The Bewitched Hands

The Bewitched Hands est un sextet venu de Reims que nous avons croisé à plusieurs reprises, notamment sur la scène des Eurocks et au concert de clôture du festival des Inrocks Black XS. Ils viennent de sortir leur premier album Birds & Drums, où les voix et instruments s’entremêlent pour un tintamarre très énergique qui surprend agréablement à chaque écoute. Le Transistor a rencontré Benjamin, Anthonin, Nicolas, Sébastien, Baptiste et la ravissante Marianne pour un café.

The Bewitched Hands (c) Eva E. Davier

The Bewitched Hands (c) Eva E. Davier

The Bewitched Hands s’appelait ThE bEwItChEd HaNdS oN tHe ToP oF oUr HeAdS. « Le nom était long, et il était écorché neuf fois sur dix ; au final on nous appelait tout le temps les Bewitched ou les Bewitched Hands, donc on a simplement et naturellement coupé le nom. Au début on était une dizaine, donc le nom à rallonge était significatif. Et puis, ça nous a plus servi qu’autre chose : dans une grosse programmation, comme par exemple à South By South West (festival à Austin, Texas), t’as 2000 groupes, et du coup, le nom qui fait toute la ligne ressort du programme. Sauf que bon, on nous on en parle tout le temps… »

Ce nom était celui du projet perso de Benjamin, à cette époque, ils jouaient tous dans différents groupes. « On se connaît tous plus ou moins depuis la période du lycée. On était à Reims, c’est une ville qui est pas immense, donc tout le monde se connaît dans le milieu musical. Un soir, Seb avait un peu carte blanche pour un concert dans un bar, il pouvait inviter qui il voulait à jouer. On s’est tous un peu retrouvés comme ça à venir jouer les chansons des uns et des autres, et ça a super bien fonctionné ! » Et petit à petit, le groupe s’est formé. « On s’est retrouvés avec un truc assez massif sur scène. Mais ça variait, c’était pas une obligation d’être tout le temps présent : quand on allait jouer dans le Nord ou en Belgique, on pouvait pas partir à dix. Et puis au fur et à mesure que le groupe a pris une tournure un peu plus sérieuse, le noyau dur est resté. T’en avais qui avaient des boulots sérieux, nous on était les seuls à vouloir faire que de la musique. »

Venant de groupes différents, ils sont plusieurs à composer au sein du groupe. « L’avantage comme on est cinq à écrire, c’est que t’as plein de chansons. Si le morceau est bien, on va le bosser jusqu’au bout. S’il est bien mais qu’on arrive pas à le bosser, on va juste passer à autre chose : on a un choix de morceau qui est quand même assez large. Par la force des choses, les meilleures chansons restent. Et après on a des goûts musicaux en commun : même si on écoute pas toujours les mêmes choses, on a tous écouté la même musique. On se retrouve tous dans les choix qu’on fait. » Au final, le nombre ne représente pas d’obstacle. « Ce groupe-là, c’était un peu la cour de récré, y’avait pas de pression, on était là pour jouer entre nous, s’éclater. Et puis au bout du compte c’est ça qui a marché, plutôt que les groupes qu’on avait avant avec lesquels on essayait un peu ‘de percer’. »

YouTube Preview Image

Comme pour beaucoup de groupes, c’est une reprise qui les a aidés à sortir du lot. « En fait, t’as Pierre Alexandre, donc Yuksek, qui nous a demandé au début du groupe -ça faisait peut-être six ou sept mois qu’on existait- de faire une reprise de son morceau ‘Tonight’. A l’époque où on a fait ça, Yuksek était pas connu, c’était le début de sa promo, il en était à son premier album. Et on a eu la chance que ce morceau soit mis sur un CD promo qui a été envoyé pour lui avec son single. Ca nous a aidé à être diffusés et à se faire connaître, ça nous a permis de rencontrer les gens avec qui on travaille aujourd’hui. On a pu être programmés aux Trans, et faire un concert devant pas mal de pros, des programmateurs. Ca nous a ouvert plein de portes, des concerts à droite à gauche.
On a longtemps parlé du morceau ‘Tonight‘ par rapport aux Bewitched. Mais après il faut faire ses preuves en live. »

Le fossé entre la folk de The Bewitched Hands et l’électro de Yuksek était à franchir. « Yuksek, c’est un copain. Il est ultra sollicité, il a sorti un album électro, il a une image un peu techno mais avant tout c’est un mec qui écoute de la pop et du rock, plus que de la musique électronique. Comme on est proche, on le connaît réellement, on sait qu’on a énormément d’influences en commun, ça semblait naturel pour nous de bosser avec lui. Ca s’est fait tout d’abord avec ‘Tonight‘, ensuite on a écrit un morceau avec lui sur son album, et comme ça se passait bien, c’était une suite logique. »

Tant et si bien que que Yuksek est le seul à avoir eu son mot à dire sur l’album : The Bewitched Hands a enregistré Birds & Drums sans aucune aide. « Déjà parce qu’on adore enregistrer et passer du temps en studio, derrière des machine : en plus de faire de la musique en live, c’est une réelle passion. Et le fait de faire cet album seuls est venu naturellement : on a tellement une idée précise des morceaux, de la production, des arrangements, qu’on se voyait pas aller dans un studio avec une période définie pour réenregistrer tout ce qu’on avait déjà fait. On a un home studio, où on peut enregistrer quand on en a envie, et on a préféré garder la fraicheur des premiers enregistrements. On l’a fait mixer par Pierre-Alexandre (Yuksek), parce qu’il a un regard extérieur. Au bout d’un moment, quand t’as trop la tête dans les enregistrements… et puis mixer c’est un métier. »

Si on recherche un peu, on tombe sur un premier album. « Non, The First Of The Non Electric Side, c’est un truc auto-produit, un peu particulier. D’ailleurs y’a pas tout le groupe qui joue sur cet album, c’était un peu des premières prises de morceau, tu peux en retrouver deux ou trois sur Birds & Drums. C’était simplement qu’à un moment donné on écrivait beaucoup de morceaux. Et après des soirées dans des bars, on enregistrait deux-trois morceaux : on les écrivait et on les enregistrait directement sur l’ordi en même temps. Et à un moment on s’est retrouvés avec un paquet de morceaux, on en a sélectionné douze, et on s’est dit que ce serait cool de se faire un petit disque auto-produit. C’est pas du tout un album de The Bewitched, c’était que l’apéritif. Ca a été enregistré avec le micro de l’ordi, vraiment à l’arrache même si c’est intéressant. Mais ça représente pas le groupe. »

Le clip de ‘Sea‘ a été réalisé par AB/CD/CD, tout en carton. « On aimait le boulot de l’équipe, le clip d’Uffie était pas encore sorti, mais c’est eux qui avaient fait le clip de ‘F*ck You’ de Lily Allen, celui dans la rue et y’avait une touche originale. On leur a donné carte blanche pour faire ce qu’ils voulaient. Et puis, on a aimé le scénario parce qu’il y avait du skate dedans. Le truc marrant, c’est que, au début, comme on est de vieux skaters, on devait faire nos prises de skate nous-mêmes. Mais on s’est vautrés lamentablement aux premières prises, et donc en cinq minutes, on s’est fait doubler direct ! »

Réclame

L’album Birds & Drums est déjà disponible
The Bewiteched Hands seront le 19 novembre à l’EMB de Sannois !!


Remerciements : Francine (Sony Music / Jive Epic)

Catégorie : Entretiens
Artiste(s) :
Production(s) :

13 réactions »

  • zikomagnes :

    Rencontre avec The @BewitchedHands !! RT @le_transistor [Article] The Bewitched Hands – http://www.letransistor.com/3288-entreti… cc @zdar

  • Tweets that mention Entretiens – The Bewitched Hands | Le Transistor -- Topsy.com :

    […] This post was mentioned on Twitter by Jive_Epic_France, Ernest Morales, Agnès Bayou, Agnès Bayou, Le Transistor and others. Le Transistor said: [Article] The Bewitched Hands – http://bit.ly/a9OhrS […]

  • Twitted by zikomagnes :

    […] This post was Twitted by zikomagnes […]

  • student grants :

    It’s really a nice and helpful piece of information. I’m glad that you shared this helpful info with us. Please keep us informed like this. Thanks for sharing.

  • Près De Chez Toi – Dernière ligne droite | Le Transistor :

    […] section hip hop. Et pour ceux qui ont du goût, vous avez l’occasion de voir The Bewitched Hands (interview à lire ici) deux fois dans la même journée : avec Jessie Evans au Festival Les Aventuriers et au concert […]

  • Près De Chez Toi – Gagnez des places Yoav et Sarah Blasko au Café de la Danse | Le Transistor :

    […] vous pourrez aller voir Lilly Wood & The Prick (interview et session ici), The Bewitched Hands (entretien ici) et Cheers (session ici) à la Clé St […]

  • Le Transistor » 2010 : musique et découvertes :

    […] The Bewitched Hands Lilly Wood and The Prick Gush Puggy Roken Is Dodelijk Le Prince Miiaou FM Belfast baden baden La Maison Tellier […]

  • Le Fair 2012 vu par les blogeurs #1 | Le Fair :

    […] quels boutons appuyer pour nous faire danser. Si en plus on rajoute au chant la fanfare rock des Bewitched Hands (interview) pour le côté délire, on sait qu’on peut squatter le dancefloor sans aucun […]

  • Entretien avec Fifty Miles From Vancouver | Le Transistor :

    […] « Je comprends que le nom soit un peu long, mais on va pas changer de nom pour que ça marche. The Bewitched Hands (interview) ont raccourci leur nom, si ça vient d’eux c’est super cool, mais à un moment si c’est dans […]

  • Entretien avec Yuksek | Le Transistor :

    […] morceau sur le dernier album, fini deux jours avant le mastering, c’est le morceau avec les Bewitched Hands, qui pourrait très bien être sur cet album : ‘So Far Away From The Sea‘ c’est […]

  • Entretien avec John Grape - Le Transistor | Le Transistor :

    […] à Reims, le John Grape Orchestra, tout le monde était là : y’avait du About The Girl, du Alb, les Bewitched, même Guillaume des Shoes est passé… Maintenant on joue dans Alb et Clément joue dans Yuksek. […]

  • The Shoes aux Eurockéennes - Le Transistor | Le Transistor :

    […] complexe pour partir dans tous les sens et annonce des collaborations avec Esser, Wave Machines et The Bewitched Hands (entre autres). Sur scène, accompagnés de deux batteurs réglés comme du papier à musique, des éclats de […]

  • Gagne tes places pour le MaMA Event 2014 - Le Transistor | Le Transistor :

    […] Sinon, en concerts plus intimistes et surtout gratuits, vendredi et samedi ça vaut le coup de se perdre à partir de 18h dans le 18e pour tomber sur des showcases de Jesus Christ Fashion Barbe (vus avec GaBLé au Café de la Danse), les Belges de Fugu Mango, la Néo-Zélandaise Flip Grater (croisée au MaMA en 2010), les Canadiens Ndidi, Chloé Charles et Mark Berube (selection Inouïs du Printemps de Bourges), le Portugais Antonio Zambujo, les Espagnols de The Parrots et Partido, le Suisse Stevans, les Hollandais de When We Are Wild, ou des perles de nos contrées comme Valy Mo, Phazz, Singe Chrome, Juniore, Stal, Syracuse ou encore Vendredi. De notre côté, on est curieux de voir Sauvage et The Wolf Under The Moon, le nouveau projet de Anthonin Ternant des Bewitched Hands. […]

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins