Emily Loizeau en concert privé

Après avoir travaillé au milieu des montagnes pour enregistrer son nouvel album, Emily Loizeau a convié amis et fans à un concert privé pour révéler ses nouvelles compositions. Un moment intimiste dans la jolie salle du Studio 28, aux Abbesses. Une sorte de semi- répétition, mais surtout une explication de texte, car on n’aborde pas ‘Mothers & Tygers’ à la légère.

Emily Loizeau arrive pieds nus, l’air espiègle, abordant une nouvelle coupe courte qui fait ressortir son air mutin. Avec toutes ces références oniriques aux montagnes et ces mois passés dans les Cévennes, on l’imagine presque transformée en elfe des forêts. Alors qu’en fait, la chanteuse est devenue mère. Un nouveau statut qui l’inspire puisqu’elle dédie une chanson à sa fille avec ‘Parce que mon Rire a la Couleur du Vent’, une à sa mère avec ‘I Had it All’, et une à l’enfance avec ‘Infant Sorrow’.

La mort reste pourtant au cœur de ses préoccupations : ‘Vole le Chagrin des Oiseaux’ parle de la Syrie à travers les mots d’Agostinho Neto et Aimé Césaire et ‘Tyger’ a été écrite en hommage à Lhasa, brodée autour du poème de William Blake. On retrouve d’ailleurs le poète britannique à chaque coin de cet album, et surtout sur ‘Garden of Love’, un peu trop calme dans cette ambiance chargée.

Avec la mort, vient le passage du temps, et le thème du souvenir devient le fil conducteur de l’album, comme sur ‘This Train Is Taking You Home’, inspiré de Les Souvenirs de David Foenkinos, ‘One Night A Long Time Ago’, ou les chansons inspirées par son grand-père. Mais si ‘No Guilt No More’ est prenante, ‘Two Enveloppes’ est juste une longue lettre lue puis collée sur des arpèges… Une lourdeur injustifiée dans un album très beau mais presque écrasant.

Les morceaux les plus légers et accrocheurs resteront ceux travaillés en collaborations, comme ‘Parmi Les Cailloux’ écrite par vidéos interposées avec Tatiana Mladenovitch aka Fiodor Dream Dog, ‘The Angel’ sur laquelle intervient David Ivar aka Herman Dune, et ‘Marry Gus and Celia’ que Camille vient pimper à sa sauce.

Mais intense comme à son habitude, Emily Loizeau se laisse inonder par ses émotions. Ravalant sans arrêt ses larmes, elle prend le risque de mettre son public mal à l’aise. Et en expliquant chaque signification en détail, elle brise parfois le charme des mélodies, sauf que rien n’arrête une passionnée ! Le public, touché d’autant d’ouverture, la remercie avec une standing ovation. Et pour prolonger ce moment privilégié, Emily Loizeau offre une prière navajo : ‘May The Beauty Make Me Walk’.

[Au passage, si elle raconte être retombée sur The Tiger de W. Blake en fouillant dans son grenier, on la soupçonne juste d’être fan de The Mentalist, comme nous tous 😉 ] YouTube Preview Image

Réclame

Mothers & Tygers, le troisième album d’Emily Loizeau, sera disponible chez Polydor en septembre.

Emily Loizeau dévoilera Mothers & Tygers au grand public aux Francofolies de La Rochelle, en Belgique. Elle sera ensuite en concert au Café de la Danse les 22 et 23 octobre 2012.

Lire le live report de Camille au Printemps de Bourges


Remerciements : Coralie (Polydor)

Catégorie : A la une, Concerts
Artiste(s) :
Salle(s) :
Production(s) : , ,
Ville(s) :

7 réactions »

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins