Fauve et Caandides à la Flèche d’Or

Quatrième Nuit Fauve, troisième date à la Flèche d’Or blindée en un rien de temps, tout juste une répétition pour leur Bataclan début juin, déjà complet. Dans son ascension, Fauve commence à attiser les jalousies. Il y a forcément un concept marketing mis en place pour qu’un groupe qui n’avait que deux vidéos sur la toile il y a un an, soit arrivé si loin en aussi peu de temps. Et si justement rien n’était réfléchi ?

Caandides

Mr Loyal monte sur scène pour présenter les animations de la soirée : pas de machine à hot dog malheureusement, mais un clip tout frais et un cocktail tout aussi rafraichissant. Et après Apes & Horses et BRNS (à Rock en Seine), c’est au tour de Caandides d’assurer la première partie. Un vrai cadeau de la part de Fauve !

tumblr_ma8dh1w3L31r4dbe0o1_12801

Un an déjà qu’on n’avait pas vu Caandides, qui faisaient parler d’eux à l’époque avec leur ‘Rio‘, morceau d’électro légèrement alambiqué – ce qu’il faut pour attirer l’attention. Le chanteur tire un peu sur ses cordes vocales, pour créer une petite tension qui fout la chair de poule… Caandides est en effet plus déterminé, et surtout moins innocent que les couleurs chatoyantes des projecteurs ou que le nom d’ailleurs ne le laisse présumer. Par moment, comme sur ‘Before The Art’, les doses d’électro sur cette pop entêtante rappellent les enthousiasmants Is Tropical. Ca donne envie de taper du pied, les chœurs donnent du courage, Caandides pourraient être prenant s’ils décidaient de convaincre le public…

YouTube Preview Image

Fauve

Qu’est-ce qu’on reproche à Fauve exactement ? D’être trop bourgeois dans leurs inquiétudes ? De ne pas utiliser cette force de rassemblement pour des thèmes plus responsables ? Comme quoi : moins de précarité dans notre société par exemple ? Et pourtant Fauve est militant dans ses chansons : ce que rappelle ce collectif, c’est que l’important n’est pas dans le matériel, ce qui compte ce sont les émotions.

Fauve n’a pas de grande ambition, le groupe se laisse juste porter par ce qui les fait bander. A l’instar de la vidéo de ‘Blizzard’, qui a commencé comme un clip, et qui de fil en aiguille s’est quelque peu transformé en court métrage qui illustre une histoire de potes plus qu’une chanson.

« Des milliards de mains sur des milliards d’épaules » annonce un de leurs bracelets, l’entraide en somme. Le dernier clip en question le montre : quand on voit qu’un pote ne va pas bien – « a un sourire qui pue l’échec » – on revient à des valeurs plus simples, genre choper des mobylettes et prendre des petites routes de campagnes pour rejoindre la mer. Ca fait un peu simpliste dit comme ça, on frôle même les clichés des bouquins de thérapie pas chers, mais en fin de compte, leur but n’est pas de guérir le monde : ce qu’ils veulent c’est vivre, ressentir quelque chose.

Et c’est parce qu’ils sont sincères dans leurs propos que parfois Quentin semble cracher ses textes pour s’en débarrasser. C’est d’ailleurs sûrement cette fragilité, cette vulnérabilité avouée qui fait qu’ils viennent de remporter le prix des Inouïs du Printemps de Bourges alors qu’ils ont à peine une poignée de concerts dans les pattes.

Peut-être que dans quelques mois on découvrira une nouvelle facette… Mais si justement, comme Fauve le prône, on faisait confiance un peu ? On dirait que c’est la peur de ressentir quelque chose à l’écoute des textes, qui rend les détracteurs aussi hargneux. Certes, on se sent presque mal à l’aise de se retrouver à partager des choses aussi personnelles avec une masse d’inconnus, mais on va pas « baltringuer » : si Fauve arrive à le faire, pourquoi pas nous ? Car ce collectif a le mérite d’insuffler du courage à notre routine quotidienne. Alors oui, quand on gueule « On est de ceux qui croient aux miracles », ça pue les bons sentiments Foenkinos-iens à plein nez, mais putain qu’est-ce que ça fait du bien.

YouTube Preview Image

Réclame

Sortie de Blizzard, le premier EP de Fauve, le 20 mai
Fauve sera en concert le 7 juin au Bataclan, mais aussi aux Francofolies de La Rochelle et à Rock en Seine


Remerciements : Jeremy Moors (Rabeat's Cage)

Catégorie : A la une, Concerts
Artiste(s) : ,
Salle(s) :
Evenement(s) :
Ville(s) :

8 réactions »

  • isatagada :

    Nous sommes bien d’accord 🙂

  • Sandra :

    “Fauve est militant dans ses chansons : ce que rappelle ce collectif, c’est que l’important n’est pas dans le matériel” – pourtant ils sont cadres sup et avocat, dans le genre pas matérialiste, on a vu mieux. 🙂

    “Fauve n’a pas de grande ambition” – pourtant ils ont même pensé à se faire créer un logo, ce qui est une démarche concrètement marketing, et montre donc qu’ils ont une certaine ambition, sinon, par définition, ils ne penserait pas une seconde au marketing.

    Ce groupe sent à 100m le truc bien réfléchi par des mecs malins qui ont compris le système et jouent avec la naïveté des gens…. C’est justement ce qui me gêne chez eux. Ils n’auraient pas de logo, ils ne feraient pas les tafs qu’ils font, ils ne me gêneraient pas.
    Mais en l’état des choses, ce serait faire preuve de naïveté que de ne pas se demander s’il y a supercherie dans leur démarche.
    Un peu comme Saez à l’époque de Jeune et con, qui se la jouait rebelle anti-système mais partait en vacances avec Pascal Nègre et Max Guazzini (à l’époque l’un des dirigeants d’NRJ) et qu’on croisait habillé en mocassins, pull rose et chemise blanche dans des boites parisiennes.

    Les morceaux sont agréables à écouter, ceci dit.

  • agnes (author) :

    Justement s’ils bossent dans le market’, ils se rendent bien compte que l’argent fait pas le bonheur.
    Et je vois pas le souci de se trouver un logo – je rappelle qu’il y a (au moins ) un vidéaste dans le collectif, donc probablement attaché à l’image puisque c’est sa sensibilité.
    Tes arguments ne me parlent pas – désolée ! 🙂

  • Schokobons :

    @Sandra,
    Même si jsuis loin de l’approuver, je comprends un peu ton point de vue. Comme une appréhension, t’as peut-être peur de te faire avoir à nouveau comme pour Saez justement. Et c’est vrai qu’un groupe qui débarque avec un tel univers et qui marche, ça peut sembler louche.
    Mais pourquoi pas après tout ? Pourquoi est-ce qu’ils ne seraient pas authentiques, même s’ils ont des grosses valises ? J’ai discuté avec le guitariste hier soir après leur concert. Et franchement, je les trouve pas calculateur-marketing profitant de la naïveté des gens. Ils font juste “ce qui les fait bander” comme dit Agnès. Et le truc, bin c’est que ça nous fait bander nous aussi. Voilà pourquoi ça marche.

    Je comprends pas que ça énervent tant de gens qu’un groupe… allez, osons le mot, cartonne. La musique, c’est des sensations, des ressentis, des vibrations. Chacun ses goûts et ses couleurs. Si ça te plait pas, on t’a rien demandé, ça t’avance à quoi de cracher sur eux ? Surtout si tu apprécies plutôt ce qu’ils font comme morceaux.

  • agnes (author) :

    #thumbsup 🙂

  • Entretien avec Fauve | Le Transistor :

    […] Blizzard, le premier EP de Fauve, est enfin paru. Fauve sera en concert au Bataclan le 7 juin, mais aussi aux Eurockéennes, aux Francofolies, à Dour et à Rock en Seine… entre autres ! Lire pourquoi Le Transistor aime Fauve Lire le live report d’une Nuit Fauve à la Flèche d’Or […]

  • MaMA Event 2015 - jeudi - Le Transistor | Le Transistor :

    […] 2012 au festival Fireworks en première partie de tUnE-yArDs, puis revus l’année suivante lors d’une Nuit Fauve, on était intrigués par l’electro-pop de Caandides. Mais au Petit Moulin, il nous a semblé […]

  • Caandides au Silencio - Le Transistor | Le Transistor :

    […] paru chez Cracki records. Caandides seront en concert le 16 avril pour le Disquaire Day au Badaboum Lire le livre report du concert de Caandides en première partie de Fauve Lire le livre report du concert de Caandides en première partie de […]

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins