Entretien avec Saint Michel

Petite sensation à la rentrée 2012, Saint Michel avait notamment été remarqué en première partie de la tournée de Sébastien Tellier. Après le festival des inRocKs pourtant, le duo s’est longuement absenté, histoire de boucler leur premier album. A cette occasion, Le Transistor s’est posé avec Philippe Thuillier et Emile Larroche dans les coulisses de la Boule Noire, pour pouvoir leur extorquer leurs secrets de composition.

Saint Michel

Emile arbore un tatouage qui semble récent. Le jeune homme accepte de raconter l’histoire de ses feuilles de chêne. « C’est par rapport à ma grand-mère : son nom de jeune fille ça veut dire chêne en tchèque. Mais ça va pas plus loin que ça. Je voulais qu’il soit visible, donc d’abord qu’il soit joli, mais je voulais pas qu’il y ait des significations de ouf, avec un troisième sens caché. »

Entretien avec Saint Michel

Entretien avec Saint Michel

Saint Michel a commencé au sein d’un autre groupe, Milestone. Mais le groupe ne décollait pas. « En interne c’était la merde : en terme de cohésion, mais musicalement aussi c’était compliqué parce que ça faisait déjà sept ans qu’on y arrivait pas. On était en train de remettre en cause l’esthétique musicale du groupe. On commençait à faire les putes : on était prêts à se saper n’importe comment pour plaire à un producteur, à faire la musique qu’il faut pour que ça plaise… Et c’est très mauvais quand tu commences à plus être toi-même parce que tu paniques. » Le groupe décide alors de trouver un nouveau guitariste, et l’arrivée d’Emile a changé la donne pour Philippe. « Je crois que j’allais très mal à ce moment-là, donc j’avais le besoin de sortir à tout prix de cette ambiance. J’ai trouvé dans Saint Michel un truc réparateur, c’était presque une cure de désintox. J’avais besoin de faire tout l’inverse de Milestone juste pour voir ce que ça va m’apporter. Parce que j’étais en train de péter un câble. »

Un jour, Philippe réussit à décrocher un rendez-vous avec un producteur pour lui présenter le EP de Milestone. « Ca pourrait paraître un peu scénarisé, mais c’est pas du pipeau ! Laurent me reçoit et écoute très gentiment pendant 25 minutes, tout en répondant à des SMS et des emails. Très concentré, il dit même pas un mot, je me dis que c’est pas super bon signe. A la fin il me sort : on a dû te le dire deux cent fois, c’est très bien mais c’est trop Radiohead, tu chantes un peu comme Thom Yorke, tout sonne trop Radiohead.
Emile : Et vu que Radiohead existe déjà, c’est pas intéressant…
Philippe : Du coup je me lève un peu penaud, un peu dégoûté. Je dis au revoir et là je me dis c’est trop con, je suis face à un vrai producteur, c’est une putain de chance, ça fait des années que je galère… Donc je décide de lui faire écouter ce qu’on avait commencé avec Emile, mais y avait rien de fini, rien de mixé, c’était juste des bribes de morceaux…
Emile : même pas de voix des fois,
Philippe : c’était vraiment un gros bordel mais je me dis, on sait jamais. A l’arrache total, je lui propose, et le mec très cool me dit : carrément on n’est pas à trente secondes près. Et là j’ai halluciné, parce que j’y croyais pas une seconde, mais le mec s’arrête et dit : putain mais c’est bon ça, c’est super, ça m’intéresse. C’est comme ça que ça a démarré.
Emile : Il nous a dit de revenir le voir avec un EP deux mois plus tard.
Philippe : Je crois que c’était pour nous tester, voir si on était capable ou pas de mener le projet au bout. Et quand on lui a présenté le EP, il a dégainé son BlackBerry et il nous a balancé des contacts. Ensuite, tout s’est enquillé. »

YouTube Preview Image

Après avoir conquis Alex Gopher, rencontré inopinément dans une pizzeria, le duo est parti dans un beau studio à Bruxelles pour mettre en pratique ses conseils. « Comme on n’est pas un groupe, tu peux pas prendre un studio, nous mettre tous dans une petite pièce, et enregistrer un album en quinze jours. C’est construit maison, c’est cousu-main même. On est tous les deux à tout faire : du coup ça prend un temps de dingue. On est pas musiciens, rien n’est écrit à l’avance, donc tout est hyper empirique. » Saint Michel divulgue alors son secret de composition : « Le processus est un peu expérimental dans le sens où on essaie : on sort le synthé, pour trouver un son à force de bidouiller. Et au bout d’un moment, on trouve un son cool, et ça avance que comme ça : c’est des arrangements accident, en mode recherche. Je balance dans des effets, je mets le tout à l’envers, je le ressors, on regarde ce que ça donne et quand ça nous plaît, que ça nous colle un sourire, et bien on le garde. »

Néanmoins cette méthode n’a pas que des avantages : « A moins qu’on ait un gros coup de choune, un morceau peut prendre des mois, le temps de digérer, d’avoir d’autres idées. Parfois on engrange sur le coup sans trop savoir ce qu’on fait, et on réfléchit un peu plus tard. Mais on n’a pas le recul d’un vrai musicien classique professionnel qui va pouvoir, d’après une partition, te dire ce qu’il en pense. De temps en temps, on aimerait bien aussi connaître la musique, les accords, les harmonies…
Emile : En même temps, on ferait une autre musique aussi.
Philippe : Ce serait plus technique. Mais j’aimerais pas apprendre maintenant, ça me casserait trop les couilles…
Emile : Moi j’ai eu l’occasion… Mais j’ai jamais trop kiffé le conservatoire.
Philippe : C’est flippant de se dire que si je me mets à apprendre quelque chose que je connais pas, ça peut tout changer. Ca peut faire peur, parce que j’ai pas envie de péter un équilibre. Je sais que je connais pas la musique et j’en suis presque un peu fier aussi. J’ai mes petits acquis, mes petites recettes, mes petits trucs à moi, et j’essaie de préserver ça, de le cultiver en fait, pour en faire une force presque. En fait, ça devient un parti-pris, avec la liberté de faire des trucs qui ne se font pas, de bousculer un peu les choses… »

YouTube Preview Image

Réclame

I Love Japan, le premier EP de Saint Michel, est sorti chez Columbia / Sony
Saint Michel sera en concert le 13 juin au Nouveau Casino
Lire le live report de Saint Michel au festival des inRocKs


Remerciements : Melissa

Catégorie : A la une, Entretiens
Artiste(s) :
Evenement(s) : ,
Production(s) : , ,

3 réactions »

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins