Gaëtan Roussel au Zénith

Un peu plus d’un an après la sortie de son premier album Ginger, on peut dire que Gaëtan Roussel s’en sort bien. Après reçu plusieurs Victoires de la Musique dont meilleur album rock et meilleur interprète masculin, et avoir rempli plusieurs salles parisiennes, plus petites mais non moins prestigieuses comme la Cigale, le Casino de Paris ou l’Olympia, c’est au Zenith que l’ex-chanteur de Louise Attaque vient clore sa tournée.

The Hillbilly Moon Explosion


Une petite peur de voir les Forbans débarquer sur scène en apercevant la contrebasse mais que nenni. Si on a en effet eu l’impression d’embarquer dans une machine à remonter le temps, c’était pour se retrouver dans une ambiance rock’n’roll, bien rétro, un mélange entre l’époque glorieuse du King et un univers country, voire un peu western. Sur scène, ils étaient quatre, une lady au chant et à la guitare, accompagnée de trois cowboys à la guitare, basse/ chant, et batterie. Rock’n roll jusqu’au bout des lèvres, un verre de vin pour Emmanuela, et de la bière pour les hommes, ils ont quand même réussi à embarquer le public de la fosse, alors pas encore tout à fait pleine. Sans oublier un spectaculaire surf de contrebasse digne d’un show américain pour un groupe qui s’est pourtant formé en Suisse.

Gaëtan Roussel

La fosse s’est un peu remplie pendant le changement de set et c’est dans le noir que le concert de Gaëtan Roussel a commencé. La foule commençait à s’impatienter quand les musiciens sont enfin arrivés sur scène, tous vêtus de rouge et de noir. Et c’est le sourire de Gaëtan qui a enfin illuminé le Zénith lorsqu’il s’est approché du bord de la scène pour entamer les premières notes de ‘Clap Hands’. Gaëtan s’est alors lancé dans les différents titres de son album, parsemant le set de quelques nouveaux titres et de reprises.

Si le concert a atteint son « climax » pendant Help Myself, le succès radiophonique de ce titre n’aura pas suffit à soulever ceux qui étaient confortablement assis dans les gradins. Gaëtan a pourtant su s’entourer de très bons musiciens qui ont enchaîné les démonstrations autant scéniques que musicales – démonstrations qui ont parfois créé des longueurs. Heureusement, le public a eu l’occasion de « clapper » des mains jusqu’à l’épuisement sur ‘Dis moi encore que tu m’aimes‘, et même si on a eu le temps de se regarder dans le blanc des yeux pendant l’interminable ‘DYWD (Do You Wanna Dance)‘ – sur laquelle personne n’a vraiment dansé d’ailleurs – le public n’a pas semblé vouloir laisser repartir la troupe.

Le charisme de Gaëtan et la complicité qui le lie à ses musiciens y sont sans doute pour quelque chose. Il a quand même réussi à convaincre la majorité du public avec un style plutôt moderne, oscillant entre chanson française et bilinguisme, aux sonorités pop rock, voire légèrement teinté d’electro. C’est donc après quatre rappels, dont un de ‘Help Myself‘ que le public du Zénith s’est enfin décidé à partir. Malgré le succès non négligeable de son premier album en solo, il faudra sans doute à Gaëtan Roussel encore toute une tournée de festivals cet été pour pouvoir enfin galvaniser des salles combles, et peut-être plus encore.

Setlist

Clap Hands / Tokyo / Inside Outsite / « La muraille de Chine » / Help Myself (Nous ne faisons que passer) / Trouble / Dis Moi Encore Que Tu M’aimes / Des Questions Me Reviennent / DYWD / Les Belles Choses / Mille Milliards de Dollars // Psycho Killer (Talking Heads cover) // Si L’on Comptait Les Etoiles / Love Hurts ( Nazareth cover) // Help Myself (bis) // Indide Outside (bis)


Remerciements : Patricia Teglia

Catégorie : Concerts
Artiste(s) : ,
Salle(s) :
Production(s) : , , ,
Ville(s) :

4 réactions »

  • Programmations des Solidays du 24 au 26 juin 2011 | Le Transistor :

    […] Aloe Blacc (I Need A Dollar…) On aime bien : Fool’s Gold (tellement entraînant !), Gaëtan Roussel (au Zénith), Yodelice (très prenant), Puggy (en session), HK & Les Saltimbanks, Orchestre National de […]

  • Gagnez des places pour Mina Tindle le 12 mars à la Marock | Le Transistor :

    […] sur The Limes. Parfois, c’est au détour d’un concert de Farewell Poetry ou encore avec Gaetan Roussel (au Zénith) dans l’émission Taratata qu’on la découverte. Pendant tout ce temps, Mina Tindle […]

  • Mégane :

    C’est moi ou le live report il a disparu? 🙂

  • agnes :

    qu’est-ce qui a disparu ?

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins