Les Vieilles Charrues 2015 – vendredi

Deuxième jour du festival Les Vieilles Charrues 2015 ! C’est parti pour une programmation avec quasiment que des formations françaises : des fantasques Salut C’est Cool ! à la couronnée Christine and The Queens en passant par les intenses Fragments et aux incontournables The Do. Des jeunes, des moins jeunes, avec en bonus Tom Jones, et un bouquet final avec The Chemical Brothers sous le fameux crachin breton.

Feu! Chatterton

La scène Kerouac n’est pas blindée pour accueillir les Parisiens, mais le crachin se calme un peu et leur rock poétique est idéal pour commencer cette journée. Leur chanteur est toujours aussi habité et le titre mélancolique ‘Côte Concorde‘ retient pleinement l’attention du public. Le set se conclut par leur titre le plus dansant ‘La Malinche‘, qui fait un carton. Feu! Chatterton a clairement pris de l’ampleur au fil d’une tournée intensive. Vivement leur premier album qui devrait poindre à l’automne.
YouTube Preview Image

Fragments


Les jeunes Rennais ont l’air très attendus sur la petite scène Grall. Le trio arrive tout sourire en soulignant leur ascendance bretonne, ce qui évidemment déclenche les hourras. Les musiciens ont l’air heureux de jouer et semblent très complices. D’ailleurs, leur post-rock est tout sauf sombre.

Fragments nous fait vivre un joli voyage planant, tout en murs du son délicats et claviers scintillants, sans chant. Le moment est agréablement doux, l’interaction avec le public est totale, et on a presque l’impression d’entendre un classique du genre. Pourtant ils n’ont pas encore sortis d’album ! Mais ça ne saurait tarder, vu qu’ils sont parrainés par le Label Charrues qui accompagne les artistes bretons émergeants.
Lire l’interview de Fragments
Lire le live report de Fragments au Batofar

Caravan Palace


Le groupe français d’electroswing semble taillé pour le public des Vieilles Charrues. Leurs cuivres et leur beat électro font sautiller la scène Kerouac, surtout sur les morceaux ‘Suzy‘ et ‘Jolie Coquine‘. De nouveaux titres sont également de la fête car la sortie de leur troisième album est imminente. Néanmoins, la chanteuse – au diverses tenues toutes plus sexy les unes que les autres – est constamment obligée d’haranguer le public afin de garder un set punchy…

Lire l’interview de Caravan Palace

Cabadzi


Il n’y avait pas énormément de monde devant la petite scène Grall au début du concert des Nantais. Mais leur chanteur est assez hypnotisant avec sa gestuelle atypique et son parlé-chanté en français tendance flow hip-hop groovy.

On a été assez accrochés par ce chant engagé, voire rageur, comme notamment sur le titre ‘Cent Fois‘, extrait de leur excellent deuxième album, Des Angles et des Épines. Les instruments sont variés et le plus souvent acoustiques : ukulele, trompette, alto, violoncelle, et même un human beatbox… ce qui renvoie une forte sensation de proximité ! D’ailleurs, le groupe se permet même d’aller jouer le dernier morceau dans le public.

Archive


La grande scène Glenmor est copieusement garnie pour attendre les Britanniques. Ils débutent par ‘Feel It‘ extrait de leur dernier album Restriction sorti en début d’année. Les nouveaux titres restent dans la même veine trip-hop et rock progressif, et n’ont rien à envier à leur standard ‘Fuck U‘.

Leur ambiance à la fois atmosphérique et explosive est théâtralisée sur scène par Dave Pen, qui se démène à la guitare et au chant, se tordant sans cesse autour de son micro. On aurait probablement préféré un set de nuit, avec un jeu de lumière adéquat. Et entendre leur merveilleux ‘Again‘, désormais oublié dans leur setlist.

Laetitia Sheriff


La petite scène Grall se remplie plutôt doucement pour supporter la Rennaise d’adoption qui a le malheur de jouer pendant Archive. Accompagnée par deux musiciens, sa prestation est simple mais va droit au but. Elle est d’ailleurs plutôt impressionnante en frontwoman s’acharnant sur sa guitare Danelectro. Son rock plutôt sombre et son interprétation envoûtante parviennent à nous accrocher, comme sur son récent single ‘The Living Dead‘, dont le refrain reste imprégné dans le crâne.

Lire le live report de Laetitia Sheriff au Nouveau Casino

Tom Jones

On oscille entre désuétude et kitscherie (ou revival hipster?) pour qualifier la venue de Tom Jones. On est content que l’Anglais soit venu nous remémorer ses succès du passé, mais l’orchestration jazzy sonne bien trop croisière pour personnes âgées, comme sur le très attendu ‘Sex Bomb‘. Sa voix n’est plus tout à fait aussi puissante qu’auparavant, mais ‘It’s Not Unusual‘ et sa version de ‘Kiss‘ nous font nous attarder.

Salut C’est Cool !


On en revient pas : le gros morceau du jour était vraiment Salut C’est Cool. Programmés à 22h sur la petite scène, face Christine and The Queens, ils déplacent pourtant des milliers de fans. D’ailleurs, durant ce festival, on n’a jamais vu autant de grilles tomber et de malaises survenir dans les premiers rangs. L’ambiance est déjà dingue avant le show, et c’est la folie totale quand les quatre énergumènes parisiens déboulent sur scène avec des poubelles en plastique sur la tête, au son de leur fameux titre ‘Salam Aleykoum‘.

Leur set comprend une heure et quart de folie, de connerie, de textes de merde sur une techno-dance minimaliste dégueulasse ; mais c’est tellement jouissif ! Mention spéciale à leur single hyper engagé ‘Techno Toujours Pareil‘ repris par un public taré qui slame à tout va pour finalement être invité à danser sur scène.

Christine and the Queens


Avec deux programmations consécutives, la Nantaise devient la reine des Vieilles Charrues : l’an dernier sur la petite scène et cette fois-ci sur la grande scène. L’attentif public est passionné et lui adresse d’impressionnantes ovations à chaque final de morceaux. Le spectacle est mignon, avec danseurs énigmatiques et chorés sur fond d’hologrammes géants. C’est vraiment beau à regarder mais finalement on va retourner voir la fin de Salut C’est Cool

Lire le live report de Christine & the Queens au Fnac Live

EZ3kiel


Une fois de plus, les jeux de lumières des Tourangeaux ont magnifié leur post-rock toujours aussi gracieux et incandescent !

The Do


On en parle suffisamment, mais on y revient tout le temps. Surtout quand ils entament leur set par un superbe ‘On My Shoulders‘ en piano-voix. Le duo déroulent ensuite classiquement les titres de leur dernier album ‘Shake Shook Shaken‘. Les festivaliers sont quasiment tous présents pour acclamer ce live qui aurait mérité de se dérouler sur la plus grande scène. Et dès qu’Olivia se drape dans un drapeau breton, c’est l’hystérie… Bref, encore un sans faute.

Lire l’interview de The Do
Lire le live report de The Do au Zénith
Voir les photos de The Do au Solidays

The Chemical Brothers


Il revient donc aux Chemical Brothers de faire danser la grande scène. Leur nouvel album Born in the Echoes sort justement aujourd’hui mais le duo commence par le mythique ‘Hey Boy Hey Girl‘. Et les dizaines de milliers de spectateurs transforment derechef Les Vieilles Charrues en gigantesque dancefloor. Des images psychés et synchronisées avec la musique sont diffusées au fond de la scène et couvrent les deux comparses recroquevillés derrière leurs machines. La pression retombe de temps en temps, avec quelques moments aux sons vraiment trop criards. Mais pour le final, un mix comprenant ‘Galvanize‘, ‘Music:Response‘ et ‘Block Rockin Beats’ rendent fou ! Le réveil va être dur…


Remerciements : Lucie [Vieilles Charrues]

Catégorie : A la une, Reportages
Artiste(s) : , , , , , , , , , , ,
Evenement(s) :
Ville(s) :

2 réactions »

  • Mama Event 2015 - vendredi - Le Transistor | Le Transistor :

    […] Même quand le public se dissipe un peu, les morceaux arrivent à chatouiller les cimes pour émerveiller les plus attentifs. A ses côtés, les guitaristes se tordent dans tous les sens, et apportent de légères touches electro pour que ‘Paper Clouds’ s’envole, pour que ‘Frozen Sky’ procure des frissons, et pour nous laisser à la fin, suspendu à leurs instruments pour un final explosif… qui n’arrivera jamais. Et le concert de se finir dans un sourire partagé. Très beau. Très fort. Lire l’interview de Fragments Lire le live report de Fragments au Batofar Lire le live report de Fragments aux Inouïs du Printemps de Bourges Voir les photos de Fragments aux Vieilles Charrues […]

  • Entretien avec Cabadzi - Le Transistor - par Benjamin Lemaire et Agnès Bayou | Le Transistor :

    […] avec 7 titres inédits. Cabadzi sera en concert le 20 mai à la Maison Populaire de Montreuil Voir les photos de Cabadzi aux Vieilles Charrues Lire la micro-chronique de Digère et Recrache, le premier album de Cabadzi par Benjamin […]

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins