Eurocks 2012 : jour 1

Premier jour des Eurockéennes de Belfort. Il fait un temps radieux, pour peu, on se plaindrait de la chaleur. Mais c’est agréable que de se balader sur la presqu’île de Malsaucy par 30° de scène en scène. Le menu : Art District, Gentleman, Amadou & Mariam avec Bertrand Cantat, Dionysos, Michael Kiwanuka, The Kooks, The Mars Volta, Christine et C2C.

Art District

Art District aux Eurockéennes de Belfort 2012

Art District aux Eurockéennes de Belfort 2012

Art District fait partie de la sélection FAIR 2012

Gentleman

Gentleman aux Eurockéennes de Belfort 2012

Gentleman aux Eurockéennes de Belfort 2012

Amadou & Mariam avec Bertrand Cantat

Le couple malien est revenu cette année avec un nouvel album : Folila. Au milieu des collaborations, toutes plus prestigieuses les unes que les autres, on remarque un contributeur de marque. Bertrand Cantat signe en effet la moitié des titres. Et pour la première fois de la tournée, il monte sur scène avec Amadou & Mariam. Il était déjà apparu auparavant avec Eiffel, avait assuré le final avec Shaka Ponk au Zénith, mais jamais il n’était resté tout le concert. Un plaisir pour tous les fans, car sa voix nous manquait.

Amadou et Mariam avec Bertrand Cantat aux Eurockéennes de Belfort 2012

Amadou et Mariam avec Bertrand Cantat aux Eurockéennes de Belfort 2012

Laissant Amadou et Mariam au centre de la scène, Bertrand Cantat chante bien entendu sur ses titres : ‘Oh Amadou’, le single de l’album, et ‘Africa Mon Afrique’, mais il reste aussi sur ‘Wary’ pour jouer de l’harmonica, et délire avec les choristes sur ‘Willy Kataso’. Il disparaît sur les titres plus anciens, comme ‘Masiteladi’ et le public se délasse sur une musique des plus adaptées par cette chaleur. Les djembé s’emballent et les choristes partent dans une choré époustouflante.

Amadou et Mariam avec Bertrand Cantat aux Eurockéennes de Belfort 2012

Amadou et Mariam avec Bertrand Cantat aux Eurockéennes de Belfort 2012

L’invité revient sur ‘Metemya’ et fait décoller ‘C’est Pas Facile pour les Aigles’ en assurant la guitare. Et alors qu’on attendait le traditionnel ‘Dimanche à Bamako’ en guise de final, Bertrand Cantat s’empare du micro pour une reprise de Led Zeppelin survoltée. On redoute alors qu’il pique la vedette à Amadou & Mariam, jusqu’à ce qu’on voie Mariam lever la main en signe du démon et hurler. Un grand moment !

Lire le live report d’ Amadou & Mariam au festival Chorus

 

Dionysos

Dionysos aux Eurockéennes de Belfort 2012

Dionysos aux Eurockéennes de Belfort 2012

Michael Kiwanuka

Face à Dionysos, la bête de scène, la Plage avait programmé Michael Kiwanuka, la révélation soul de l’année. En tant qu’ancien musicien de studio, il s’amuse avec son groupe et les improvisations vont bon train, surtout sur la reprise de ‘May This Be Love (Waterfall)’ de Jimi Hendrix. Et si la technique est irréprochable, c’est la voix de Michael Kiwanuka qui transporte et ses mélodies bercent le public au soleil couchant.

Michael Kiwanuka aux Eurockéennes de Belfort 2012

Michael Kiwanuka aux Eurockéennes de Belfort 2012

On est touché par l’évidence de ‘Tell Me A Story’ ou la sincérité de ‘I’m Getting Ready’, mais Michael Kiwanuka n’a apparemment pas encore l’expérience de la scène… Petit à petit, le public se désintéresse de ses appels au ciel et les bavardages commencent à monter. Les applaudissements sont fournis, mais le chanteur n’arrive pas à s’imposer par rapport à l’assistance. Et pendant ‘I’ll Get Along’, la dernière du set, certaines personnes s’amuse à chahuter Michael. Kiwanuka garde le sourire, mais quitte la scène un peu en avance sans trop demander son reste.

The Kooks

The Kooks aux Eurockéennes de Belfort 2012

The Kooks aux Eurockéennes de Belfort 2012

Avec un troisième album en poche sorti à l’automne, The Kooks finissait sa tournée par les festivals. Mais Junk of the Heart est moins évident que leurs premiers essais, tous légers et irrésistibles, qui ont fait leur réputation avec Inside In / Inside Out. Apparemment, le groupe a rencontré des difficultés en composant ce nouvel album ; il en ressort des titres qui tendent vers l’expérimentation, parfois jazzy, parfois prétentieux… Entre un changement fondamental de formation et un revirement de style, on se demande pourquoi ils gardent ce nom qui ne leur sied plus du tout.

The Kooks aura tout de même l’intelligence de baser leur set sur leur premier album, et Luke Pritchard se transforme en rockstar sur ‘She Moves In Her Own Way’, ‘Ooh La’, ‘Eddie’s Gun’. Par contre, on se demande pourquoi, après six ans qu’ils jouent la plupart des morceaux, il ne leur est jamais venu à l’esprit de le retoucher pour la scène. Surtout ‘Naive‘.

The Mars Volta

The Mars Volta aux Eurockéennes de Belfort 2012

The Mars Volta aux Eurockéennes de Belfort 2012

Après plus de deux ans de silence qui n’ont pas manqué d’inquiéter les fans, The Mars Volta revient en force. Un nouvel album, Noctourniquet, nouveau changement de batteur avec le retour de Deantoni Parks, et surtout une reformation pour des concerts exceptionnels avec At The Drive In. Beaucoup de fans les attendaient avec impatience, mais la technique n’a pas été à la hauteur de leur son expérimental.

Au début du set, les voix sont trop en avant, aussi les curieux rebroussent rapidement chemin quand ils voient Cedric Bixler-Zavala s’agiter comme un possédé dans le vide. Au bout de quelques morceaux, l’ingé son rétablira la situation, mais on est loin de l’écran sonore espéré. Heureusement, la psychédélique ‘Trinkets Pale of Moon’ arrive enfin à créer une ambiance et les Texans commencent à se détendre sur ‘Dyslexicon’.

Le moment de bravoure restera ce bœuf sur ‘Broken English’ de Marianne Faithfull, cependant The Mars Volta n’arrive pas à impliquer le public. La foule les observe, fasciné, mais ne réagit pas. Il faudra déterrer ‘The Widow’ de Frances The Mute et le glorieux ‘Goliath’ pour que la Plage commence à danser. Mais il est trop tard, le groupe quitte déjà le plateau.

Lire l’interview de Omar Rodríguez-López de The Mars Volta

Christine

En se rendant au Club Loggia, on assiste au rappel d’Hubert-Felix Thiefaine : la foule se fait clairement plaisir sur ‘La Fille Du Coupeur de Joints’ et ‘Lobotomie Sporting Club’. Puis, alors que tout le monde se presse pour la sensation C2C, on est poussé par la curiosité d’aller voir Christine, le nouveau duo électro français. Leur mix sonne attaquant mais pas agressif même si l’acidité règne. Rapidement, l’ambiance décolle, et les DJ rouennais assène leur ‘Death on Wheel’. A partir de là, l’atmosphère tombe dans le dancefloor bien moins subtil qu’au début du set. Il est temps de d’aller se faire plaisir sur C2C.

Lire le live report de Christine aux Solidays

C2C

C2C aux Eurockéennes de Belfort 2012

C2C aux Eurockéennes de Belfort 2012

 

On les avait déjà vus au Printemps de Bourges, mais sous le chapiteau, le son ne rendait pas justice à leur mix. De plus, grâce aux écrans, on peut enfin profiter de leurs chorégraphies turntablistes. Ce soir, C2C est plus communicatif, on les sent plus détendus, moins dans la démonstration de force. Ici, ils n’ont pas à s’imposer par rapport aux Birdy Nam Nam comme à Bourges.

Dans cette bonne ambiance, la foule danse, passant de l’electro-swing à la salsa en un tour de platine. Après un passage blues, ils balancent leur fameux ‘The Beat’ qu’ils interrompent d’un ‘Intergalactic‘ des Beastie Boys pour rendre hommage à Adam ‘MCA’ Yaunch décédé en mai dernier. C2C finit sur l’imparable ‘F*U*Y*A’ avant de quitter simplement la scène sous l’ovation du public. Gros coup de cœur de l’année, on attend leur premier album avec impatience car la fraicheur de leur son est enivrante !

Lire le live report de C2C au Printemps de Bourges.


Remerciements : Ephelide team

Catégorie : A la une, Concerts
Artiste(s) : , , , , , , , , ,
Evenement(s) :
Production(s) : , , ,
Ville(s) :

3 réactions »

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins