Rock en Seine 2017 – Slowdive, Ty Segall, The Lemon Twigs

Dernier jour de Rock en Seine, et le soleil est toujours là. Un dimanche bien tranquille, mais savamment relevé du rock de Car Seat Headrest, le projet de Will Toledo caché derrière ses lunettes de soleil, des effluves 70s des jeunes frangins survoltés de The Lemon Twigs, du garage pimenté du surdoué Ty Segall et du magnifique shoegaze de Slowdive mené par une Rachel Goswell toujours aussi éblouissante.

Car Seat Headrest

Sur la grande scène, King Khan & The Shrines n’a pas fini son set, mais Will Toledo ne se démonte pas et démarre sur les chapeaux de roue avec ‘Vincent’. Sobre et détaché, dans son jean noir slim, le chanteur reste impassible caché par ses lunettes de soleil. Et pourtant les paroles de ‘Fill In The Blank’ semblent venir des tripes.

Si le soleil rend ses compositions langoureuses, notamment ‘Maud Gone’, on note que le chanteur tape du poing sur le manche de sa guitare pour appuyer son propos avant de s’énerver, comme rongé par la frustration de l’impuissance. Et il est difficile de ne pas imaginer de drame sur ‘Drunk Drivers / Killer Whales’, avec le déchirant “It doesn’t have to be like this” éclatant au milieu des larsens. Ces incessantes montées d’intensité s’arrêtent pourtant net, quand Will Toledo quitte la scène avant tout le monde, laissant le soin à son batteur de remercier la foule.

YouTube Preview Image

Ty Segall

Pour cette nouvelle tournée – toute rouge cette fois-ci, Ty Segall défend Ty Segall, son neuvième album, et l’ambiance est en effet à une sorte de retour aux sources. Pendant tout le set, la part belle est aux solos, avec pour démarrer en fanfare ‘Break a Guitar’. Les musiciens ont l’air content d’être là… ou plutôt content d’être ensemble sur scène.

Sans cesse hilares, ils partent dans une sorte de compétition, à surenchérir, cherchant à toujours jouer plus rapidement. Et clairement, les guitaristes ont une dextérité impressionnante, mais qui leur fait perdre de vue le public. Installés en rond, ils l’excluent même… aussi la foule commence à se lasser et se détourner lentement vers d’autres scènes.

YouTube Preview Image

The Lemon Twigs

Le set ouvre sur ‘Wanna Prove To You’ et clairement les deux frangins de The Lemon Twigs sont là pour défendre leur bout de gras, c’est à dire leur premier album Do Hollywood. Brian se démène à la guitare – dans une imitation de Freddie Mercury par moment – pendant que Michael démonte les fûts de la batterie. Leurs compositions aussi essaient d’en envoyer plein les yeux avec la très baroque ‘Frank’ qui s’énerve en mode heavy pour revenir rapidement sur de la pop.

Le duo est évidemment influencé par les Beach Boys, malheureusement Michael n’a pas forcément la voix pour s’amuser autant dans les aiguës. Mais il faut bien leur reconnaître la paternité de ‘These Words’ qui est instantanément devenu un classique. Et qu’ils savent écrire des refrains comme des hymnes à reprendre. “As long as we are together”, hein ?

YouTube Preview Image Interview à paraître

Slowdive

Le soleil vient de se coucher, le festival touche bientôt à sa fin, il est temps de s’offrir une plage d’une douceur infinie. Tranquillement, le son construit petit à petit par Slowdive prend le dessus d’une foule déjà hypnotisée par les choeurs angéliques. Et une fois que la divine Rachel Goswell lâche son clavier pour onduler avec sa guitare sur le devant de la scène, elle éclipse le cygne rose qui pourtant trône. Ce soir, sa tenue est moins pailletée qu’à son habitude, mais elle est toujours aussi rayonnante.

La batterie se fait funèbre sur ‘Crazy for you’, mais le morceau ne tarde pas à exploser. Pour déboucher sur la magnifique ‘Start Roving’, issue de leur nouvel album, le premier en vingt ans. Slowdive revisite aussi ses premiers succès, comme ‘When The Sun Hits’ néanmoins c’est sur le nouveau single ‘Sugar For The Pill’ que le public la foule réagit dès les premières notes. Telle une prêtresse, Rachel s’incline devant la pluie d’applaudissements, puis s’éclipse pour laisser les guitares s’exprimer sur l’éclatante reprise de ‘Golden Hair’ par Syd Barret en guise de final.

YouTube Preview Image

Lire l’interview de Slowdive


Remerciements : Marion [Ephelide]

Catégorie : A la une, Reportages
Artiste(s) : , , ,
Evenement(s) :
Ville(s) :

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins