Baxter Dury au Trianon

Les fans français du dandy-crooner anglais sont nombreux, et chanceux. Son cinquième album à peine sorti, Baxter Dury passe déjà par un Trianon sold-out depuis un bon bout de temps. Son dernier opus nous conte des histoires de déceptions amoureuses et de divers fails, mais passés au shaker caustico-décalé de son auteur.

Après l’entrée en scène de ses musiciens qui entament l’hargneuse B.O de Rocky, Baxter Dury se plante dos au public, affublé d’un peignoir satiné de boxeur sur lequel est écrit le nom de ce dernier album, Prince of Tears. Le combat peut commencer, dans une arène surexcitée.

Baxter Dury

Le séduisant Baxter Dury retire son habit de lumière et entame le set par ‘Isabel‘, extrait de l’album Happy Soup, petite pépite pop enjouée et sautillante. Il n’en fallait pas plus pour vite mettre le public, tout sourire, dans le bain. D’autant que d’anciens titres du même calibre, ‘Trellic‘ pour n’en citer qu’un, font danser une bonne partie de l’audience grâce à d’intelligents gimmicks guitaristiques et une batterie binaire en avant.

Le parlé-chanté de Baxter Dury est toujours captivant, et sa formation est au four et moulin, aux instruments et aux choeurs, voire carrément au chant. Le fameux Prince des larmes se poste régulièrement derrière ses claviers, mais n’oublie pas de repasser par le centre de la scène pour boire sa bière et discutailler avec la foule.

Les nouveaux titres sont rapidement égrenés; et ils confirment le bien qu’on en pensait lors des premières écoutes. Les morceaux les plus lents sont hyper élégants : ‘Porcelain‘, chanté par une des claviéristes, ou ‘Wanna‘ sont beaux à pleurer. Mais pour le reste, on passe par des ambiances quasi disco, avec des beats rebondissants et une basse tournoyante limite post-punk. C’est le cas pour ‘Letter Bomb‘ et surtout ‘Almond Milk‘, qui sur le disque comporte un featuring du chanteur des Sleaford Mods. Ce super pote de Baxter avait déboulé sur scène lors de la date à Londres quelques jours plus tôt… mais dommage, Jason Williamson, sans doute le plus fabuleux des frontmen actuellement, est absent ce soir.

Les standards de l’album précédent comme ‘Pleasure‘ ou ‘Palm Trees‘ sont évidemment de sortie, et cartonnent : choeurs langoureux et nappes de synthé enveloppantes en font de vrais petits bijoux de pop atmosphérique. Enfin arrive le tout récent et attendu single ‘Miami’, complètement hypnotique, avec ses multiples voix et sa basse entêtante. Le langoureux single éponyme ‘Prince of Tears‘ est étonnement joué lors du rappel, avec un final bien plus épique que sur disque.

Ce soir, on s’est fait happer par le charme décalé de Baxter Dury, qui était finalement plutôt enjoué, genre Prince of smile.

Réclame

Prince of Tears, le cinquième album de Baxter Dury, est paru chez PIAS.
Lire l’interview de Baxter Dury


Remerciements : Hana [PiAS]

Catégorie : A la une, Concerts
Artiste(s) :
Salle(s) :
Production(s) :
Ville(s) :

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins