The Dø au Zénith

Il fallait bien un Zenith pour accueillir The Dø lors de cette énième date parisienne depuis la sortie en septembre dernier de l’album ‘Shake Shook Shaken’, auréolé d’une Victoire de la Musique. Car le duo formé par Dan Lévy et Olivia Merilahti est partout et leur tournée est colossale, n’épargnant aucun des quatre coins de la terre.

Le concert démarre très suave avec ‘A Mess Like This’, dont le final de clavecin angoissant rend déjà le public fou. Le groupe continue sur sa lancée et enchaîne les morceaus du dernier album dont ‘Miracles (Back in Time)’ qui fait claper le Zenith et la groovy ‘Trustful Hands’. Ca ondule dans la fosse et même dans les gradins qui reprennent en chœurs les onomatopées lancées par Olivia.

La chanteuse ne se sépare désormais plus de sa fameuse combinaison rouge de pilote / mécanicienne. Pour l’occasion, elle a sortir la version satinée proche du kimono, pratique pour ses katas qu’elle exécute durant certains morceaux. Mais quand débute ‘On My Shoulders’ au piano Rhodes et voix, c’est l’hystérie, et des centaines de smartphones sont dégainés. Les nappes de faux violons sonnent un peu faux mais le premier tube de leur histoire trouve avec ces arrangements une seconde jeunesse.

La charismatique Olivia harangue la foule sur le tribal ‘Slippery Slope’ et bientôt le Zenith danse les bras en l’air. Le rythme ne faiblit pas, surtout quand surgit l’intro du dernier gros single, ‘Despair Hangover Ecstasy’, bien amené par une petite choré qu’Olivia indique au public. Vue l’ovation, on dirait bien que c’était la chanson la plus attendue.

Les tubes s’enchaînent jusqu’au rappel, avec le tout doux ‘Anita’ et ‘Dust It Off’ qui introduisait Both Ways Open Jaws. Le final sur le titre ‘Omen’ est apocalyptique, avec flashs rouges et distos electros. Pour le rappel, la frontwoman revient sous un masque de créature monstrueuse, faisant virevolter un néon en guise de sabre laser. Une fin épique, couronnée par le nostalgique ‘Lick My Wounds’, sous les ensorcelantes envolées lyriques d’Olivia.

Enfin, pour remercier l’accueil chaleureux du public, The Dø viendra interpréter ‘Nature Will Remain’ a capella. Mine de rien, le groupe vient de jouer intégralement son dernier album, et se permet le luxe de mettre de côté certains anciens gros singles. Mais nul ne s’en plaint : tout le public arbore un large sourire en quittant la salle.

YouTube Preview Image

Réclame

Shake Shook Shaken est le troisième album de The Dø, paru chez Cinq7/Wagram
Lire l’interview de The Dø au
Lire le live report de The Dø au Yoyo pour la Virgin Radio Live Experience
Lire la chronique de Both Ways Open Jaws Extended – Live at Studio Pigalle
The Dø sera en concert au Printemps de Bourges, au festival Beauregard, aux Eurockéennes de Belfort, aux Nuits Botanique, au festival Art Rock, à Europavox, Garorock, Terres du Son, Francofolies de La Rochelle, Musilac, les Vieilles Charrues, Pantiero… et un Olympia est prévu pour le 14 novembre.

Crédit photo : Arthur Le Fol


Remerciements : Anne-Sophie [Wagram]

Catégorie : A la une, Concerts
Artiste(s) :
Salle(s) :
Production(s) : ,
Ville(s) :

Une réaction »

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins