Archive et BRNS au Zénith

Après un concert aux Vielles Charrues en juillet dernier qui nous avait laissé sur notre faim, on se disait qu’Archive tournait désormais un peu en rond. Mais on a redonné sa chance au collectif anglais lors de son passage au Zénith de Paris pour deux dates consécutives à la fin de leur tournée sur leur déjà onzième album Restriction. Et en ouverture, c’était la jeune formation belge BRNS qui assurait leurs premières parties françaises.

En fait, on était principalement venus pour ces derniers, vu que leur premier album Patine sorti il y a un an nous avait emballé. Mais finalement, les quadras anglais avaient quand-même plus d’un tour dans leur sac pour ne pas se faire voler la vedette par la jeune génération.

BRNS

Le Zenith est déjà bien garni quand BRNS entre en scène sous des lumières ultra tamisées. Et dès l’intro, on est scotchés par cette espèce de mélancolie qui s’échappe de leur rock pourtant pêchu. Chez eux, pas besoin de frontman : le batteur-chanteur est impressionnant, surtout quand sa rythmique tend vers le math-rock et qu’il déclame en même temps des paroles aériennes. Les arpèges de guitare claire et les choeurs des deux autres musiciens renforcent d’ailleurs ce côté planant.

Quand ils portent tous à leur bouche leurs melodicas, on sait qu’on va avoir droit à leur titre le plus représentatif, ‘My Head Is Into You‘. Et en live, ce bijou ne perd en rien de sa délicatesse post-rock et de son efficacité pop. D’ailleurs leurs influences musicales sont multiples et on n’arrive pas vraiment les catégoriser. Comme aucun morceau de leur set ne fait tomber la pression, on passe un agréable moment dans une espèce de dimension parallèle dont on ressort apaisé, voire bienheureux.

Archive

Archive débute par le puissant ‘Feel It‘, le principal single de leur dernier album Restriction. Et l’énergie déployée par le chanteur-guitariste Dave Pen ébranle direct le Zenith. D’autant qu’est enchaîné l’inoxydable ‘Fuck U’ dont le refrain est toujours repris en choeurs par le public. S’en suit un énorme ‘Dangervisit‘ et le Zenith est déjà fou. Au fond de la scène, des vidéos géantes et psychés agrémentent le show qui a donc démarré tambour battant.

A mi-concert, le groupe est rejoint par leur chanteuse Holly Martin. Quand il ne passe pas à la deuxième batterie, Dave Pen se joint à elle pour l’accompagner à la guitare sur certains titres emblématiques, comme ‘You Make Me Feel‘. Morceau assez grandiose dans une salle comme le Zenith où les envolées lyriques de Holly Martin alternent avec les murs du son dantesques des claviers et guitares.

L’autre guitariste-chanteur, Pollard Berrier, et son look à la Jo-l’Indien, n’est pas en reste. Il est davantage présent au chant sur la fin du set, comme sur le magnifique ‘Bullets‘. Et en rappel, un seul titre suffit pour achever le public : nul besoin de ressortir ‘Again‘, ‘Lights‘ suffit à provoquer les émotions escomptées. Les vingt minutes de sa douce montée tourbillonnante assure tout l’effet wow.

Finalement, ce live était tellement nickel qu’on se croyait sur disque. Le niveau sonore était vraiment très élevé, mais clair et dynamique, et visuellement, ça en jetait. Même si le groupe a surtout joué sur ses acquis, Archive est remonté dans notre estime.

Réclame

Archive sort un album de remix, Unrestricted, le 4 décembre chez Danger Visit / [PIAS] Cooperative.
Lire le live report de BRNS à Rock en Seine 2012
Live report et photos d’Archive au Grand Rex
Lire report et photos d’Archive à Rock en Seine 2011
Photos d’Archive aux Eurocks 2013
Live report et photos d’Archive aux Vieilles Charrues
Lire le live report de BirdPen au 114


Remerciements : Bart [PIAS]

Catégorie : A la une, Concerts
Artiste(s) : ,
Salle(s) :
Production(s) : , ,
Ville(s) :

Une réaction »

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins