Solidays 2015 – samedi

Entre chanson, disco, reggae, rock’n roll, rap, électro et techno-tuning, cette deuxième journée des Solidays 2015 s’annonce éclectique ! Avec l’intense Feu ! Chatterton, les fougueux The Vaccines, la vibrante Yael Naim, le sans frontières Xavier Rudd, les élégantes Brigitte, les mystiques Grand Blanc, les légendaires I AM, l’habile Rone, les obsédants Caribou, et les tonitruants Die Antwoord !

Feu! Chatterton


On commence tranquillement cette journée avec Feu! Chatterton. Ambiance romantique et feutrée sous le petit chapiteau Domino qui résonne des envolées vocales de leur hypnotisant chanteur. Le jeune public agité des Solidays semblait peu disposé à entrer dans cette transe assez sombre, mais les auditeurs se montrent finalement plutôt attentifs. Et le titre plus pop ‘La Malinche’ fait danser toute la salle avec son refrain festif et son gimmick de guitare.
Lire le live report au Printemps de Bourges

The Vaccines


Alors que sur la grande scène Paris, l’Orchestre National de Barbes fait résonner ‘Sympathy for the Devil’, direction The Vaccines. Leur récent single ‘Handsome’ sonne le début d’un set complètement fou. Leurs chansons entre pop et rock font directement danser le copieux public. Leur chanteur est encore plus déchaîné que lors de leur prestation à la Flèche d’Or : ici il a de la place pour se démener sur la scène et enchaîner les poses de guitar hero… pour le premier concert rock’n roll du festival !

Lire le live report à la Flèche d’Or
The Vaccines seront en concert le 7 octobre à La Cigale

Yaël Naïm


On fait un tour sous le chapiteau Dôme où joue Yael Naïm pour une pause agréable et apaisant. Ses choristes, les 3SomeSisters, participent pleinement au show et interagissent avec la chanteuse, notamment sur le très jazzy ‘Walk Walk’ ou la reprise de Britney SpearsToxic’. Yael Naim est également accompagnée à la batterie par son producteur et compagnon David Donatien. Elle passe régulièrement de la guitare au piano, duquel elle interprète un frissonnant ‘Coward’, accompagnée par les envolées lyriques de ses choristes. Le moment est saisissant et le public ultra attentif lâche un hourra de stade à la fin. Et quand elle entame ensuite son hit international ‘New Soul’, Solidays exulte et reprend en coeur.

Xavier Rudd


Xavier Rudd n’est plus seul sur scène tel un one-man band, comme lors des précédentes tournées. Il est accompagné des United Nations, un groupe multi-culturel d’origines diverses. Il débute son set à la guitare dans une ambiance colorée, festive, oscillant entre folk et reggae. Il semble désormais entré dans le moule des classiques leaders de groupes : en tout cas pour l’instant, pas de solos de digeridoo en vue, comme il en avait l’habitude… mais il fait taper dans les mains et danser la grande scène, qui est quasiment pleine.

Brigitte


Le set des Brigitte est plutôt bien gaulé, si tu me passes l’expression. Entre l’ouverture sur le très disco et presque électro ‘L’Echappée belle’ et le final avec ‘Battez-vous’, le chapiteau Dôme n’a pas le temps de s’ennuyer et résonne sans cesse des cris des fans. Aucun temps mort donc pour les deux langoureuses élégantes à robes ultra échancrées. On reste un peu circonspects mais on constate que la sauce a pris que le public en redemande.

lire le live report au Midem festival

Grand Blanc


Les concerts se sont vite enchaînés et on a peu de temps pour aller écouter Grand Blanc. Pourtant, leur prestation nous impressionne d’emblée. Le charisme et la voix rauque du chanteur, la voix aérienne et négligée de la clavieriste, la moiteur et la pénombre du chapiteau César Circus donnent une atmosphère tendue voire oppressante. Et dès les premières notes de ‘Degré Zéro’, on reste scotchés à leur pop tendance coldwave. Leur set est haletant, presque mystique ; on n’a pas envie que ça s’arrête.
Lire le live report au Printemps de Bourges

I AM


Aux dernières nouvelles, I AM n’a pas sorti de nouvel album depuis plus d’un an et Akhenaton a sorti récemment un album solo. Mais le groupe est venu réviser ses classiques sur la grande scène. La foule est rapidement rendue dingue par la gestuelle d’une formation experte qui sait parfaitement haranguer son public. ‘L’Ecole du micro d’argent’ puis ‘Nés sous la même étoile’ font mouche, mais les morceaux récents un peu moins… Sur la fin, dans une ambiance de nightclub des années 80 installée par leur DJ, les membres du groupe esquissent des pas de danse chacun leur tour, comme lors d’un contest. Jusqu’à ce qu’Akhenaton débarque en survêtement Tacchini pour entamer ‘Je danse le Mia’. Et là, tout Solidays exulte et danse à son tour en reprenant les paroles. Nous aussi.

Lire le live report aux Solidays

Rone


L’électronica élégante de Rone fait voyager le chapiteau Domino dans une autre dimension. Entre synthés acides et samples de cordes majestueuses, le Berlinois d’adoption à allure de jeune geek claque un set hypnotisant. Une bonne partie du public se retrouver à danser les bras en l’air et les yeux fermés !
Lire l’interview de Rone
A voir à La Route du Rock

Caribou


Caribou et son groupe nous ont un peu déçus, faute à un set un tantinet mollasson, dans le noir quasi complet. Les titres du dernier album sont passés en revue durant la première demi heure. Et sans doute sont-ils moins dansants que les morceaux du passé, ou moins adaptés au jeune public bondissant de Solidays. Excepté l’archi planant ‘Our Love’, les derniers titres sont vite eclipsés par ses anciens standards joués sur la fin, comme ‘Sun’ ou ‘Odessa’. Ouf…

Lire le live report au Primavera festival

Die Antwoord


Die Antwoord est bien le gros morceau de la soirée et les plus attendus aujourd’hui. Après une petite cérémonie en l’honneur des bénévoles et de Jean-Paul Huchon qui reçoit en cadeau une Gibson SG dédicacée, les Sud-Africains déboulent face à une grande scène archi blindée. D’entrée de jeu, le duo le plus freaky du moment en impose, emmitouflés dans des tenues de pokemons déglingués, sur décor fluo. Immédiatement, Ninja prend son élan pour se jeter dans la foule, tandis que Yo-Landi court sur scène en tirant la langue comme une gamine.

Malgré un souci de son à un moment les obligeant à retourner backstage, leur set de plus d’une heure est intense et des titres comme ‘Pitbull Terrier’ font même pogoter certains. Mais leur concert a beau être spectaculaire, leur techno tuning fatigue un peu.

Lire le live report aux Eurockéennes


Remerciements : Jeremy [Brigitte Batcave]

Catégorie : A la une, Reportages
Artiste(s) : , , , , , , , , ,
Evenement(s) :
Ville(s) :

Une réaction »

  • Gagne ta compilation du FAIR 2016 - Le Transistor | Le Transistor :

    […] les photos de Broken Back au MaMA Lire le live report de Grand Blanc au Printemps de Bourges Voir les photos de Grand Blanc aux Solidays Lire le live report de Jeanne Added au Divan du Monde Lire le live report de Kid Wise au Printemps […]

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins