Carl Barat and The Jackals à la Maroquinerie

Depuis la débandade de The Libertines, Carl Barât est passé par toutes les formules : du rock avec les Dirty Pretty Things pour faire concurrence aux Babyshambles, puis au solo sensible pour contrer le Grace/Wasteland de Peter Dorherty… Et maintenant que les deux compères semblent enfin se rabibocher, le voilà qui revient avec encore un nouveau groupe ! Carl Barât était donc avec The Jackals pour présenter Let It Reign à la Maroquinerie.

Ce qui est délicat c’est que ce premier album de Carl Barât and The Jackals n’apporte pas grand-chose à l’équation à multiples inconnues The Libertines. C’est un rock brut, simple, direct. Les différences avec le groupe d’origine ? c’est que les musiciens sont américains (recrutés sur petite annonce) et que le producteur est de religion punk, donc ça ne lésine pas question grosses guitares.

Finis les structures élaborées, les subtilités de style, les textes peaufinés – même si le single ‘Glory Days’ a été écrit avec Benjamin Biolay. Heureusement pour Carl Barât, le mythe de The Libertines semble dépasser les genres car la Maroquinerie est pleine. On soupçonne tout de même, à l’écoute de certaines conversations, quelques spectateurs d’être venus par curiosité pour une apparition de Peter Doherty. Cela dit, le chanteur a pensé à tout, puisque sa setlist contient des morceaux de toutes les étapes de sa carrière.

Si les fans en ont pour leur argent, au plaisir de se délecter d’un ‘Bang Bang You’re Dead’ ou d’un ‘Deadwood’ inattendus, le concert en ressort avec une impression de brouillon. Jusqu’à ce que Carl Barât se prenne les pieds dans son passage solo à l’acoustique : n’a pas le charisme de Doherty qui veut…

A défaut d’avoir une plume, The Jackals, du haut de leur jeunesse, ont opté pour l’énergie, et détruisent tout sur leur passage. On ne sait sur quel pied danser, mais au final, Carl Barât obtient son sésame : le slam d’un spectateur ! Et dans le regard du chanteur surgit alors cette lueur d’envie d’une seconde jeunesse !

YouTube Preview Image

Réclame

Let it Reign, le premier album de Carl Barât & the Jackals, est paru chez Cooking Vinyl.
Lire le live report de The Libertines au Zénith
Lire le live report des Babyshambles au Zénith


Remerciements : Marion [Ephelide]

Catégorie : A la une, Concerts
Artiste(s) :
Salle(s) :
Ville(s) :

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins