Rover à la Maroquinerie

Rover a des pouvoirs insoupçonnés. Lui qu’on avait laissé au festival des inRocKs à subjuguer la salle en deux morceaux seul devant le rideau rouge, on le retrouve quelques mois plus tard, armé d’un premier album étrange et pénétrant, en tête d’affiche d’une Maroquinerie blindée déjà à ses genoux. Il est fort, il est décidément très fort !

Rover est magique : sa voix aérienne s’empare avec une force incommensurable de la salle et on ne redescend que lorsque l’ovation de la foule vient briser la dernière note. Malgré les claviers flirtant avec le morbide sur ‘Late Night Love’, il nous fait remonter des ténèbres sur une impulsion toute nouvelle. Il nous laisse reprendre notre respiration sur ‘Queen of the Fool’, on fait même une pause sur ‘Remember’ pour mieux pouvoir replonger sur ‘Aqualast’.

Certes, parfois, sa complainte est désolante, triste à se tailler les veines… Pourquoi cet être si touchant est-il autant en peine ? Il a clairement beaucoup souffert : « Please no more » supplie-t-il ! On sent sur ‘Silver’ qu’il n’y a aucun espoir, aucune issue. Et nous restons là, impuissants, juste bon à crier pour l’encourager. Heureusement ‘Lou’ vient, tout en volupté, alléger ces intenses moments.

Rover est un héros : il peut faire tout ce qu’il veut avec sa voix. Même imiter le grand Elvis, en remontant subtilement le col de sa chemise. Protecteur sur ‘Full of Grace’, il nous berce sur ‘Wedding Bells’… Sans oublier ce moment où notre cœur chavire sur ‘Tonight’ ! On a plus à s’inquiéter, on se glisse dans son sillage, il prendra toutes les balles pour nous : il est invulnérable ! Sauf face à ce public qui ne veut s’arrêter d’applaudir malgré ses remerciements.

Mais le moment qui vient balayer tous les doutes qu’on a pu avoir, nous pauvres pêcheurs, par rapport à sa toute-puissance, c’est ce deuxième rappel non prévu. Rover, n’ayant rien préparé, pas même une reprise, rejoue ‘Aqualast’… lorsqu’il se voit interrompu par le public qui reprend le thème en cœur. On aurait bien versé notre larme si le son avait été à la hauteur de l’interprète.

YouTube Preview Image

Réclame

Rover a sorti son premier album, sobrement intitulé Rover, chez Cinq7.
Rover vient d’annoncer une date le 24 octobre à l’Alhambra.
Lire l’interview de Rover – qui nous raconte un peu de sa vie passionnante au Liban.
Et pour télécharger des titres inédits, c’est ici.


Remerciements : Romain (Cinq7)

Catégorie : Concerts
Artiste(s) :
Salle(s) :
Production(s) :
Ville(s) :

Une réaction »

  • Printemps de Bourges – mardi | Le Transistor :

    […] n’est pas une découverte. Après l’avoir rencontré en novembre dernier, on avait assisté à sa première Marock en mars. La dernière fois, on avait maudit l’ingé son. Cette fois-ci, si le son est plus riche, c’est […]

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins