Bachar Mar-Khalifé à la Maroquinerie

A la mi-octobre, Bachar Mar-Khalifé sortait son troisième album, Ya Balad – une ode à son pays, le Liban. Mélangeant encore toutes les influences possibles, entre piano jazz, electro et musique orientale, l’artiste livre des morceaux plus intimistes mais aussi plus dansants que sur le précédent album Who’s Gonna Get The Ball From Behind The Wall of the Garden Today, paru chez In Finé. Mais surtout, son Kyrie Eleison‘ nous a permis de panser nos plaies du 13 novembre. C’est en partie pour exorciser ces peines que Le Transistor est allé le voir à la Maroquinerie.

Bachar Mar-Khalifé


Les musiciens partent doucement, sur quelques notes, afin de plonger tout le monde dans l’ambiance… La voix rauque et douce de Bachar Mar-Khalifé commence à danser sur la ligne de basse minimaliste, puis le piano s’alourdit et les percussions accélèrent la cadence. Le chant hypnotise à la manière d’un feu follet, et lentement la salle pleine à craquer se délasse. Quand la tempête de percussions se calme, le public applaudit et le chanteur annonce ‘Layla’, « une prière aux petits anges partis trop tôt », d’un ton qui prend déjà à la gorge.

Le piano se fait ensuite plus classique, limite baroque, mais Bachar Mar-Khalifé se plaît à casser tous les rythmes sur ‘Wolf Pack’ : les notes virevoltent, puis ralentissent pour se faire admirer et repartir de plus belle pour tout emporter sur leur passage. Contredisant une fois de plus toutes les attentes, le trio enchaîne sur du dub oriental avec ‘Balcoon’, avec pourtant une batterie très organique. Le public commençait déjà à danser, mais le chanteur dédie le prochain morceau – rugissant de post-rock – aux réfugiés « qui arrivent en Europe et vont nous apporter de très belles choses ».

La foule, encore frémissante, n’est pas au bout de ses émotions, car Bachar Mar-Khalifé se retrouve seul au clavier pour un solo déchirant au piano avec ‘Ya Balad’. « Oh seigneur, prend pitié de nous, épargne-nous et laisse-nous tranquille », lance-t-il avant de se lancer dans un ‘Kyrie Eleison’ bien plus rageur que sa version album. Les souvenirs ressurgissent, il est temps d’évacuer toutes ces tensions… Aussi le trio se lâche sur des rythmes plus dansants, non sans rappeler la musique de Omar Souleyman, sur une batterie étrange et pénétrante.

Enfin, les cris de joie fusent des quatre coins de la salle quand la foule reconnaît l’irrésistible ‘Ya Nas’, que le chanteur se plaît à briser pour s’écrier « Liberté » ! Et pour finir en beauté, le trio part sur des sons 8-bit avec son ‘Lemon’ ! Le groupe revient pour saluer, et le sourire aux lèvres, Bachar Mar-Khalifé expliquera l’air taquin : « As Salam Alaykoum… Ne vous inquiétez pas, ça veut dire la paix soit avec vous ».

YouTube Preview Image

Réclame

Bachar Mar-Khalifé fait partie des finalistes du prix Adami Deezer de Talentsvotez pour lui
Ya Balad, le troisième album de Bachar Mar-Khalifé, est paru chez In Finé.
Bachar Mar-Khalifé sera en concert le 10 mai à la Gaîté Lyrique
Lire l’interview de Bachar Mar-Khalifé
Lire le compte rendu du concert de Bachar Mar-Khalifé aux Bouffes du Nord
Lire le compte rendu du concert de Bachar Mar-Khalifé aux Café de la Danse

****
Crédit photo : Vincent Coscolla


Remerciements : Gisèle [La Clef Saint-Germain]

Catégorie : A la une, Concerts
Artiste(s) :
Salle(s) :
Production(s) : ,
Ville(s) :

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins