Rock en Seine – Dimanche

Dernier jour, on commence à accuser le coup. Heureusement la programmation de ce dimanche est toute en douceur… du moins en apparence ! Débrief de la journée la plus chargée du festival.

I AM UN CHIEN !! (c) Valentin Ottone

I AM UN CHIEN !! (c) Valentin Ottone

Pour démarrer cette journée, réveil caresse avec The Temper Trap. Les cavalcades de guitares soutenues par les chevauchées de batterie appellent à l’évasion. En fermant les yeux, on se sentirait presque projeté en plein désert rouge d’Australie, porté par une voix provenant d’horizons lointains.

Retour à la réalité, j’évite soigneusement la Grande Scène pour me rendre à l’Industrie. Pourquoi éviter Eels ? Parce que j’ai très envie de voir I AM UN CHIEN !! et que je n’ai pas la force de n’écouter qu’une chanson de Mr E : si je commence, je vais être subjuguée et je ne pourrais m’arracher à sa complainte. Donc tel Ulysse résistant au chant des sirènes, je trace mon chemin.

Un live d’I AM UN CHIEN !! est un très bon moyen de se remettre les idées en place. Le groupe donne de ses tripes, David effectue des sauts acrobatiques et la foule répond par des slams rageurs. Le public n’est que clameur et fureur de vivre. Mais je réserve les détails de ce live d’énergie pure pour un compte rendu plus complet.

Rapide détour par la Cascade pour écouter Wayne Beckford. Au programme : soul, cuivres et choristes alléchantes. Un grand show pour un style très vintage mais loin d’être révolutionnaire. J’apprécie plus son talent en tant que collaborateur. Je m’égare vers l’exposition photo de Richard Bellia pour apprécier son humour visuel.

De la tente Ile-de-France s’échappe le son d’eLdIa. Le showcase est surprenant pour moi qui ne les avais vus qu’en acoustique. Au premier abord très pop, avec un synthé aux relents limites électro, leur son est bien sympathique. Puis la voix de Laurent part en urgence sur ‘Kenneth Anger Satanic Blues‘, la réverb emplit l’espace. Avec ce titre, ils closent le set prouvant qu’ils ont plusieurs facettes à explorer.

Beirut prend ses quartiers sur la grande scène avec l’attirail plus proche d’une fanfare que d’un groupe folk traditionnel : trompette, accordéon, contrebasse et tuba sont de mise. Les amoureux du genre sont aux anges. Les autres semblent se laisser doucement bercer. J’ai cru que les magnifiques solos de trompette allaient nous ramener le soleil. Il n’en est rien. L’ensemble n’est peut-être pas assez prenant.

Le soleil a plus de chance de briller sous la tente Ile-de-France au son des Yolks. Avec un style vestimentaire très marqué années 70s, The Yolks livre une pop imprégnée de l’époque mais cultivée à l’électro très actuelle. Des morceaux très enlevé et joyeux, une voix funky, des riffs qui sautillent et font bouger la foule. Un vent d’air frais sur une scène pop actuelle stagnante. On suit et on aime The Yolks !

Arcade Fire à Rock en Seine

Arcade Fire à Rock en Seine

The Ting Tings ont marqué l’année 2008 grâce à leur ‘Shut Up and Let Me Go’ repris pour la pub iPod. Ils finissent tout juste Kunst, successeur de We Started Nothing prévu pour octobre. De la fast-pop pour certains, pop ravageuse pour d’autres, ils ont leur place dans cette programmation pour réveiller un peu la Grande Scène.

La réponse aux Ting Tings, c’est Roxy Music à la scène de la Cascade. Pour remettre dans le contexte, ce groupe est l’auteur du mythique ‘Avalon’. Les conditions paraissent tout d’abord difficile pour apprécier le style langoureux : il manque un sofa confortable, un verre de bourgogne et un feu de cheminée. Mais rapidement les solos de guitare fascinent et on en oublie le froid, la fatigue et la foule. Et on comprend comment ils ont pu traverser les années aussi aisément.

Le clou du spectacle reste Arcade Fire. Avec leur tout nouvel album The Suburbs dans les bacs depuis moins d’un mois, les Canadiens n’ont plus rien à prouver, tout à offrir. Les fans font le pied de grue depuis plusieurs heures, personne ne les en délogera, même pas la pluie. Et le fait que le dernier album ne soit pas à la hauteur des précédents ne dérange apparemment personne. Le compte rendu détaillé se penchera sur le cas des “sauveurs du rock” –d’après les Inrocks !


Remerciements : Ephelide

Catégorie : Concerts
Artiste(s) : , , , , , , , , ,
Evenement(s) :

3 réactions »

  • zikomagnes :

    RT @le_transistor: [Article] Rock en Seine – Dimanche – http://www.letransistor.com/2752-concert

  • A La Une, Concerts – Eels à Madrid | Le Transistor :

    […] de la folk accompagné d’un quatuor à corde que du rock à tripes. Et la crème de la crème : cette année il jouait à Rock en Seine. J’ai choisi le bon cheval ! C’est pour ça que je suis partie le voir à Madrid – pour […]

  • Buck 65 et Yoav à la Custom d'avril - Le Transistor | Le Transistor :

    […] joue devant une poignée de spectateurs. Mais Laurent Blot n’en est pas à son tour de chauffe. Entre ses tournées avec elDia et ici dans son projet solo, il a déjà assuré beaucoup de premières parties – et notamment à […]

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins