Les inRocKs VW – Spiritualized, The Maccabees et Citizens!

Quatrième soirée du festival des inRocKs Volkswagen : Le Transistor s’est posté à la Cigale pour pouvoir voir Spiritualized – car Jason Pierce passe pas souvent en France et son dernier album Sweet Heart Sweet Light est sublime. Mais avant l’expérience, place à la jeunesse avec Citizens!, The Maccabees et Team Me.

Team Me

Les horaires ont été bousculés en dernière minute, donc Le Transistor a loupé Team Me. Dans un sens, c’est un mal pour un bien, puisque c’est Jason Pierce qui a insisté pour avoir un set de plus d’une heure, ce qui signifie plus de Spiritualized… On se consolera avec l’excellent single ‘Dear Sister‘, extrait de l’album To the Treetops!, en espérant que les Norvégiens reviendront bientôt sur nos terres.

YouTube Preview Image

Citizens!

On les a déjà croisés un certain nombre de fois cette année, et ce qui est clair c’est qu’ils ont pris de l’assurance. Citizens! commencent par leurs titres les plus immédiats : ‘Caroline’ et ‘Reptile’, et on se rend compte que longtemps après l’écoute, les mélodies sont encore bien encrées. Par contre, eux qui insistaient sur le côté organique de leur musique, il semble qu’ils aient remis ce principe en question pour les live.

Il n’est pas encore 20h, la salle se remplit petit à petit, et Tom Burke s’emploie à motiver le public (en français s’il-vous-plaît) sur l’entêtante ‘Let’s Go All The Way’. Une ovation salue leur reprise d’Everything But The Girl : ‘Missing’. Et bientôt, à coup de ‘True Romance’ et ‘(I’m In Love With Your) Girlfriend’, ils se mettent la salle dans la poche. Chapeau, car les festivaliers des inRocKs ne sont pas les plus faciles à convaincre.

YouTube Preview Image

Lire l’interview de Citizens!

The Maccabees

Dans la salle, on croise Alt-J qui sont venus voir, avant de monter sur la scène de la Boule Noire, ceux qui ont composé ‘First Love’. Le reste de la foule est lui aussi bientôt subjugué par ‘Wall Of Arms’. Dans une ambiance très atmosphérique, le chanteur se prépare, tel un boxeur, à affronter le micro. Emmitouflé dans son hoodie, il étouffe son adversaire pour un combat sans merci.

Malgré ce corps à corps, le concert ne décolle pas vraiment. Même ‘Heave’ ne parvient pas à effacer cette impression de poseur qui se dégage de la scène. Les outros s’éternisent, ça stagne un peu… Finalement, la bonne vieille recette à base de répétition sur ‘Love You Better’ marche toujours. Mais quelque chose cloche : peut-être le manque de sincérité de leur démarche ?

YouTube Preview Image

Spiritualized

Toutes les fans de The Maccabees ont désormais quitté la salle, on reste entre adultes pour voir Spiritualized. Sur scène, rien ne bouge, on remarque à peine Jason Pierce actionner cette minuscule boite à musique qui reprend une chanson d’Edith Piaf. On prend une grande respiration et on se plonge dans ‘Hey Jane’, le single autoroutier mais percutant du nouvel album : « Hey Jane when you gonna die? »

Au sortir des neufs minutes du titre, le public est mitigé. Aussi, pour l’encourager, Jason Pierce lance le plus psychédélique ‘Electricity’, extrait de Ladies & Gentlemen We Are Floating In Space. Après cet interlude dans le passé, Spiritualized entre dans le vif du sujet avec ‘Too Late’, et la foule se divise… Les plus impatients rejoignent calmement la sortie.

Sweet Heart Sweet Light a beau paraître plus sentimental, il n’en est pas moins de caractère, et Jason Pierce le prouve avec ‘Headin To The Top’. Il enchaîne ensuite, sans jamais broncher entre les morceaux, une déterminée ‘Freedom’ une hypnotisante ‘I Am What I Am’ et la perturbante ‘Mary’ qui ne seront dérangée que par des larsens mal placés.

Les fans de Spacemen 3 s’impatientent, les discussions au bar se font moins discrètes, alors que Jason Pierce est en train de livrer ses convictions les plus pures sur ‘So Long You Pretty Thing’. A croire que d’écrire un album sous Interferon (pour traiter son hépatite C, survenue après la pneumonie qui a failli l’achever) lui a permis de se connecter à une autre facette de sa personne.

Mettant de côté les morceaux qui dérangent le plus (‘Life Is A Problem’ et ‘Little Girl’), Spiritualized repioche dans la discographie pour offrir ‘I Think I’m In Love’et ‘Take Your Time’ au public. Et rongeant sur le temps qui lui est imparti, Jason Pierce finira sur la trippante ‘Electric Mainline’.

YouTube Preview Image

Remerciements : Abigail (Les inRocKs)

Catégorie : A la une, Reportages
Artiste(s) : , , ,
Salle(s) :
Evenement(s) : ,
Production(s) : ,
Ville(s) :

5 réactions »

  • Franz Ferdinand et Citizens! au Zénith - Le Transistor | Le Transistor :

    […] album Here We Are, produit par Alex Kapranos, sur le très chic label Kitsuné. Deux ans plus tard, malgré un passage au festival des inRocKs, ils ne semblent pourtant pas avoir réellement marqué les esprits. Cette première partie est […]

  • Moshi Moshi : Teleman et Tom Vek à la Flèche d'Or - Le Transistor | Le Transistor :

    […] passe d’une séduisante et jazzy ‘Lay Low’ à une Kraftwerk-ienne ‘Monday Morning’. D’une ‘In Your Fur’ très Spiritualized, à une Beach Boys-ienne ‘Stream Train […]

  • Citizens! à la Boule Noire - Le Transistor | Le Transistor :

    […] l’interview de Citizens! Lire le live report de Citizens! au festival des inRocKs Lire le live report de Citizens! au Zénith avec les Franz Ferdinand Lire le live report de […]

  • Florence and the Machine au Zénith - Le Transistor | Le Transistor :

    […] scène est recouverte de lights tricolores. Mais le meilleur est pour le dernier titre, sur lequel débarquent The Maccabees, pour leur version d”I Love You All The Time‘ des Eagles Of Death Metal ! Un final […]

  • Le Transistor | Le Transistor :

    […] album solo, MCIII. On peut ensuite se laisser bercer par Anthony & the Johnsons, mais Spiritualized (vu au festival des inRocKs) sera sur la scène ATP, et Tyler, The Creator sur la scène Pitchfork. Tu peux danser aussi avec […]

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins