Kasabian au Bataclan

Le Bataclan semble un peu étroit pour accueillir un groupe comme Kasabian : les Anglais ont tellement l’habitude des stades et des festivals démesurés qu’on a l’impression d’être les spectateurs privilégiés d’un concert privé. C’est presque le cas puisque Kasabian vient spécialement à Paris pour démarrer la promo de son cinquième album 48:13 qui a bien l’air de durer 48 minutes et 13 secondes…

Il n’y a pas vraiment de première partie mais le DJ français Martin C. se charge d’entretenir une ambiance foot-rock’n’roll pour les fans anglais venus en nombre.

Quand Kasabian entre en scène, ça sent toujours les hormones et la forte personnalité. Tom Meighan a sa gueule de branleur arrogant des grands soirs : sa chemise est déchirée à certaines coutures et il s’est affublé de grosses lunettes mouches colorées. Quant à Sergio Pizzorno, il arbore une étonnante coupe mods qui laisse tout juste entrevoir ses yeux, avec un t-shirt 48 :13 sur un legging noir imprimé squelette assorti aux trois choristes féminines derrière lui.

Le concert commence sur une nouveauté : un surpuissant, quoiqu’un peu redondant, ‘Bumblebee’, morceau à lourde guitare fuzz, plutôt étrangement dénué d’électro. Une longue intro sur ‘Shoot The Runner’ qui confère encore plus de patate, et le Bataclan chante déjà les bras en l’air. Surtout que sont enchaînés deux titres de West Ryder Pauper Lunatic Asylum : ‘Underdog’ et son riff fuzz acéré et le quasi rockab’ ‘Fast Fuse’.

Finalement, ce concert sera plus une compilation de tubes qu’une release party. De toute façon, le public s’en fiche tant il est affairé à reprendre en cœur le presque mélancolique ‘Days are Forgotten’ et à sauter et slamer sur les mythiques hymnes de stade que sont ‘Club Foot’ et ‘Empire’.

En guise de mise en bouche de 48:13, le Bataclan n’aura droit qu’à deux autres morceaux : le plutôt décevant ‘Beanz’, teinté d’une électro dark un peu en décalage avec le reste de la setlist, et juste avant le rappel, le très attendu nouveau single ‘Eez-eh’, doté d’une bonne dose d’électro sautillante bien plus jouissive. Pour certains, il sera trop house-dancefloor mais il remplit parfaitement sa mission en live : retourner la salle.

Le rappel est forcément imparable et conclu par un toujours phénoménal ‘Fire’, hurlé par toute une fosse sautant durant quatre minutes à pieds joints, et repris même après la disparition des musiciens dans leurs loges.

YouTube Preview Image

Ce soir, 48:13 n’a pas vraiment pu être évalué, mais un peu à la manière d’un Primal Scream, Kasabian a le mérite d’explorer différents aspects de la musique qui envoie du bois et c’est finalement tout ce qu’on leur demande en concert.

Réclame

48:13, le cinquième album de Kasabian, est à paraître le 9 juin chez Columbia / Sony.
Kasabian sera en concert au Rock Dans Tous Ses Etats, Rock am Ring, Glastonbury, Benicassim, et le 7 novembre au Zénith de Paris.


Remerciements : Audrey (Columbia) et Gérald le Magnifique

Catégorie : A la une, Concerts
Artiste(s) :
Salle(s) :
Production(s) : , ,
Ville(s) :

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins