Entretien avec St.Lô

Aux dernières Trans Musicales de Rennes, St.Lô donnait un de ses tout premiers concerts. A peine cinq mois plus tard, le groupe était invité au Printemps de Bourges pour faire concurrence à la Rock’n’Beat party au 22 d’Auron. Le Transistor, transi par leur son trip-hop et intrigué par un EP bien trop court, a décidé de partir à leur rencontre. Docmau et Ms. Walidah ont accepté de revenir sur leur parcours assez atypique et de livrer leurs espoirs et leurs doutes.

St. Lô

Ms. Walidah s’était déjà produite auparavant aux Trans Musicales de Rennes… en 1994 ! « J’étais un bébé mais oui… J’étais un MC à cette époque. Quand on nait et grandit à New York, c’est pas que l’on doit faire du rap, mais c’était la grande époque. Donc ça fait partie de mon ADN. »

Entretien avec St.Lô

Entretien avec St.Lô

Avant de se lancer dans leur histoire, Docmau explique en anglais à Hanifah Walidah ce qu’il s’apprête à raconter. « Avec La Bande Magnétique, on travaille ensemble depuis 1998. Et grâce à MySpace, j’ai retrouvé en 2007 Ms. Walidah qui était déjà passée aux Trans en 1994. Elle m’avait fait une forte impression déjà à l’époque. Puis quand elle est passée en tournée avec le groupe the Brooklyn Funk Essentials, elle s’est proposé de rencontrer des artistes.
Ms. Walidah : Je n’étais pas non plus à la recherche de quelque chose en particulier. C’était lors d’un creux : j’ai contacté quelques personnes pour faire de la musique, pour combler le creux de la vague. Donc je suis partie écouter différents groupes sur MySpace. »

Mais avant d’organiser une session ensemble, Hanifah Walidah a pris soin de se renseigner pour savoir à qui elle avait à faire. « Comme je suis une femme, je peux pas non plus rencontrer n’importe qui, parce que ça peut être dangereux. Donc plusieurs mois avant de partir en tournée, j’ai entamé une correspondance avec La Bande Magnétique. En échangeant des emails, j’ai pu me faire une idée des personnes qui composaient le collectif. Et de là, j’ai accepté de les rencontrer à St Lô, et on est devenu une famille en une nuit.
Docmau : On a pris le temps de parler, et on s’est bien entendu.
MS. Walidah : Ils sont venus me voir en concert, avec The Brooklyn Funk Essentials et après on s’est posés à l’hôtel. Ils avaient apporté du matériel, moi j’avais juste un ordi parce que je pouvais pas tout amener. Ils ont créé une sorte de studio dans la chambre, ont posé tous les micros.
Docmau : On s’était déjà envoyé des démos, parce qu’on avait qu’une seule nuit pour faire ce projet.
Ms. Walidah : Ils ont commencé à jouer, et moi j’avais écrit quelque chose. Et au matin on avait une chanson. »

YouTube Preview Image

S’il ne leur a fallu qu’une nuit pour composer un morceau, ils ont dû attendre plusieurs années pour pouvoir ne serait-ce que se revoir. « On a continué à correspondre via Internet, et en 2010 on a réussi à trouver un nouveau créneau lors d’une de ses tournée avec les Brooklyn. Et là on s’est fait plaisir, et le premier EP est né. A la fin de la semaine, Hanifah est repartie pour New York mais on a continué en faisant des prises avec Everton Sylvester, et puis avec le rappeur français Kohndo, et le slameur John Bonzaï. On voulait faire un truc un peu généreux et avoir aussi des amis avec qui on avançait musicalement. » Cette deuxième session a donné naissance à leur premier EP, Herculéen. « C’était une nouvelle étape par rapport au son qu’on avait construit ensemble. Parfois ça prend du temps à développer, parce que je pense pas que sur le moment on réalise quel est le son qu’on cherche. Et puis au fil des années, les relations se consolident, les relations musicales s’affirment.
Docmau : Il y a un morceau qu’on a enregistré cette fois-ci. C’était ‘Legendary
Ms. Walidah : je crois que c’est la plus belle chanson. Elle a quelque chose, elle est hantée.
Docmau : étrange et inquiétante… »

Pour accélérer le processus, St.Lô a pu compter sur l’aide de l’association Musiques d’Aujourd’hui au Pays de Lorient (MAPL). « C’est une SMAC (Scène de Musiques Actuelles), c’est la structure de Lorient. C’est elle qui nous a mis le pied à l’étrier pour qu’on amène le projet en dehors de notre petite communauté. C’était très compliqué puisque Hanifah était à New York et nous on était en Bretagne : on n’avait pas les moyens de se voir. Et la MAPL nous a permis de payer les billets d’avion, d’avoir des résidences plateau pour préparer la scène, sortir du studio, faire des choix de jeu, muscler les morceaux. »

YouTube Preview Image

En l’état actuel, St.Lô est encore séparé par un océan.
Ms. Walida : On est en train d’étudier la question.
Docmau : Pour le moment on travaille avec un tourneur depuis les Trans. Ils ont l’intention de développer le projet à l’étranger en comptant sur le côté anglophone. Et puis on a aussi un côté très cross over dans les genres. Pour les Etats-Unis on verra.
Ms. Walidah : C’est un long périple, et s’il devient nécessaire pour moi de franchir le pas, on avisera à ce moment-là. Mais j’adore mon pays.
En attendant une évolution, St.Lô se développe à son rythme, sans se presser.
Docmau : On a d’abord beaucoup travaillé en studio : en 2010 c’était vraiment du studio pur, et l’EP est resté ultra-confidentiel. Et depuis l’année dernière, comme Ms Walidah était plus présente ça nous a permis d’avancer dans la composition des morceaux. Et en même temps qu’on consolide le live, on continue à peaufiner les arrangements dans notre home studio, en attendant qu’un label se manifeste.
Ms. Walidah : C’est une réelle aventure. J’essaie de rester présente pour vivre pleinement cette expérience. C’est difficile d’avoir une vision globale, on sait pas trop comment se projeter sur le long terme. Pour le moment, on joue, on a la chance d’être bien entourés, on a de superbes dates, bien stratégiques. On avance un concert après l’autre, on respecte le processus.
Docmau : Sans être énervés, on est prêts. »

Réclame

St.Lô sera en concert le 7 juillet au jazz festival de La Défense, et à Rock en Seine


Remerciements : Antoine (Opus 64)

Catégorie : A la une, Entretiens
Artiste(s) :
Evenement(s) : ,
Ville(s) :

2 réactions »

  • Rock en Seine 2013 – Jour 3 | Le Transistor :

    […] On pensait que l’obscurité serait plus propice à St. Lô et contre toute attente, même en plein après-midi, ils arrivent à maintenir la tension, à agripper l’attention. Arborant une magnifique crête décolorée – assortie à sa chemise jaune-, Ms. Walidah saute tel un démon hors de sa boîte. Cet ancien MC de Brooklyn donne toute son âme au projet de La Bande Magnétique, pour transformer leurs compositions électro en trip-hop à tendance psychopathe. On a hâte d’entendre la transformation de leur essai sur le format album. http://www.vimeo.com/49553117 Lire l’interview de St.Lô […]

  • Gagne tes places pour le MaMA Event 2013 | Le Transistor :

    […] Allemands de Sizarr et de la pop norvégienne de Sandra Kolstad. Mais le clou de la soirée restera St. Lô (interview) au Bus Palladium, qui partageront le plateau avec les Espagnols de Mendetz et du rock expérimental […]

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins