The Smashing Pumpkins au Zénith

The Smashing Pumpkins passaient par Paris pour un concert au Zénith. Depuis plusieurs mois, beaucoup se demandaient si ce concert valait le coup, si les fans n’allaient pas être déçus. Car il existe bel et bien un post-Adore qui n’a pas réussi à convaincre les initiés. Qu’attendre d’un concert quand on a l’impression que le groupe est enterré depuis plus de dix ans. Plus personne n’y croit, même pas les membres des Smashing Pumpkins.

En effet, depuis leur séparation en 2000 sur l’album Machina, Billy Corgan n’a pas arrêté d’essayer de revenir sur le devant de la scène. Après une courte tentative sous le nom de Zwan, il sort un album solo, puis en 2007 arrive enfin à reformer The Smashing Pumpkins.. Mais c’est comme seul survivant de l’aventure qu’il se présente ce soir devant le public français.

The Smashing Pumpkins au Zénith en 2011 par Pierre Hennequin

The Smashing Pumpkins au Zénith en 2011 par Pierre Hennequin

Le concert ouvre sur des nouvelles chansons – ce qui ne présage rien de bon pour le public qui poireaute déjà depuis plus d’une heure dans la salle. Sur scène, Billy Corgan, entouré de nouveaux musiciens, ne semble pas concerné. Il semblerait presque contrarié – est-ce parce que la salle n’affiche pas complet ? Commence alors un long combat de regard entre le Zénith et les Smashing Pumpkins.

Au premier rang, seule une poignée de fans s’agite, le reste de la salle reste impassible. Les chansons sont belles, les musiciens sont bons, mais rien ne se passe. Billy aurait-t-il perdu de son charisme ? On se balance d’un mouvement nostalgique vaguement autistique au rythme des descentes de toms de la batterie et on cherche, l’oreille attentive, les morceaux qui nous ont fait vibrer au fil des années.

Parfois, il nous semble reconnaître une chanson, un Siamese Dream ici ou là, mais la mémoire n’est pas assez forte pour reconnaître ces riffs revenants. On scrute autour de nous, de temps à autre, il nous semble distinguer un regard qui s’allume au jaillissement inespéré d’un souvenir enfoui, mais l’étincelle s’éteint rapidement. Apparemment, il fallait avoir son bac Smashing Pumpkins option faces B pour pouvoir assister à ce concert.

En dehors du fait que le mauvais public n’avait pas révisé ses classiques, le concert n’est pas enthousiasmant. Ce n’est d’ailleurs pas un concert, tout juste un album live qu’on est en train d’écouter à volume poussé. Le décor apocalyptique ne met pas en joie, le jeu de scène se résume à la bassiste ondulant et astiquant son manche et la voix neurasthénique de Corgan n’aide pas. Heureusement que la batterie vient réveiller un peu les aspirants au slam – même si les solos ne sont absolument pas spontanés. Et voilà qu’au bout d’une heure, les rangs des gradins commencent à se vider vers la sortie.

Au bout de deux heures, le rappel se fera sur ‘Zero‘ et ‘Bullet With Butterfly Wings‘… on se sentirait presque honteux d’avoir demandé des hits. Mais Billy Corgan est au-dessus de ça ! Seulement le public qui a payé 50€ pour voir The Smashing Pumpkins n’est-il pas en droit d’avoir envie de chanter à tue-tête des chansons qu’il a écoutées en boucle ?

YouTube Preview Image



Catégorie : A la une, Concerts
Artiste(s) :
Salle(s) :
Production(s) :
Ville(s) :

8 réactions »

  • Lief :

    C’est difficile de faire article plus crétin. Encore un pseudo fan des pumpkins qui n’a toujours rien compris à l’esprit du groupe. Pauvre type va…

  • Roger Nelson :

    On n’a du assister au même concert. Si vous ne connaissez que les hits, effectivement, vous êtes restés sur votre faim. Mais dans ce cas, on évite d’étaler son manque de connaissance du groupe qu’on chronique et on ressort les albums pour ce mettre à niveau. J’étais debout face à la scène et je peux vous dire qu’à chaque morceau tiré de l’un des 6 premiers albums, c’était l’allégresse autour de moi. Apparemment, Billy fait des concerts pour les vrais fans. C’est pas moi qui va lui en vouloir. Je laisse ça aux incultes. Quant aux commentaires sur les musiciens, ils sont ineptes. Vous avez déjà vu les SP avant ?

  • Billoute :

    Je ne comprends pas cette critique, j’ai l’impression de ne pas avoir assisté au même concert!
    C’est vrai, on a attendu une heure, c’est vrai, le concert a commencé par de nouvelles chansons… Et alors? Tant mieux, on n’était ps là que pour entendre les anciens tubes des pumpkins mais aussi pour découvrir de nouvelles chansons! Un peu de curiosité, que diable!
    Quant aux anciennes chansons, elles étaient bien présentes,franchement pour ne pas les reconnaître, il ne fallait pas bien connaître les pumpkins(cherub rock, soma, muzzle, for martha, geek usa, thru the eyes of ruby…). Oui, il y avait quelques faces B (2 je crois), et encore une fois, tant mieux!
    Les gradins qui se vident a bout d’une heure??? franchement, à part ceux qui sont partis se chercher une bière, j’vois pas, le zénith est resté bien rempli jusqu’au bout!
    Le public qui bouge pas? franchement le public avait en moyenne 30 ans ou plus, c’est pas parce qu’on ne saute pas dans tous les sens en beuglant qu’on n’apprécie pas! Et dans la fosse, ça bougeait quand même.
    Billy pas concerné? Ben c’est Billy quoi, il est pas très chaleureux, mais il semblait content d’être là, plus qu’en 2008 à Bercy.
    Le son était trop fort et saturé, c’est la principale critique que je vois. Pour le reste, ce concert m’a beaucoup plu, je l’ai savouré! Longue vie à Billy Corgan et à ses smashing pumpkins, et je n’espère qu’une chose, les revoir bientôt!

  • Cybernyber :

    ralala c’était donc nul , c’est dommage !

  • eric :

    pas enthousiasmant ce concert que j’ai vu à Lille. Billy Corgan dans sa bulle (pas d’échange avec le public), visuellement pauvre et le son très pourri… la batterie noyée dans une réverbe sans fin. Aucun relief, rien de percutant… je suis déçu. merde

  • agnes (author) :

    Je l’ai revu sur la tournée 2013 et Corgan était métamorphosé ! il a même ri !!!

  • Entretien avec And So I Watch You From Afar | Le Transistor :

    […] mais Chris Wee, le batteur, affiche aussi des paroles autour du bras… « C’est des paroles des Smashing Pumpkins. J’ai pas écouté le dernier album, Oceania. En fait j’ai peur. Parce que Jimmy Chamberlain ne joue plus dans le groupe donc c’est plus réellement les Smashing […]

  • Entretien avec And So I Watch You From Afar - Le Transistor | Le Transistor :

    […] mais Chris Wee, le batteur, affiche aussi des paroles autour du bras… « C’est des paroles des Smashing Pumpkins. J’ai pas écouté le dernier album, Oceania. En fait j’ai peur. Parce que Jimmy Chamberlain ne joue plus dans le groupe donc c’est plus réellement les Smashing […]

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins