Printemps de Bourges 2016 – vendredi

Troisième jour du festival, et le soleil n’est toujours pas très clément avec Bourges. Qu’à cela ne tienne, Le Transistor a fait un tour en off du Printemps pour voir Adella à Bandes de Bourges, puis une fois réchauffé à l’Auditorium avec la douceur de Noiserv et le savoir-faire de Bachar Mar-Khalifé, est reparti en scène extérieur tâter du Robert Le Magnifique. Enfin, après les turbulents Yak, qui venaient défendre leur premier album Alas Salvation au 22, on a réussi à atteindre le Palais d’Auron pour choper la fin du set d’Odezenne.

Adella

En off du festival, c’était la première édition de Bandes de Bourges (slogan du festival officiel l’année dernière). Malgré la pluie, la programmation s’est maintenue avec notamment Adella, une jeune demoiselle qui rappelle fortement Robi dans l’esprit. Si elle semble se cacher derrière sa guitare acoustique, elle dévoile sa fragilité au travers de son violon. A la manière de la sensuelle Vanessa Paradis, elle empoigne parfois le micro avec ferveur, et à d’autres moments enjôle du bout de ses lèvres sucrées, avec la délicatesse d’une Emily Loizeau.

YouTube Preview Image

Noiserv

A l’Auditorium, on reste dans le sucré avec le délicat Noiserv qui nous vient du Portugal. Dans son chant, on retrouve la pop ensoleillée d’ALB, dans son armée de claviers aussi. Trônant au milieu de la scène, l’homme-orchestre choisit minutieusement ses effets et ses boucles pour créer des chœurs. Avec beaucoup d’espièglerie, Noiserv se lance dans une douce valse rythmée de clochettes. L’artiste a l’air très aimable, juste un peu trop bavard. Et au final, ses mélodies peuvent sur la longueur devenir écoeurantes.

YouTube Preview Image

Bachar Mar-Khalifé

Pour le plaisir, Le Transistor est retourné voir Bachar Mar-Khalifé, pour voir son set dans ce magnifique écrin qu’est l’Auditorium. D’autant plus que depuis son passage à la Maroquinerie, le pianiste a été sacré par les Pros du prix Adami-Deezer de Talents. La réaction du public face à autant d’orientalisme mêlé à de l’electro a été timide, mais personne n’a pu résister à son ‘Ya Nas’ qui fout encore et toujours les poils. Et toute la salle a applaudit au rythme de son ‘Lemon’ extrait de son troisième album Ya Balad, qui semble avoir été piqué à Omar Souleyman.
YouTube Preview Image Bachar Mar-Khalifé sera en concert gratuit le 6 juin au Casino de Paris pour la soirée Adami Deezer de Talents.

Robert Le Magnifique

Le ciel est toujours menaçant, mais la scène Pression Live est heureusement couverte. On peut donc aller voir en live Robert Le Magnifique qui défend son quatrième album Fuck The Hell Yeah. Sur une electro malicieuse à la GaBLé, Robert Le Magnifique a choisi d’inviter le batteur de Totorro. Ainsi, après trois notes naïve, Bertrand James s’énerve derrière ses fûts, ce qui permet de lancer ‘The Good Old Days’. Sauf qu’un problème technique force notre magnifique Robert à sauter un morceau de sa setlist… « faudra acheter l’album », conclut-il.

Deux techniciens s’occupent de réparer la machine à scratcher, les musiciens enchaînent pour ne pas perdre de temps. Bertrand tente de rattraper les machines qui défilent pendant que le facétieux Robert s’éclate sur une disto de basse. A deux, ils arrivent à livrer un set entièrement instrumental et carrément enthousiaste. Robert Le Magnifique laisse même parfois Bertrand venir s’essayer à ses pads de percussions, mais le batteur rejoint rapidement ses fûts affublés d’une cymbale rongée. Et pendant le slap de basse de Robert pour ‘Le Bal des Amis’, Bertrand se retient à peine de sautiller sur son tabouret, pour finir le set en mode métal. Exaltant !

YouTube Preview Image Robert le Magnifique sera en concert le 24 mai à la Maroquinerie

Yak

Pour résumer Yak, il suffit de trois mots : affreux, sale et méchant. La grosse et lourde basse résonne jusqu’à ce que le charismatique guitariste se réveille. Le son monte, et Oli Burslem se met bientôt à cracher les paroles – avant de cracher tout court. Tous les ingrédients visuels d’un rock nostalgique est présent : du t-shirt à l’envers déchiré, aux traces de cambouis aux genoux, sans oublier la bouteille de whisky entamée posée en évidence sur l’ampli.

Le set est un peu plus propre qu’à la Boule Noire le 13 novembre, mais reste très intense. Le chanteur, en sueur, pousse des cris, puis descend dans la fosse. Ravie, la foule commence à le bousculer, l’encourageant à faire crisser sa guitare sur le bord de la scène. Sur scène, le bassiste reste stoïque, mais le batteur semble à la recherche d’un autre support pour pouvoir taper encore plus fort. Dans son élan, il tombe même à la renverse !

YouTube Preview Image Lire l’interview de Yak
Yak sera en concert le 26 mai au Point Ephémère

Odezenne

Le Transistor s’arrache à l’intro de ‘Victorious’ de Yak pour entreprendre de traverser le festival et rejoindre le Palais d’Auron pour voir Odezenne… Et arriver à point pour la fin de ‘Je veux te baiser’, conclu par un « Vous êtes de gros dégueulasses » de la part des MCs. Le groupe enchaîne avec ‘Bouche à Lèvres’, extrait plus doux du nouvel album Dolziger Str. 2. Pour remotiver la foule qui est chaude comme la braise, le keytar se lâche sur ‘Tu pu du cu’.

« Vous avez mérité une bûche » balance Odezenne pour enclencher le final du concert. Quelque part, le set du festival des inRocKs en novembre dernier était moins rodé puisque l’album venait à peine de sortir mais plus frais. Ca puait le sale, le malsain, menant la foule à l’érection, alors qu’au Palais d’Auron, l’ambiance est bon enfant, avec chorégraphie débile. La tension est moins nerveuse… Heureusement, le groupe finit sur les percus tribales de ‘Dieu était grand’, qui fout un peu les jetons. Mais les MCs partent sur un « prenez soin de vous, restez vivants » sous forme de câlins.

YouTube Preview Image

Remerciements : Delphine Caurette

Catégorie : A la une, Concerts
Artiste(s) : , , , , ,
Evenement(s) : ,
Production(s) :

2 réactions »

  • Yak à la Maroquinerie | Le Transistor :

    […] Lire l’interview de Yak Lire la chronique de Alas Salvation Lire le live report de Yak au Printemps de Bourges […]

  • Entretien avec Robert Le Magnifique | Le Transistor :

    […] The Hell Yeah, le quatrième album de Robert Le Magnifique, est paru chez Yotanka. Lire le compte rendu du concert de Robert Le Magnifique au Printemps de BourgesLire le compte rendu du concert de Robert Le Magnifique au Point Ephémère Lire l’interview […]

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins