Dominique A à la Maison de la Radio

Pour la sortie d’Eleor, France Inter déroule le tapis rouge à Dominique A en lui consacrant une soirée en direct du grandiose auditorium de la Maison de la Radio. Pour l’occasion, le concert a été spécialement travaillé pour intégrer vingt violons, altos et violoncelles devant une poignée de happy few et de fans hardcore.

Dans une jolie scénographie aux lumières tamisées faites de simples ampoules, un peu dans l’imagerie qui entourait son précédent album Vers les Lueurs, Dominique A pénètre dans l’arène, sous une ovation digne d’une rock-star.

Juste le temps d’empoigner sa guitare, le silence est maintenant total, proche du recueillement. Dominique A enchaîne d’abord plusieurs titres du nouvel album, en commençant par ‘L’Océan’ et ‘Cap Farvel’ : leurs refrains, déjà particulièrement touchants, sont renforcés par les poignantes envolées de cordes de l’orchestre. Et ça ne loupe pas, en cinq minutes on est happé par ces nouvelles mélodies évoquant le voyage et les littoraux lointains plus ou moins sombres.

Après une petite incartade vers le précédent opus avec ‘Rendez-nous la Lumière’, puis ‘En Surface’ écrit pour le dernier album d’Etienne Daho, les autres titres d’Eleor sont passés en revue : la ballade à pleurer ‘Au Revoir Mon Amour’ suivie de ‘Nouvelles Vagues’, ‘Central Otago’… Encore un album riche en morceaux marquants et émouvants. Dominique A s’essaye bien à quelques fantaisies pendant les transitions, mais c’est pour encore mieux nous enfoncer dans le spleen le plus profond lors de la chanson suivante.

Au bout d’une heure, le direct-live de France Inter est terminé, mais le chanteur continue une vingtaine de minutes pour le public de l’auditorium. Sur la fin, il nous ressort le tant attendu ‘Courage des Oiseaux’, extrait de son premier album La Fossette. L’intro avec basse groovy et le final sous des torrents de guitare noisy achèvent un public qui s’embrase. Un dernier titre d’Eleor, ‘Par le Canada’, sur lequel les cordes donnent leur pleine mesure, et tout le monde est debout : ça hurle dans tous les sens, comme dans tout concert intimiste, quoi…

Finalement, le seul paramètre qui a pu nous faire un peu sortir de la prestation, c’est le son de l’auditorium à priori pas vraiment optimisé pour les musiques amplifiées ; car l’ensemble sonnait sourd, avec une voix trop en retrait.

En fait, Dominique A, c’est toujours pareil : ça fait 11 albums qu’il joue tout de noir vêtu, qu’il fait ses mimiques de torero, qu’il emploie des mots simplissimes pour nous évoquer des voyages et des amours déchus… Ca fait donc vingt-cinq ans qu’il présente sensiblement la même chose… et c’est toujours aussi magique.

YouTube Preview Image



Catégorie : A la une, Concerts
Artiste(s) :
Salle(s) :
Production(s) : ,

Une réaction »

  • La programmation du FNAC Live 2015 - Le Transistor | Le Transistor :

    […] (lire l’interview) campera avec superbe son rôle de crooner anglais désabusé avant que Dominique A (au Studio 104) ne remporte à nouveau les suffrages. Au Salon, on tombe sous le charme légèrement désuet de […]

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins