Speech Debelle au Point FMR

Propulsée brièvement sous les spotlights en 2009 grâce à sa victoire au Mercury Prize pour son premier album Speech Therapy , Speech Debelle, depuis rabibochée avec son label, revient en ce début d’année avec Freedom of Speech. Elle clôturait sa tournée européenne mardi dernier au Point FMR, et, par chance, le Transistor traînait son jogging/casquette dans le coin.

Passage à l’attaque plutôt direct, derrière une capuche et un complet jean/sweat, Speech se présente à son public avec ‘Studio Backpack Rap’, choix plutôt malin puisqu’il s’agit du single de Freedom of Speech. Soutenue de manière très inégale par un quatuor guitare-basse-batterie-synthé, elle fait de son flow fluide l’instrument principal du set.

Ce qui frappe le plus immédiatement, c’est son attitude : entre timidité et humilité, elle ne dépassera jamais la ligne imaginaire créée par l’alignement de ses partenaires, préférant s’inclure dans un groupe là où d’autres auraient vite fait d’agiter leur micro en cherchant lumière et singularisation. Cette absence apparente d’égo sert cependant son discours à merveille et recentre l’attention sur les mots, cisellés façon orfèvre de l’asphalte.

Après ‘The Message‘, un autre temps fort de Freedom of Speech, elle s’adjoint les services de Realism pour un duo parfaitement rodé sur ‘Blaze Up A Fire’. Bien qu’ayant pris un peu plus ses marques, elle laisse le devant de la scène à son partenaire tout en créant une jolie dynamique : les deux se répondent, s’épaulent, se taquinent comme deux gamins à l’école des Roots.
Dépourvue d’égo mais pas de personnalité, elle s’ouvre peu à peu en revenant sur les traces de son premier album avec ‘Go Then, Bye’, et affine son ton, juste et sans économie, sur ‘Elephant in the Living Room’. Elle glisse ensuite vers le reggae avec ‘Shawshank Redemption’ sur lequel elle fait chanter son public, avant d’achever sa conquête avec une reprise facile mais assez élégante du classique de 2Pac, ‘Changes‘.

Clairement dans son élément, elle flirte avec le funk sur ‘I’m With It‘ où elle laisse encore la part belle à ses musiciens, se plaçant en retrait, hors lumière. Profitant de cette répartition, le quatuor se lance dans des digressions peu subtiles et répétitives, là où on aimerait un peu plus d’affirmation et d’implication de la part de la chanteuse.

Une heure de performance qui s’achève sur ‘Sun Dog‘, une heure d’un concert un peu bâclé, sans trop d’implication ou de mise en danger : une volonté de rester simple et humble qui contraste avec des choix d’arrangement parfois douteux qui plombent des morceaux pourtant forts en version studio.
Elle rappelle elle-même ses musiciens et Realism pour offrir à un public convaincu un dernier exemple de ses qualités de MC, ‘Spinnin’‘, au phrasé sans faille mais à l’exécution timide et gauche, à l’image de cette jeune fille que l’on aimerait aussi appliquée dans la direction de ses accompagnements qu’elle l’est dans le travail de son flow impeccable.

YouTube Preview Image

Réclame

Freedom of Speech, le deuxième album de Speech Debelle, est sorti chez Ninja Tunes.


Remerciements : Florence (Ping Pong)

Catégorie : Concerts
Artiste(s) :
Salle(s) :
Production(s) :
Ville(s) :

Une réaction »

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins