Rock en Seine – dernier jour

Troisième et dernier jour du festival, nous voilà prêt à affronter gueule de bois et autres obstacles pour faire le plein de découvertes et d’émotions pour la rentrée. Au programme : The Vaccines, François & the Atlas Mountain, Cat’s Eyes, Concrete Knives, The La’s, Miles Kane, The Horrors, Deftones, Trentemoller, Archive et Lykke Li.

The Vaccines

Après leur performance au Nouveau Casino, Le Transistor n’avait pas une folle envie de réitérer l’expérience Vaccines. On aime le côté lo-fi de leur son et leur énergie brute de décoffrage – malheureusement si sur le moment les mélodies sont bien trouvées, elles laissent en mémoire une impression de chewing gum qui aurait perdu tout son goût. C’est souvent le cas des groupes sur-vendus.

Francois & the Atlas Moutain

Pour démarrer le toujours douloureux dimanche, François & the Atlas Moutain aurait été tout indiqué. Sa pop toute douce se serait agréablement mariée à un café pour un réveil en douceur. Helas !
Le verdict d’Olivier notre photographe de choc : « C’est gentil, on le sent encore tout timide sur scène. En tous cas, c’est bien frais même si ça cassait pas des briques. »

Cat’s Eyes

Cat's Eyes à Rock en Seine par Olivier Hoffschir

En attendant The Horrors, le public pouvait découvrir Cat’s Eyes, le side project de Faris Badwan. A la vue des musiciens, il est clair que ce n’est en aucun cas une partie de plaisir. Les chansons s’étirent, très jolies quoique lassantes, puis des vagues de sentiments suicidaires semblent survoler la foule en quête de victimes… En ce dimanche fatigué, on s’enfuit de peur d’être happé. Et on se prend à regretter de ne pouvoir revivre notre découverte de Lilly Wood & the Prick !

Concrete Knives

Concrete Knives à Rock en Seine par Olivier Hoffschir

Dans les Avant Scène, Concrete Knives avait sa place toute indiquée, puisqu’ils avaient été choisis pour assurer la première partie des Arctic Monkeys lors de leur passage en juin dernier à la Cigale. Instantanément, les Caennais viennent contrecarrer toutes les impressions que Cat’s Eyes a laissées. Leurs armes de prédilection : la fougue et l’enthousiasme.
Avec ses peintures, la chanteuse Morgane donne l’impression de jouer au cowboy et aux Indiens. Ce ne sont pas des musiciens mais des enfants en train de jouer – ils s’amusent à mimer les grandes stars en descendant maladroitement dans la fosse. Si ce set était certes encore brouillon, on leur fait tout de même confiance pour bientôt trouver leur style – en tous cas, vu comment la foule dansait, le public les suivra.

The La’s

Difficile de ne pas être déçu par les reformations… En l’occurrence, il s’agissait ici de rencontrer enfin le plus grand groupe de foutage de gueule au monde. Il faut tout de même garder en tête que The La’s n’a sorti qu’un seul album pour toute la durée de leur courte existence de quatre ans – en tout et pour tout. Malgré tout, ils ont marqué l’Histoire de la musique grâce à un single, ‘There She Goes‘ sorti il y a vingt ans de cela. Ils se sont reformés il y a plus de cinq ans maintenant, mais n’ont sorti qu’un seul nouveau titre. Rien que pour cet aplomb, ils méritaient le détour.
Et là, c’est le drame ! Le set est plus que décevant, Lee Mavers a l’air paumé, les riffs sont bons, mais le chanteur force sur sa voix… C’est à l’écoute de la très attendue ‘There She Goes‘, radicalement massacrée, que l’équipe tourne les talons.

Miles Kane

Miles Kane à Rock en Seine par Olivier Hoffschir

Sur la Grande Scène, My Chemical Romance fait rêvermais on avait déjà vu MCR à la Cigale. A la scène de l’Industrie, le jeune Miles Kane fait ses preuves. Miles est un amoureux de la scène. A le voir bouger, on comprend son besoin de se lancer en solo. Peut-être The Rascals ne tournaient pas suffisamment à son goût, peut-être Alex Turner n’était pas assez disponible pour The Last Shadow Puppets… Le fait est qu’impatient d’explorer les salles du monde entier, Miles s’est associé à Gruff Rhys pour pondre son premier album. Colour of the Trap a clairement été conçu pour constituer un bon set : aussi Miles pourra chevaucher sa guitare sur ‘Inhaler’ et jouer au lover sur ‘Come Closer’ – car il faut avouer que sa dégaine d’étalon italien laisse parfois un doute sur son deuxième degré !

The Horrors

The Horrors à Rock en Seine par Olivier Hoffschir

Pendant que la scène de la cascade restait bouche bée devant Anna Calvi, le groupe déclaré le plus cool d’Angleterre était à Rock en Seine. Cette fois, c’est en compagnie The Horrors que Faris Badwan foule pour la deuxième fois de la journée la scène Pression Live. A l’écoute du nouvel album, Skying, on sent une réelle envie de changement. A savoir si son project plus romantique Cat’s Eyes a inspiré Skying, impossible d’en être sûr, mais le résultat obtenu est un troisième opus plus ouvert, avec des synthés plus lumineux. Heureusement, The Horrors garde tout de même cette opacité de son et cette rage contenue qui scotche à chaque fois.

Deftones

Ne serait-ce que parce que c’est DeftonesDeftones quoi !- nous avons consacré un papier complet avec galerie photo sur ce set époustouflant.

Trentemoller

Trentemoller à Rock en Seine par Olivier Hoffschir

Depuis ses débuts, le producteur danois ne cesse de fasciner. Sa techno minimale a traversé les frontières en relevant le challenge de convertir ses compositions pour la scène. Pari gagné, les musiciens arrivent à nous faire voyager, dans l’espace et le temps. La fatigue du weekend retombe et la foule reste subjuguée. ‘Even Though’ nous emmène en haut d’une falaise, ‘Vamp’ est si guerrier qu’il viendra à bout d’une des enceintes de la scène Pression Live, tandis que ‘Sycamore Feeling’ fera souffler un vent chaud sur la fosse et ‘Take Me Into Your Skin’ nous plonge dans nos souvenirs… Puis le set montera en puissance, de plus en plus rock, pour faire bouger la fosse ! Un set inoubliable !

A noter que la touchante bassiste joue dans le groupe Giana Factory que Le Transistor a rencontré !

Archive

Archive à Rock en Seine par Olivier Hoffschir

Archive continue sa tournée avec orchestre, pour venir agrandir sa collection d’album live. Et malgré tout le respect que Le Transistor a pour ce groupe, l’équipe s’est vu obligée de faire l’impasse. Par peur – après leur passage au Grand Rex – d’un nouveau set inégal, par peur aussi de retomber dans l’écoute obsessive… Ou tout simplement par peur qu’un set de festival ne rende pas justice à la qualité de leurs compositions et arrangements. Mais les écouter au loin a suffit à se rendre compte qu’on était passé à côté d’un nouveau concert de ouf !

Lykke Li

Lykke Li à Rock en Seine par Olivier Hoffschir

L’avènement de Lykke Li a chamboulé la vie de plus d’une personne. Les visages tendus, les regard pendus à ses lèvres, les mains qui se retiennent de mimer sa chorégraphie pour exprimer les sentiments poignants. Les batteries s’accumulent et les cages thoraciques des fans semblent se rétrécir. Seule une imposition des mains de la grande prêtresse pourra les faire revenir à la vie. Dans sa grande robe noire au milieu d’une scène baignée d’obscure clarté, Lykke Li hypnotise par son homélie mélodique : ‘Sadness Is A Blessing’ ! La foule est en transe alors que la Suédoise s’offre sur ‘Youth Knows No Pain’… Et pour clore la messe, Lykke Li renverra les fidèles sur une moment de communion porté par les batteries tribales de ‘Get Some’.

Réclame

Le premier album, What Did You Expect From The Vaccines ? est disponible chez Columbia. The Vaccines seront en tournée avec les Arctic Monkeys en Grande Bretagne à l’automne.
François & the Atlas Mountain a sorti un album intitulé Plaine Inondable chez Talitres. Il sera aux Primeurs de Massy et au festival des Inrocks 2011.
Le premier opus de Cat’s Eye, sobrement intitulé Cat’s Eyes est sorti en avril dernier et est distribué par Cooperative Music.
Concrete Knives ont sorti un EP You Can’t Blame The Youth. Ils seront au festival Marsatac.
The La’s n’ont annoncé aucune nouvelle sortie d’album ni aucun concert à venir. Une compilation par contre …
Miles Kane a fièrement sorti Colour of the Trap chez Columbia. Il sera bien entendu au festival des Inrocks 2011.
The Horrors viennent donc de sortir Skying. Ils seront au Bataclan le 7 décembre !
Trentemoller vient de sortir Late Night Tales.
Archive va probablement ressortir un album live.
Lykke Li vient de sortir Wounded Rhymes chez Warner.


Remerciements : Benjamin (Ephelide)

Catégorie : A la une, Concerts
Artiste(s) : , , , , , , , , , ,
Evenement(s) :
Production(s) :
Ville(s) :

3 réactions »

  • Gagnez des places pour l’Inde’Rock festival de Tours | Le Transistor :

    […] des Inrocks Black XS 2011), D’Austerlitz, Stuck In The Sound (Interview et en live au Midem), Concrete Knives (à Rock en Seine 2011), The Shoes (Interview et en live aux Eurocks 2011), et Divine Paiste. Que des groupes à absolument […]

  • Les Inouïs du Printemps de Bourges 2014 - Le Transistor | Le Transistor :

    […] chant. Au niveau vestimentaire, Owlle semble être leur marraine, et côté prestation scénique, Lykke Li est leur inspiration. Si le mélange aurait pu être intéressant, les manières de la chanteuse se font rapidement […]

  • The Vaccines et Fufanu à la Flèche d'Or - Le Transistor | Le Transistor :

    […] English Graffiti, le troisième album de The Vaccines paraîtra le 25 mai chez Columbia, Sony. Lire le compte rendu de The Vaccines au Nouveau Casino Lire le compte rendu de The Vaccines à la Flèche d’Or en 2010 Lire le compte rendu de The Vaccines au Printemps de Bourges Lire le compte rendu de The Vaccines à Rock en Seine […]

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins