Le Prince Miiaou à la Maroquinerie

Avant de partir pour New York afin de s’atteler à son quatrième album, Le Prince Miiaou clôturait la tournée Fill The Blank With Your Own Emptiness à la Maroquinerie. Ce soir, Maud-Elisa ne doit pas convaincre une salle attirée par la tête d’affiche : cette fois-ci, tout le monde est venu la voir. Du coup, elle s’est mis la pression pour offrir un moment inoubliable à ses fans.

En l’espace de quelques instants, la salle se charge d’électricité. Elle murmure, parle, se confie et nous malmène, nous désarme en avouant ses échecs, ses faiblesses sur ‘I Don’t Know My Name’. Les paroles nous touchent mais la musique l’emporte. La douceur de sa voix se fait puissante sur la musique fracassante. Les mélodies légères explosent quand son calme apparent se transforme en rage contenue. Impuissance et souffrance déstabilisent sur ‘J’ai Deux Yeux’, beautés et douleurs se mélangent sur ‘Frénésies Horizontales’ : une chappe d’obscurité s’abat soudainement sur la salle, puis tout bascule lorsqu’une comptine enfantine s’immisce…

Le Prince Miiaou à la Maroquinerie par Mauro Melis

Le Prince Miiaou à la Maroquinerie par Mauro Melis

Pour toutes ces raisons, pour cette impression d’iréel d’une réalité insupportable, Le Prince Miiaou est fascinant. D’un côté, on cherche à fuir la complainte du violoncelle pourtant sublimée par la batterie… D’un autre côté, on reste à admirer les volutes de chœurs qui viennent contrecarrer la colère. « On va essayer de pas rester sur ce ton pathos toute la soirée » promet-elle.

Pourtant, c’est exactement pour ça qu’on est venus : pour ressentir quelque chose face à quelqu’un de vrai, de sincère. Quand elle chante ‘No Compassion Available’, elle est toujours émue même si ça fait bientôt 3 ans qu’elle la joue, et sur ‘Be Silent’, ses cris viennent clairement des tripes. Et quand elle nous encourage à la suivre sur ‘Fill The Blank With Your Own Emptiness‘, on se rend compte que ça soulage.

Ouverte avec son public, elle en devient vulnérable : la salle se sent libre de lui parler, mais d’autres en profitent pour lui manquer de respect en gueulant « à poil » à plusieurs reprises. Sauf qu’à force d’ouvrir pour d’autres artistes, Maud-Elisa a aiguisé sa répartie, sans pour autant s’énerver. Sa fragilité n’est qu’apparente : malgré son manque de confiance en elle, elle n’annule pas ses concerts, et au lieu de se laisser gagner par la peur de monter sur scène, elle chante ‘I Love Nobody’ devant tout le monde.

Une fin de tournée marque aussi la fin d’une ère, c’est la dernière fois qu’on la verra porter un masque de ski sur ‘Football Team‘. Mais ça signifie aussi des premières, comme ce morceau de Safety First, ‘Everything must be Erased’ jamais joué en live jusqu’à ce soir… Elle finira sur sa reprise de Françoise Hardy, un tube qui a perdu de sa profondeur au fur et à mesure des écoutes, et qui retrouve son sens premier : cette âme en peine qui s’accompagne de ses boucles pour chanter.

http://www.dailymotion.com/video/xjf9zo

Réclame

Fill The Blank With Your Own Emptiness, le troisième album du Prince Miiaou, est sorti chez 3e Bureau.
Interview du Prince Miiaou
Session du Prince Miiaou pour P20RIS
Live Report du Prince Miiaou au Divan du Monde pour Les Femmes S’en Mêlent
Live Report du Prince Miiaou à l’Olympia pour le festival des inRocKs Black XS


Remerciements : Melissa

Catégorie : Concerts
Artiste(s) :
Salle(s) :
Production(s) :
Ville(s) :

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins