris du temps. »

YouTube Preview Image

C’est Justin Lockey qui a orchestré tout ce petit monde de chez lui.
Justin : Chacun savait plus ou moins ce qu’il faisait mais quand on compose avec des musiciens d’autres groupes, on sait pas comment ils travaillent. En plus, jusqu’à mars dernier, on ne s’est jamais croisés tous ensembles.
Rachel: On s’échangeait des emails, ce qui rend les choses plus simples, parce qu’on peut faire les choses à notre rythme, sans personne qui commente sur notre méthode, donc on peut faire ce qui nous paraît naturel.
Justin : On s’est échangé nos parties, jusqu’à ce que ça ressemble à un album. Et quand ça a marché, on s’est dit : oh merde, on a un album ! Il va falloir en faire quelque chose. Maintenant il faudrait peut-être se rencontrer et répéter… c’est là que c’est devenu réel.
Rachel : On savait quelque part que ça allait devenir un album, mais…
Justin : Quand on est assis face aux morceaux, avec les vidéos finies, on se dit merde, je suis dans un autre groupe maintenant !
Rachel : Et un bon groupe avec ça ! »

Le fait de ne pas se voir peut aider à se dire les choses entre musiciens de renom.
Justin : En fait, personne n’a proposé de mauvaises idées !
Rachel : Du moins, rien ne nous a paru merdique !
Justin : Stuart m’a envoyé environ un million de parties de guitare, et m’a laissé choisir ce qui me paraissait le plus adapté. C’était facile d’assembler le tout, car chacun m’a filé plus que nécessaire.
Rachel : Mais on ne fait pas de manières entre nous, on est honnête les uns avec les autres. Parce que sinon, il n’y a aucun intérêt : on finit avec un album de merde !
Justin : Si Rachel m’avait rendu un truc dégueu, je lui aurais direct envoyé un email, puis un SMS…
Rachel : Pour me prévenir qu’il allait débarquer !
Justin : Mais on attend la même chose des autres à notre égard. »

YouTube Preview Image

Au bout de six mois de travail, ils se sont enfin retrouvés tous les quatre pour une répétition.
Rachel : On skypait quand on devait parler business, parce qu’on habite aux quatre coins du pays.
Mais on s’envoyait des emails tous les jours.
Justin : Sans rire, tout le temps où on a bossé sur l’album, j’avais plus de contact avec Rachel qu’avec la femme avec laquelle je vis.
Rachel : C’était plusieurs fois par jour : on y travaillait sans arrêt.
Justin : Quand on est jeunes, on a besoin de cette alchimie dans une pièce, mais avec l’expérience, c’est plus simple de trouver sa place par rapport les autres : on n’est pas là à essayer de prouver quelque chose. Dans le rock, toute cette mentalité de gang, c’est valable quand on part en tournée, à répéter et traîner tout le temps ensemble.
Rachel : On a juste fait un album qu’on aime, sans aucune pression.
Justin : En vrai, je crois que Minor Victories c’est le groupe dans lequel j’aurais adoré joué quand j’étais plus jeune. Le moi jeune serait allé voir ce groupe et aurait crevé d’envie d’en faire partie parce que ça joue très très fort, que c’est très mélodique et harmonieux. »

Minor Victories prouve qu’il est possible de créer un album de manière immatérielle.
Justin : A nous quatre on a fait un paquet d’albums et joué dans un paquet de groupes. Donc faire celui-ci n’était pas compliqué, parce qu’en plus il n’y avait pas de stress à l’idée de le faire… parce que personne n’en savait rien.
Rachel : Si ça marchait pas c’était pas grave !
Justin : Jusqu’à ce que Mark Kozelek [qui est invité sur le titre ‘For You Always’] parle à Pitchfork de notre projet.
Rachel : Quand on a vu ça, on l’a maudit !
Justin : Oui, il nous a putain de fallu tout finir (rires) S’il avait rien dit, le projet serait encore dans les cartons !
Rachel : C’est de la faute de Mark en vrai si l’album existe ! (rires) »

YouTube Preview Image

Avec James Lockey dans le groupe, la vidéo est un aspect essentiel de Minor Victories.
Justin : Mon frère et moi on fait des films, et pour ce groupe, comme on est tous dispersé, on avait besoin de vidéos qui signifient quelque chose pour nous tous. Donc les films essaient de refléter notre expérience, ce qu’on aime. On voulait pas non plus qu’on nous voie, en gang comme des cons. Donc les vidéos disent des choses, sans jouer avec les paroles, parce que les paroles de Rachel sont fortes.
Rachel : Oui, on n’a pas besoin d’avoir une vidéo qui colle littéralement.
Justin : Rachel c’est les paroles, et visuellement, c’est mon frère et moi. On a donc essayé de trouver notre propre traduction.
Rachel : Il va nous falloir une boule à facettes à un moment. Parce que vous avez eu droit à vos skateboards.
Justin : C’est vrai que James, Stuart et moi sommes de grands fans de skateboard. Et pour exprimer cette passion commune, on n’a pas voulu se montrer sur des skates, parce que ce serait stupide, mais on a fait un film dessus. En fait on essaie de montrer l’histoire du groupe, sans raconter : on montre ce qu’on est sans dire d’où on vient. »

Réclame

Minor Victories, le premier album de Minor Victories, est paru chez [PIAS] Minor Victories sera en concert à la Route du Rock Eté, au Pukkelpop, au Pitchfork Music Festival Paris, et au Iceland Airwaves
Mogwai sera en ciné-concert le 3 juillet pour le festival Days Off à la Philharmonie
Editors sera en concert à Rock en Seine
Lire l’interview de Slowdive
Lire l’interview de Mogwai
Lire le live report de Slowdive à la Route du Rock
Lire le live report de Slowdive au This Is Not A Love Song
Lire le live report de Mogwai au Pitchfork Music Festival Paris
Lire le live report de Mogwai à l’Olympia
Lire le live report de Mogwai aux Folies Bergères
Lire le live report de Sun Kil Moon au NOS Primavera Sound Porto
Lire le live report de Sun Kil Moon à la Route du Rock


Remerciements : Jennifer [PIAS]

Catégorie : A la une, Entretiens
Artiste(s) : , , ,
Production(s) :

2 réactions »

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins