Wormee / Deezer : le mariage blanc

Il y a un an, le géant français des télécoms et sa marque Orange lançait Wormee, à grands coups de spams numériques et physiques. Cette solution gratuite et légale de music on demand orientée communauté était censée concurrencer Last.fm (groupe CBS Interactive) et Deezer (holding Odyssey Music Group).

Sauf que depuis un an, les choses ont bien changé. Il y a eu ce fameux Midem où les investisseurs de Deezer se promenaient avec une pancarte “A vendre” pendant qu’ils essayaient de se débarrasser du PDG-fondateur Jonathan Benassaya. Ce même Midem où Largardère (Europe 1, Virgin Radio, Virgin 17, MCM, RFM) tentait par tous les moyens possibles d’acquérir un système de musique en ligne afin de compléter son offre numérique. Et puis il y a surtout eu ces nombreux rapports qui se confirment les uns les autres sur tous les points principaux :
– Le téléchargement illégal de musique a diminué en 2009
– Les offres de téléchargements légales ont fait des bonds significatifs sur la même période
– La consommation de musique gratuite (Spotify, Deezer, YouTube, Dailymotion…) est en croissance exponentielle.

Mais contrairement à YouTube dont le modèle économique semble stable, Deezer, Wormee ou encore Dailymotion peinent à dégager des bénéfices. C’est pourquoi, à l’instar de Spotify, Deezer a lancé une offre premium en début d’année pour accéder à ses sept millions de titres en haute qualité et sans publicité. Plus de six mois après, le nombre d’abonnement stagne aux alentours de 25.000 -dix fois moins que Spotify, loin de l’objectif de 100.000 fixé pour la fin de l’année.

Ainsi, alors qu’on croyait le petit vers d’Orange six pattes sous terre, L’Express annonce après deux jours de rumeurs que les deux principaux acteurs français vont fusionner, dans des termes et conditions qui restent vagues. Le principal enjeu pour Orange était d’arriver à se débarrasser de Wormee, apparemment difficilement gérable en interne, tout en restant sur le créneau potentiellement lucratif sur le long terme de la music on demand. Si l’on en croit l’information relayée par L’Express, Orange entrerait dans le capital de Deezer à hauteur de 20%, ce qui réduirait la marge de manœuvre du tandem fondateur Benassaya/Marhély qui détenait plus de 45% à eux deux. Orange rejoindra donc Xavier Niel, Pixmania, AGF et CIC entrés au capital en octobre 2009.

Finalement, Orange s’en tire à bon compte et Deezer trouve ce qui lui fait défaut depuis son lancement : de l’argent. C’est tout ? Oui c’est tout. Car Axel Dauchez, récemment imposé à la tête de Deezer par les nouveaux investisseurs ne semble pas vouloir changer la stratégie du numéro un français de la musique en ligne. Et c’est bien dommage. Car avec Apple qui arrive en concurrence directe à la fin de l’année -malgré le cuisant échec de Lala.com-, sortant enfin de son cocon de “magasin online” et Spotify qui semble grappiller des parts de marché un peu plus tous les jours, on voit mal comment Deezer peut garder à long terme une stratégie basée uniquement sur la théorie du “je trouverai toujours une branche à laquelle me raccrocher”.

Car le véritable problème des offres de music on demand, c’est qu’elles ne sont pas adaptées aux consommateurs qui aujourd’hui utilisent 2,7 terminaux différents par semaine pour se connecter à Internet (étude BVA mars 2010). Cette étude tend également à démontrer que plus les utilisateurs ont des pratiques avancées, plus ils ont tendance à acheter mais qu’ils ont également tendance à utiliser plus de terminaux différents. C’est à dire que les clients potentiels de ce type d’offres sont nomades, et doivent pouvoir utiliser leur offre partout, sans avoir à réinstaller quoique ce soit (un mauvais point pour Spotify).
Une autre étude, britannique cette fois, démontre que les internautes sont prêts à payer pour de la musique en ligne, mais ne sont pas prêts à faire acte de paiement. La différence est saisissante. Et on peut imaginer que le trio Deezer (le module), Orange (l’opérateur mobile/FAI) et Free (FAI et futur opérateur mobile) pourrait bien créer une synergie entre tous les services avec des offres groupées.

Reste à attendre les annonces officielles des différents acteurs de cette fusion (puisqu’aucun n’a souhaité réagir au téléphone) ainsi que leurs futures stratégies. Il s’agit probablement du dernier sursis de Deezer, fer de lance et allégorie de la légalité prônée par Hadopi.

NB : le communiqué de presse reçu après la publication de cet article précise les choses suivantes :
“Dès la rentrée, Orange et Deezer proposeront le service Deezer Premium intégré aux offres mobiles et ADSL d’Orange”




Catégorie : A la une, Dossiers

8 réactions »

  • Tweets that mention A La Une, Dossiers – Wormee / Deezer : le mariage blanc | Le Transistor -- Topsy.com :

    […] This post was mentioned on Twitter by Benjamin Lemaire and Benjamin Lemaire, Le Transistor. Le Transistor said: [Article] Wormee / Deezer : le mariage blanc – http://bit.ly/df4LJ8 […]

  • Rod :

    “Mais contrairement à YouTube dont le modèle économique semble stable”

    Youtube coute presque 1 milliard et rapporte 274 millions … on peut pas vraiment appeler ca “stable”. Mais c’est google derriere, donc qui a de quoi éponger.

    Sinon, Wormee n’a reellement jamais existé … comme quoi, spammer tout Paris de la maniere la plus illegale que ce soit n’est pas forcement le truc a faire pour faire connaitre son site 🙂

  • papounet :

    Mariage de nases. La médiocrité de Deezer et celle de Wormee combinées, s’allient aux spécialistes de l’échec en musique, qui s’appellent Orange. Pour quoi faire ? Ce qu’ils n’ont pas su faire depuis le début (Orange) par eux-même – et quand on sait les moyens qu’ils ont… Aujourd’hui ils rachètent un cadavre qui pue et a pourri la vie de toutes les tentatives dédiées à la musique légales depuis deux ans. Et il en résultera quoi ? Les majors vont pouvoir taxer Orange un peu plus. Les indépendants et les artistes n’auront pas un rond (comme depuis le début avec Deezer). Deezer disparaitra dans Orange. C’est ainsi que se fermera l’épisode-poison de Deezer – le site qui voulait expliquer que la musique légale pourrait etre gratuite, avec l’approbation des majors qui touchaient des avances pour laisser dire. Dernière chose : Deezer renvoie en affiliation pour le téléchargement vers iTunes. Et voila comment le champion Orange devient un peu plus le marchepied nu npuveau monopole Apple.

  • mhm :

    Déjà dit par Rod, mais tout le monde sait que Youtube est tout sauf rentable. Du coup forcément, on n’a pas super envie de lire la suite..

  • Dexter :

    “Mais contrairement à YouTube dont le modèle économique semble stable, Deezer, Wormee ou encore Dailymotion peinent à dégager des bénéfices”

    C’est une blague ? Youtube fait perdre chaque année des centaine de millions d’euros à son papa Google.
    Wormee c’est un peu la même chose (fils à papa du riche Orange, qui coûte très cher) à la différence evidemment très notable de Youtube que c’est en plus un énorme fail d’audience.

    Deezer et Dailymotion ont pour eux d’etre independants et de s’en sortir plutôt bien pour des petits français face a des mastodontes internationaux qui pèsent des milliards en bourse.
    A ma connaissance Dailymotion est même rentable
    http://www.capital.fr/a-la-une/interviews/dailymotion-vient-de-boucler-une-levee-de-fonds-de-15-millions-d-euros-pour-financer-sa-croissance-440781

  • Benjamin :

    Par modèle économique il ne faut pas retenir uniquement “rentabilité”. Certes, YT est déficitaire de 450M$ en 2009, mais le fait est qu’il fait énormément pour l’image de Google et qu’en soit c’est aussi le modèle choisi par Google d’avoir un site déficitaire pour éviter le spam publicitaire, ce qu’à outrageusement fait Dailymotion qui vient de dégager des bénéfices pour la première fois cette année avec une audience beaucoup beaucoup plus faible.

    Bon ceci dit, vous faites bien votre travail au sein de Dailymotion. J’espère que Cédric vous paye bien pour ça 🙂

  • A La Une, Dossiers – Wormee / Deezer : le mariage blanc | Le … « Mobiles in the City ! :

    […] the original post: A La Une, Dossiers – Wormee / Deezer : le mariage blanc | Le … July 21, 2010   //   Mobiles   //   No Comments […]

  • steflevrailunique :

    “malgré le cuisant échec de Lala.com”

    Pourquoi un échec? Et pourquoi “malgré”? Jusqu’alors Apple n’avait rien à voir avec la réussite ou le succès de Lala si?

    Et Spotify je sais pas s’ils grapillent des parts de marché mais je les trouve un peu mous depuis quelques temps là… Et je crois surtout qu’ils sont en train de faire dans leur froc concernant le marché US où MOG et Rdio commencent à prendre des places.

    Sinon j’ai beaucoup ri au commentaire de Papounet, ça va loin dans l’absurdité, c’est beau. Et pourtant dieu sait que je suis pas un fervent fan et utilisateur de Deezer et Orange, mais alors là c’est complètement n’importe quoi quand même… Deezer c’est une superbe success-story. Qui a fait beaucoup moins de mal à la musique qu’un iTunes store à ses débuts par exemple…

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins