Marsatac – samedi

Pour ce festival, c’est le dernier jour. Mais pas des moindres, c’est la soirée Electro Riot ! Pas étonnant qu’une fois de plus, la soirée affiche complet, y’en a pour tous les styles. Du coup, le festival a battu son plein à guichets fermés avec 23 000 personnes ! Un beau record ! De notre côté, on s’est régalés entre Skip The Use, The Death Set, Hyphen Hyphen, Death In Vegas, Rafale, Yuksek, Housse de Racket et Modeselektor.

Skip The Use

C’est bien simple, en l’espace de deux riffs, la salle du Cabaret Aléatoire était blindée. Les Lillois ont montré à ces Marseillais comment on chauffait une ambiance de festival. Peu importe l’heure à laquelle on les programme, Skip The Use met le feu en deux coups de cuillère à pot. Avec ce point commun à tous les bons concerts : les slams, la sueur, et la banane collée sur le visage en guise de sourire à la fin.
Comme d’hab, Matt et sa bande se sont donnés à fond, avec au passage, des nouveaux morceaux annonciateurs de l’album dans les starting block… Et franchement, on se fait pas de souci, c’est tout aussi dansant et explosif à la fois !

The Death Set

The Death Set à Marsatac par Mathieu Mangaretto

The Death Set à Marsatac par Mathieu Mangaretto

Dans la programmation, c’est la caution Ninja Tunes de la soirée – genre on peut pas se tromper. Et franchement, ça envoie… beaucoup de bruit ! Esprit punk toujours en tête, ça donne l’impression de gamins qui gueulent sur fond de riff répétitif. C’est suffisamment What The Fuck pour être cool mais c’est un peu fatiguant aussi.

Hyphen Hyphen

Hyphen Hyphen à Marsatac par Mathieu Mangaretto

Hyphen Hyphen à Marsatac par Mathieu Mangaretto

Rhaaa ! Même si on les a déjà vus, on aurait bien aimé revoir Hyphen Hyphen encore une fois ! Sauf que, victimes de leur succès, la salle de la Seita était blindée. On a pas pu rentrer ! Heureusement, Mathieu était à son poste et a pu les shooter.

Death In Vegas

On les avait vus à Rock en Seine, mais la pluie avait eu raison de notre motivation. On les retrouve donc à la Cartonnerie, mais l’engouement s’est un peu tassé. En fait, le set est bien mou… Or comme leur son est assez morbide – oui, pour une fois que le nom reflète l’esprit des compositions… L’atmosphère retombe, il faut enchaîner au plus vite. On serait bien allés voir The Toxic Avenger pour se réveiller, mais le Cabaret Aléatoire est impénétrable, et on se doute qu’une fois engouffrés, on en ressortira pas vivant…

Rafale

Rafale à Marsatac par Mathieu Mangaretto

Rafale à Marsatac par Mathieu Mangaretto

Du coup, pour le concert suivant, on se faufile dès le début, pour éviter d’être une fois de plus bloqué à l’extérieur pour aller voir les protégés de Rebotini. Rafale, c’est de la techno organique, ou de la natural trance… au choix. En fait, c’est tous les éléments de l’electro, mais joués avec des instruments rock – de la techno acoustique ? Ca donne un résultat étonnant, avec des bases lourdes dancefloor allégées par des synthés. Le tout avec un aspect guerrier qu’inspire le nom.

Yuksek

Yuksek à Marsatac par Mathieu Mangaretto

Yuksek à Marsatac par Mathieu Mangaretto

Yuksek est de retour – mais comme les plus grands, pas là où on l’attendait. Son deuxième album est carrément plus pop indé que l’electro qui l’avait propulsé en haut des charts en 2008. Heureusement Yuksek sait faire fi des attentes du public et se régale à faire découvrir son nouvel album Living On The Edge Of Time. On part dans une ambiance très 80s, avec beaucoup de synthés, dans un délire un peu hors du temps, bercés par son accent français. A première vue, on se dit que si Yuksek avait voulu faire son coming out il ne s’y serait pas pris autrement… Puis on réalise qu’on est bien, qu’on danse, qu’on se fait plaisir – et qu’après tout c’est bien ce qu’on est venu chercher ce soir !

Housse de racket

Housse de Racket à Marsatac par Mathieu Mangaretto

Housse de Racket à Marsatac par Mathieu Mangaretto

Tout le monde est à The Subs, donc on arrive à se placer sans problème pour Housse de Racket. Pour le coup, le jeune groupe s’est lui aussi orienté dans une direction totalement opposée à son premier album. Loin de l’insouciance des débuts, les Housse de Racket sont partis explorer de nouvelles terres, tels des conquérants. Les intros sont longues, les orgues se font pesants, heureusement la voix naïve de Pierre vient casser les ambitions grandiloquentes de leur musique. Et naturellement, au moment où ils lancent leur ‘Oh Yeah !’ coïncide avec la fin du set de The Subs, et la salle se remplit en un clin d’œil. La fin du set sera donc beaucoup plus dansante, ouf !

Arnaud Rebotini

Arnaud Rebotini à Marsatac par Mathieu Mangaretto

Arnaud Rebotini à Marsatac par Mathieu Mangaretto

Juste une chose à dire : c’est ouf de pouvoir voir Arnaud Rebotini dans une salle à taille humaine… Un réel plaisir !

Modeselektor

Modeselektor à Marsatac par Mathieu Mangaretto

Modeselektor à Marsatac par Mathieu Mangaretto

Alors qu’on avait plus de jambes, Mathieu a continué de courir et a réussi à choper un cliché de Modeselektor.


Remerciements : Loraine Bernanos

Catégorie : A la une, Concerts
Artiste(s) : , , , , , , ,
Evenement(s) :
Production(s) :
Ville(s) :

Une réaction »

  • Entretien avec Rafale - Le Transistor | Le Transistor :

    […] que Le Transistor se faisait plaisir à Marsatac entre soleil et bonne prog de festival, on s’est démené pour pouvoir interviewer Rafale, les petits protégés d’Arnaud […]

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins