Lesley Barth – Big Time Baby

Après un premier album, Behind Green Hearts, qui l’a révélée au public en 2017, Lesley Barth revient avec Big Time Baby. Nom ô combien évocateur qui résume à lui seul l’essence des dix morceaux qui le composent, ainsi que la teneur révolutionnaire qui les anime. Un album, aux compositions voluptueuses et hypnotiques, qu’elle qualifie elle-même de très personnel. En fermant les yeux, nous pourrions même imaginer que la chanteuse nous murmure à l’oreille.

Lesley Barth

En dépit d’un père chanteur d’opéra, Lesley Barth ne se prédestinait pas à une carrière musicale… Et pourtant ! C’est précisément ce changement de vie que l’artiste raconte dans ce second opus. L’artiste s’engage dans un véritable dialogue intérieur, qui débute dans un bus en direction de ‘Lower East Side‘. L’endroit choisi est une véritable métaphore du renouveau qui se profile.

Lorsqu’elle croise son propre reflet dans la vitre, elle semble ne plus se reconnaître. ‘Woman Looking Back at Me‘ fait tomber le masque au rythme de sonorités disco. La mélodie, plutôt joyeuse, s’oppose à la portée des paroles qui la guident progressivement vers une véritable révolution intimiste. Les aficionados de Blondie reconnaitront certainement ici quelques similitudes

L’une des caractéristiques de Big Time Baby est la facilité déconcertante avec laquelle la chanteuse parvient à parcourir divers univers musicaux. ‘Nashville‘, morceau inspiré par une de ses connaissances, contient des notes folk portées par un violon mélancolique pour un effet de contraste saisissant. Fusion efficace puisqu’il s’agit d’un de ses titres phares… L’artiste interprète ce titre avec une puissance vocale contenue, qui se retrouve dans ‘If Love Doesn’t Change You‘. Les notes de piano en arpège confèrent une sensation de légèreté à un solo de guitare lancinant.

Vous l’avez compris, Lesley Barth nous prend directement à témoin de sa décision de changer de vie. Ses prières trouvent un écho particulier dans ‘Making Decisions‘ et ‘Preacher‘. Ce morceau, interprété en double voix avec Chuck Ramsey mêle sonorités pop des années 70s à des notes de trombone qui confèrent à l’ensemble un effet jazzy.

Certes, Big Time Baby parle d’incertitudes mais également d’émancipation comme l’illustre ‘You Gotta Hand it to the Man‘ qui dénonce avec ironie le patriarcat et les dérives de la société américaine. Pour l’anecdote, ce titre fait partie des trente compositions que l’Artiste avait écrite à l’aube de ses trente ans…

Cet album ne révolutionnera pas la scène new-yorkaise et Lesley Barth ne semble pas réussir à se détacher totalement de ses influences. ‘Something Good‘ aurait très bien pu être composé et interprété par Bob Dylan tant sa présence est prégnante… Cela ne l’empêche cependant pas de nous entraîner à ses côtés dans un long voyage psychanalytique qui se clôt sur une atmosphère légère avec ‘Up in the Air‘. Plus qu’un second album, Big Time Baby est une véritable renaissance.




Catégorie : A la une, Albums
Artiste(s) :

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins