St. Vincent au Trianon

Après une tournée 2014 qui a accumulé les avis dithyrambiques, Annie Clark est de retour avec un nouvel album, Masseduction. Et comme sur scène l’Américaine propose toujours des shows fascinants et théâtraux, Le Transistor avait hâte de retrouver St. Vincent au Trianon, au passage pas complet mais assez bien garni.

St. Vincent

St.Vincent nous étonnera toujours: parti pris artistique? Raisons économiques? Sévère égotrip? Car pour accueillir les spectateurs, est diffusé un film qu’elle a elle-même réalisé. Et surtout, la première partie officiant ce soir n’est autre que St.Vincent herself, sans aucun musicien additionnel. Seules une bande-son et sa guitare électrique l’accompagnent. D’ailleurs, elle joue désormais avec ses modèles signature, créés spécialement pour elle par la marque Music Man (qui devrait presque changer de nom…).

Le spectacle commence dans une ambiance rougeoyante, devant un rideau de théâtre, et une Annie Clark qui envoie déjà ses postures de guitar-hero. Après chaque titre, elle se déplace vers la droite jusqu’à arriver dans les coulisses, voire littéralement par terre. Mais le plus étonnant restera sa guêpière, ses bas résille et ses longues bottes en cuir rose… (Dignes des meilleures échoppes du quartier !) On pense comprendre l’allusion au titre de son dernier album, en tous cas, on est clairement séduits ! Mais on reste étonnés car on pensait St.Vincent un peu plus sage.

La première partie fait donc la part belle à ses anciens titres, comme ‘Cruel‘, ‘Cheerleader‘, ‘Digital Witness‘ ou ‘Rattlesnake‘, toujours aussi sublimes, avec de bon gros solos de guitare bien métalliques pour conclure sur ‘Birth in Reverse‘. On est clairement aux anges, ce set nous suffirait presque, mais on aimerait entendre les dernières productions.

Après une courte pause, le dernier album est joué en intégralité, toujours en solo, avec une tenue un peu moins Peach-esque. Entre sonorités électroniques technoïdes, envolées lyriques, nappes de synthés enveloppantes, petites discussions avec le public, arpèges de guitare épiques et taillés au scalpel, tout le monde semble happé.

Cependant, malgré des titres complexes et vertigineux comme ‘Pills‘ et ‘Masseduction‘, ou le tout doux ‘New-York‘, il nous manque quelque chose. Et même avec les vidéos en fond de plateau, on reste un peu sur notre faim. On s’était peut-être habitués à une St.Vincent un peu moins statique et même encore plus théâtrale. Là, elle est plutôt figée, sur son piédestal, et surtout sans musiciens pour la soutenir. On reviendra tout de même l’applaudir car elle reste hypnotisante, mais on espère une future tournée un peu plus organique et conviviale.

Réclame

Masseduction, le cinquième album de St. Vincent, est paru chez Caroline


Remerciements : Lisa Chappot [Caroline]

Catégorie : A la une, Concerts
Artiste(s) :
Salle(s) :
Production(s) :
Ville(s) :

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins