Entretien avec Lisa Portelli

Lisa Portelli a sorti son premier album, Le Régal, en mai dernier. Lauréate du Paris Jeunes Talents, la jeune femme a été nommée pour le prix Constantin 2012, et fait partie du cru du FAIR… Plein de bonnes raisons pour rencontrer Lisa Portelli ! Et aussi parce qu’on aime sa personnalité autant que ses compositions.

Lisa Portelli

Chassons les idées reçues. Tout d’abord, Lisa Portelli est souvent associée à la scène rémoise. « C’est une grande famille la scène rémoise. J’étais à Reims pendant huit ans, mais j’y suis plus, maintenant je suis à Paris. Je suis arrivée à l’âge de quinze ans, je suis rentrée au conservatoire justement là-bas, et en parallèle de mes études, je jouais dans des bars. C’est là que j’ai rencontré ces artistes, à force de jouer. » Sa première expérience musicale était à Reims, même si elle n’est pas originaire de la région. « Je trouve ça intéressant de commencer dans une petite ville comme ça, faire tes armes. Et puis même, la scène rémoise est pas facile, le public est très exigeant. Donc c’est bien d’être confronté à ça. Mais c’est un autre environnement sonore. »

Entretien avec Lisa Portelli

Entretien avec Lisa Portelli

Ensuite, dans les médias, beaucoup la comparent à la jolie Vanessa Paradis. « Ca ne me dérange pas parce que je sais que j’ai autre chose. Je sais que mon univers est vraiment différent. Je lui ressemble plus dans l’immédiat, pour les gens qui me connaissent pas. Mais c’est normal qu’on parle de ça, parce que c’est vrai que je lui ressemble… après on parle pas que de ça. » Pourtant musicalement, Lisa est beaucoup plus rentre-dedans que son physique ne le laisse penser. « J’ai un coté plus ingrat que Vanessa Paradis, mais pas dans le sens négatif – plus brute… Mais dans le fond, c’est moi. Dans la vie je suis pareille : je suis douce et amère, y’a des choses qui m’échappent parfois… je suis pas dans le contrôle. »

Sur scène, Lisa Portelli donne tout, elle ne se protège pas. « Je me suis rendue compte, et d’ailleurs c’est pas toujours évident dans la création, qu’il fallait pas que j’aie peur de tout montrer, je peux pas… et ben peut-être justement cette affiliation avec Vanessa Paradis, qui a toujours été en fin de compte : depuis que j’ai commencé, on a pas arrêté de me sortir ça ! Peut-être que quelque part, en réaction à ça, j’ai voulu montrer autre chose, pour dire ‘regardez moi telle que je suis et pas telle que vous avez envie de me voir’. »

Finalement il y a un décalage entre un album doux et un live plus mordant. « C’est le souci d’un premier album. Tu fais les chansons, tu connais personne, t’as pas d’équipe. Puis tu enregistres l’album assez rapidement donc les morceaux ne vivent pas en live. Quand j’ai fait les morceaux de l’album, je tournais pas beaucoup – j’avais une date par mois et encore ! Maintenant les morceaux ont réellement pris un sens grâce à la scène. » Mais Lisa apprend au fur et à mesure. « Je fais tout toute seule. Même si y’a des gens qui bossent autour de moi, j’ai personne qui décide à ma place. C’est par moi-même que je découvre ce qu’il faut ou ne pas faire. Donc l’idée pour le deuxième c’est de rendre un truc plus live – pas faire un album live mais en tous cas qu’il y ait cette énergie. »

YouTube Preview Image

Le FAIR va justement l’aider à développer son projet pour le deuxième album. « J’espère que ça va m’apporter des dates, et du coup, j’espère que ces dates-là vont me permettre de jouer mes nouveaux morceaux sur scène. Pour préparer ce nouvel album. Je vais tester mes chansons en live. » Pour le prochain, Lisa Portelli aimerait avoir plus de cohérence que sur Le Régal. « Sur cet album, chaque chanson est comme un tableau. Ca peut aussi être un challenge, d’essayer d’avoir une vraie cohérence de A à Z sans qu’on s’ennuie au bout de trois morceaux. Le Régal, c’est vraiment un album studio : tu peux amener des ambiances différentes, t’as pas de contraintes. Et de plus en plus, je me rends compte que la contrainte c’est important à la création. Tu t’imposes un petit espace dans lequel tu crées…. »

En live, Lisa présente déjà un nouveau morceau, ‘En Sueur‘. « J’étais partie sur un coup de tête en Espagne. Je m’étais arrêtée dans des villes un peu au hasard. Et avec mon copain, on voulait aller dans le village de Camaron De La Isla. Et ça a été un moment hyper fort, parce que c’était un gitan, et de voir sa maison, toute petite… Il vivait dans la misère alors que c’était un énorme chanteur. C’était surprenant de voir ce contraste, cette liberté qu’il avait, cette sauvagerie. Et du coup ça m’a inspiré cette chanson – qui n’a rien à voir avec du flamenco. » Ce nouveau morceau exprime ce qu’elle vit en ce moment. « J’avais envie de parler du voyage. Dans cette chanson, je parle vraiment de la prise de risque, quand tu veux faire un truc mais personne n’y croit, quand t’es tout seul par rapport à ton rêve. Avec ce côté éprouvant. ‘En Sueur’ c’est un peu l’acte artistique, être sur scène, se livrer totalement, contre toute attente. Y’a ce danger. Et je trouve que dans le flamenco, on le ressent à fond. Cette fureur… ce feu ! »

YouTube Preview Image

‘En Sueur‘ annonce un peu le tournant que Lisa veut prendre pour le prochain album. « Cette chanson m’a donné envie de faire le prochain. Musicalement, y’a une porte qui s’ouvre… Je sais pas où ça va me mener, en tous cas ça donne envie. Je le prends comme une évolution, c’est un pas en plus vers quelque chose de plus personnel encore. De l’intime mais dans le rock – c’est un truc que je connaissais pas avant, et que je commence à découvrir. En ce moment je suis un peu dans cette recherche : l’intimité dans le rock. »

Réclame

Le premier album de Lisa Portelli, Le Regal, est disponible chez Wagram.
Lisa Portelli sera en concert au Nouveau Casino le 10 novembre 2011.


Remerciements : Pierre-Henri Janiec (Wagram)

Catégorie : A la une, Entretiens
Artiste(s) :
Production(s) : ,

4 réactions »

  • Gagnez vos pass VIP pour la soirée Ricard S.A. Live Session avec Lisa Portelli le 14 fev à la Flèche | Le Transistor :

    […] Dimanche, on affronte le froid quand même. Si vous avez loupé la tournée de General Elektriks (interview), il est temps d’aller voir RV sauter derrière ses synthés au Nouveau Cas. Au Bataclan, on va quipher avec Genius aka Gza du Wu-Tan Clan et Jedi Mind Tricks. Niveau légende, on est servi au New Morning avec Nick Lowe. Elvis Costello toujours, Jonathan Wilson (chronique de Gentle Spirit) sera au Divan du Monde. Pendant ce temps, la famille Moriarty (interview) donnera un concert à la Maison de la Musique de Nanterre. Et à l’Inter, soirée Out Of Bonds avec Divine Pilot et Threatmantics. Et pour gagner des pass VIP pour la Ricard S.A. Live Session avec Lisa Portelli, Phoebe Killdeer & The Short Straws et les Wankin Noodles, répondez à la question suivante sur notre wall : Lisa Portelli a été sélectionnée en 2012 pour bénéficier d’une aide et d’encadrement musical… Tout comme Phoebe Killdeer en 2009 ! Quel est ce dispositif qui chaque année soutient et met en avant des groupes en développement ? Réponse ici. […]

  • Franck Nardin :

    LE FAIR !!

  • gagne tes places pour Lisa Portelli le 15 décembre | Le Transistor :

    […] laissés sur le carreau – rien à voir : tellement plus rock ! Subjugués par son charisme, on avait décidé de la rencontrer et sa franchise nous avait frappés. On ne cherche pas à l’encenser, de toute manière, la flatterie ça lui plaît pas des masses. […]

  • Le Transistor | Le Transistor :

    […] A la Flèche, la Ricard S.A. Live Session nous offre une contre-St Valentin gratuite avec Lisa Portelli (interview), Phoebe Killdeer & the Short Straws  (au MaMA) et The Wankin Noodles. A la Boule Noire, on va […]

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins