Entretien avec Pick A Piper

Pick A Piper, c’est le projet du batteur de Caribou. Depuis 2009, Brad Weber a monté son projet collaboratif avec deux de ses amis, Angus Fraser et Dan Roberts, mais aussi plein d’invités. Cette année, Pick a Piper s’apprête à sortir son deuxième album, Distance. Ce digger de sons nous raconte comment il a glané l’inspiration au fil des rencontres – que ce soit via Red Bull Music Academy ou des retrouvailles du lycée, des voyages et des terreurs nocturnes.

Pick A Piper

Brad Weber explique que Caribou et Pick A Piper sont deux projets entièrement différents. “ Mais Dan Snaith nous a aidés à certains moments. Je lui envoie de la musique, et il me fait des retours, me donne des idées, me fait écouter de nouveaux artistes. Il va me donner des fils à explorer, et rapidement on se retrouve avec des onglets ouverts dans tous les sens !”

Distance, le deuxième album de Pick A Piper est prêt depuis un an, déjà. “Ca nous a pris du temps pour trouver le bon label, on voulait pas le sortir avec n’importe qui, et s’assurer que c’était la bonne solution pour tout le monde. Et finalement, on a signé avec Tin Angel, ça valait le temps d’attendre je pense.” Il y a deux ans déjà, Pick A Piper était au festival SxSW afin de trouver un label. “Ca nous a pas vraiment aidés. Je crois que le festival changé, avant c’était que des petits groupes, et maintenant ils mettent des gros noms à l’affiche, donc l’équilibre a changé. Plus personne vient aux showcases des jeunes groupes pour découvrir. C’est devenu tellement gros, c’est difficile de garder la formule originale je pense.”

Mais ça vient aussi du fait que Brad Weber aime aussi prendre son temps pour composer au fil de ses voyages. “J’ai passé tellement de temps dans ma vie en tournée ! Je glane des idées au fur et à mesure : parfois c’est un instrument qui va t’inspirer, et des fois, c’est juste un sentiment. On est quelque part, on ressent quelque chose, et on commence à écrire – j’ai toujours mon ordi avec moi. Des fois, c’est bizarre, on sait pas d’où ça vient, et le son n’aura probablement rien à voir avec ce qui m’entoure, mais tu as un flot d’inspiration, donc tu suis le mouvement.” Par exemple, sur ‘January Feels Lost’, Pick A Piper utilise du gamelan. “C’est un instrument indonésien. Il s’en dégage une vibration chaleureuse, mais la percussion est incisive, une attaque tranchante mais une finition chaude, avec une belle résonnance. Ma femme et moi, on est parti à Bali l’année dernière, et on a assisté à plusieurs concerts. J’en avais déjà entendu parler, mais de le voir enfin dans le pays d’origine, c’est autre chose !”

Pick A Piper a tendance à mélanger des musiques de tous les horizons. “C’est comme des inspirations de différents endroits. Je vais dans différents pays pour faire partie de leur musique actuelle. Parfois on tombe sur des musiques lors d’un voyage, et quand on rentre on fait des recherches sur ce qu’on a vu, et comme ça on découvre beaucoup de choses. Je mixe les pays, j’essaye toujours quelque chose de nouveau, avec une partie de moi…” En fait, Brad Weber est ce qu’on appelle un diggeur de sons. “Ces dernières années, j’ai fait de plus en plus de DJing, et avec un ami, on a une émission de radio : le format est assez ouvert, on passe pas mal de disques. On va jouer aussi bien de la psyché turque que de la cumbia argentine – ou peu importe. C’est toujours l’histoire de découvrir un artiste, qui nous amène à tout un filon d’autres artistes.”

YouTube Preview Image

Sur ses compositions, Pick A Piper va toujours coupler organique et synthétique. “J’utilise le son qui me fait envie sur le moment, tantôt c’est électronique, tantôt acoustique, et je les mets l’une sur l’autre. Sur certaines parties de l’album, il y a quatre sons en même temps, des notes ou des samples trouvés ou confectionnés – ça vient un peu de partout – et ça donne quelque chose de complètement différent. Des fois ça marche pas du tout, mais je m’éclate à les assembler pour voir ce que je peux en tirer.”

Si Pick A Piper est un groupe, c’est tout de même le projet solo de Brad Weber. “Quand on a commencé le groupe, c’était plus collaboratif, mais je me suis de plus en plus concentré sur ce projet, donc ça devient un solo. Mais les deux autres sont toujours impliqués, j’aime à garder ce projet ouvert, à d’autres collaborations. Sur les deux albums, j’ai travaillé avec plusieurs chanteurs invités : chacun apporte une nouvelle énergie aux morceaux.” Le batteur admet avoir besoin d’autres influences pour composer. “J’ai commencé la musique auprès de personnes qui avaient cette mentalité collaborative. Même si je peux être fier de mes compositions, des fois je travaille de manière obsessive sur des trucs, et je perds un peu pied. Si c’est juste ma propre composition, je risque de la détester, alors qu’avec d’autres contributions, je vais l’aimer, car c’est un mix des meilleures parties de chacun. Ca apporte un nouveau souffle. Je veux pas que ça sonne trop comme moi…”

Sur Distance, on retrouve un producteur japonais, LLLL, de Tokyo. “C’est un vieil ami du lycée, qui a déménagé au Canada pendant 10 ans, puis est retourné au Japon. Il s’est fait un nom à écrire des chansons pour les J-poppers. Puis il a laissé ça de côté, pour se concentrer sur sa propre musique, et ça marche plutôt bien pour lui. On a fait des choses ensemble au fil des années, mais on a jamais rien sorti d’officiel ensemble. Et il m’a semblé que c’était le bon moment.” Comme la chanteuse ShadowBox, rencontrée lors d’une Red Bull Music Academy. “J’ai aussi travaillé avec ShadowBox, que j’ai rencontrée lors d’une RBMA, en 2013. On avait été tous les deux sélectionnés pour deux semaines en studio à New-York. Elle est plus expérimentale, plus noise que moi, mais elle a une voix folle et géniale ! Sur ‘Flood in My eyes’, c’est presque du R’n’B, et tellement différent de ce qu’elle fait normalement. J’aime qu’on me force, et j’aime forcer les autres à se séparer de leurs habitudes.”

YouTube Preview Image

Pick A Piper puise son inspiration dans les voyages mais ses angoisses aussi. “La paralysie du sommeil ça m’arrive juste après m’être endormi, je me réveille, je peux voir autour de moi, mais je peux pas bouger son corps. Avant ça m’arrivait sans arrêt, maintenant c’est plutôt une fois par mois…. Certains ont aussi des hallucinations, avec ces démons qui s’asseyent sur leur poitrine. Des fois on a l’impression de flotter, ou d’être hors de son corps. En fait, ceux qui pensent avoir été enlevés par des aliens, c’est une forme de paralysie du sommeil.” Depuis longtemps, Brad Weber souffre de paralysie du sommeil, expérience qu’il raconte dans ‘Still Awake’. “C’est effrayant, il m’a fallu du temps pour ne plus en avoir peur. Quand j’étais plus jeune, vers 17 ans, ça me faisait tellement flipper et en plus ça arrivait tous les jours. Maintenant, quand ça arrive, je suis comme habitué, j’arrive à me raisonner jusqu’à ce que ça passe. ”

Réclame

Distance, le deuxième album de Pick a Piper, est paru chez Tin Angel Records / Bertus
Lire le compte rendu du concert de Pick a Piper au Silencio


Remerciements : Solenne [Boogie]

Catégorie : A la une, Entretiens
Artiste(s) :

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins