Nada Surf à la Maroquinerie

J’ai toujours suivi la carrière de Nada Surf en pointillé. En vingt ans, je n’ai prêté qu’une oreille à ces new-yorkais que tout le monde annonce comme talentueux. Les francophiles passent deux soirs à la Maroqu’, c’est l’occasion de se rendre compte si je suis bêtement passée à côté du groupe du siècle.

Je me souviens avoir découvert Matthew Caws et sa bande en 1996 grâce au magazine XL qui avait traduit les paroles de ‘Popular‘, leur single intergalactique. D’un titre rebelle, qui se foutait de la gueule des footballers et autres cheerleaders, ils reviennent presque dix ans plus tard avec un single bisounours, ‘Always Love‘. Pour brouiller encore plus les pistes, le support de leur tournée actuelle est un album de reprises : If I Had a hi-Fi.

A ce qu’on m’a dit, les deux premiers albums qui m’avaient un tant soit peu titillés, c’est-à-dire High/Low et The Proximity Effect – les deux premiers, sont généralement ignorés. Ca s’annonce bien. Ignorer, le mot est faible, quand on voit comme Matthew se débarrasse de ‘Popular‘ sur le rappel.

I cannot read the gallery's xml file: 2010_07_20-Nada Surf/gallery.xml
Please check that the gallery's files have been created on the admin pages!

Pourquoi ignorer les deux premiers albums ? Parce qu’ils ont tourné la page ? Ils ne se sont pas senti d’explorer leur côté skate-punk -filière saturée à l’époque-, et ont préféré s’orienter vers la pop, en pleine floraison au tournant du millénaire ? Ou alors, ils ne savent plus les jouer ?

Leur album de reprises pose aussi des questions… Se replongeraient-ils dans leur bibliothèque iTunes pour retrouver l’inspiration ? Leur dernier opus, Lucky, semble avoir besoin d’un petit coup de pouce d’après les fans. Et à ce moment-là, quand d’autres profitent de leur notoriété pour aider des groupes fétiches à sortir de l’ombre, Nada Surf se raccrocherait-il à une énième reprise de Depeche Mode pour revenir sur le devant de la scène ?

Je note juste que si cette Maroquinerie n’est pas complète, au moins cette configuration permet-elle à Matthew d’être plus proche de son public et de lui offrir ‘Firecracker“, issu de The Proximity Effect, pour sa fidélité indéfectible. Aussi la présence et la trompette de Martin Wenk de Calexico enrichira quelques morceaux. Malgré tout, si je ne comptais pas sur des pogos, je m’attendais à un concert plus rock que celui auquel j’ai assisté.




Catégorie : Concerts
Artiste(s) :

3 réactions »

Et toi t'en penses quoi ?