Nick Cave & the Bad Seeds au Trianon

Pour présenter en avant-première son quinzième album avec les Bad Seeds, Nick Cave avait choisi la salle du Trianon. Avec Push The Sky Away, le parrain du rock délaisse la fureur pour revenir vers de sombres mais douces mélodies. Afin de préparer le public après une lourde période Grinderman, le groupe – légèrement chamboulé depuis le départ de Mick Harvey – racontait ses choix dans un petit reportage projeté en guise de première partie.

nickcave-1.15.2013

Pour cette toute nouvelle tournée, Nick Cave a invité un quartet à se joindre à lui, ainsi que des choristes et une chorale d’enfants – ce qui le pousse à se réfréner sur les jurons. Le maître de cérémonie, toujours aussi élégant en chemise de satin noir, précise que le concert se déroulera en deux parties : le groupe jouera tout d’abord le nouvel album à paraître la semaine prochaine, et ensuite, si le public est sage, ils reviendront sur les grands classiques.

Et de fait, le public ne se tient pas correctement. On aurait pu imaginer une foule attentive, se recueillant devant l’autel de l’incarnation de la musique du diable. Au contraire, se permettant de l’interpeller sans arrêt, la fosse manque de casser le rythme du concert, bouillant qu’elle est de sauter dans tous les sens. Nick Cave reste très patient, et en profite pour faire un peu d’humour. Néanmoins difficile de se plonger dans l’atmosphère pourtant pénétrante de l’album.

Push The Sky Away est aérien, ‘Wild Lovely Eyes’ pourrait même être utilisée en synchro pour Air France si jamais les Bad Seeds en avaient besoin. Animé, habité, survolté, Nick Cave raconte son parcours, traversé de rêves fantasmagoriques (‘Finishing Jubilee Street’), porté par des violons, guidé par une flute traversière, où il poursuit des sirènes (‘Mermaids’) qui l’auront envoûtée sur ‘Higgs Boson Blues’, jusque dans la ‘Jubilee Street’ pour se noyer dans ‘Waters Edge’… et le glas sonne enfin sur ‘We Real Cool’.

D’un bond, Nick Cave se réveille et laisse éclater sa rage sur ‘From Her To Eternity’. Entre deux chansons, se relaxant un peu devant l’accueil chaleureux, il commence même à se chamailler avec Warren Ellis. Après un ‘Red Right Hand’ moins musclé que les promesses du passé, il ensorcèle la foule qui réclame du Grinderman avec ‘Oh Children’ et détourne la conversation pour une transe sur ‘Jack The Ripper’. En dent de scie, le concert explose sur ‘Deanna’, puis atterrit sans douceur sur ‘Love Letter’, et manque même de se crasher sur ‘The Mercy Seat’. Alors, pour remercier le public, Nick Cave & the Bad Seeds accorderont un rappel simple, pour un ‘Stagger Lee’ tout en nerfs et tripes.

Un concert ultimement rock’n’roll en somme.

YouTube Preview Image

Réclame

Push The Sky Away, le quinzième album de Nick Cave & the Bad Seeds, paraît le 18 février 2013 chez PIAS.
Nick Cave & the Bad Seeds seront au Primavera Sound festival, au festival Beauregard et le 19 novembre au Zénith.


Remerciements : Stephanie et Jennifer (PIAS)

Catégorie : A la une, Concerts
Artiste(s) :
Salle(s) :
Production(s) : ,
Ville(s) :

5 réactions »

  • Chloé :

    Ce concert était dingue! C’est vrai que le public devant était bien bavard mais bon dans ce cas c’est difficilement évitable… Le coup des “deux parisiennes” était bien ridicule par contre.

    Mon petit grain de sel ci-dessous:
    http://cuthecraplaytheshit.wordpress.com/2013/02/19/nick-cave-the-bad-seeds-trianon-110213-sympathy-for-the-devil/

  • Primavera Sound ou le parcours du combattant | Le Transistor :

    […] offerte par Dan Deacon (fireworks! festival). A minuit, on tentera de pleurer cette fois-ci devant Nick Cave & the Bad Seeds (au Trianon) ou alors on ira voir par nous-même ce que vaut Camera Obscura (au nom plus obscure que leur […]

  • Entretien avec Mélanie PAin - Le Transistor | Le Transistor :

    […] hyper mélodique d’Albin. De mon côté, à part les Smiths, j’ai beaucoup d’influences plus rock comme Nick Cave ou PJ Harvey. C’était pas hyper naturel pour lui, mais il a senti que c’était important pour […]

  • SxSW 2017 - lundi avec Doe, Oum Shatt, Maggie Koerner et Noel Wells | Le Transistor :

    […] Après le show très très rock de sa copine Candice Gordon (accessoirement co-fondatrice du label Proper Octopus avec lui), Stephen Fanning se lance dans un set beaucoup plus acoustique. Bien moins rentre dedans, l’Irlandais prend le temps de nous amener dans ses histoires. De sa voix très grave, il en impose alors qu’il est jeune, fin, et a l’air encore bien timide. La batterie assène chaque temps, mais le tempo reste lent, son chant lui-même traîne un peu, et avec les quelques sons d’orgues qui planent, on se croirait presque dans une murder ballad de Nick Cave. […]

  • Entretien avec Peter Von Poehl | Le Transistor :

    […] et Larry Mollens, qui à la base est un percussionniste classique, mais a tourné avec Iggy Pop, et dernièrement avec Nick Cave aux claviers. Après, sur la tournée actuelle, on est à quatre. C’est comme si on avait jamais fini les […]

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins