Fnac Live 2017 : Møme, Rover, Fishbach

Premier volet des aventures au festival Fnac Live. Cette année, pas de photos, mais les éloquents dessins de live d’Anne-Cécile Kovalevsky. Le Transistor a donc pu constater le succès de The Pirouettes, découvrir l’album de Fishbach en live, partir en mode nostalgie avec Rover et danser sur Møme.

The Pirouettes

L’avis de Kova

Le temps que je me perde et trouve l’entrée, le concert de The Pirouettes commence. J’essaye de me dépêcher car c’est quand même pour eux que je suis venue aussi tôt à Hôtel de ville. J’étais très curieuse de les voir car même si j’aime me trémousser sur leur musique et chantonner les paroles dans ma salle de bain, remplir une Cigale comme ils l’ont fait en mai dernier, ça me paraissait énorme ! Résultat : force est de constater qu’ils ont un public bien présent qui a su faire s’envoler leurs chansons mignonnes et entraînantes (Quoi qu’un peu niaises pour certaines à mon goût). J’imagine que j’aurais été plus emportée dans leur univers s’ils avaient joué de nuit.

Fishbach


Fishbach accompagnée de ses musiciens a su happer la foule et l’emmener dans son univers émotionnellement puissant. Les musiciens affichaient en plus une réelle complicité, et la présence magnétique de Fishbach ont révélé des chansons comme ‘Night bird‘ ou ‘Feu‘ plus en demi-teinte sur l’album A ta merci.
Malgré un set un peu tôt dans la programmation, entre les gestuelles scéniques (notamment sur ‘On me dit tu’), les morceaux où le jeu de guitare était de mise, et un regard captivant, Fishbach a fait vibrer le parvis de l’Hôtel de ville.

Rover


Révélé en 2012 sur la scène du Fnac Live, Rover revient cette fois-ci sur la scène du salon. La programmation a un peu de retard, aussi avons nous le temps de nous laisser bercer par la douce voix d’Albin de La Simone. Puis place aux claviers de Rover, qui retentissent dans la magnifique salle de l’hôtel de Ville à la manière d’orgues. Mais sa puissance réside dans sa voix, et surtout sa tessiture ! Aussi à l’aise dans les aiguës vertigineux que dans les graves profondes, Rover joue avec sa tessiture de manière déconcertante (au risque de paraître prétentieux… l’effet Victoire de la musique peut-être ?). Et entre deux morceaux, échange avec le public au sujet des phoques et du commandant Cousteau. Etonnant !

Lire l’interview de Rover

Møme


Remerciements : Victoria Levisse [Cecile Legros]

Catégorie : A la une, Concerts
Artiste(s) : , , ,
Evenement(s) :
Ville(s) :

Une réaction »

  • Isatagada :

    Qu’y a t’il de plus enthousiasmant que les dessins de Kova pour rendre compte d’un concert ? <3<3<3

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins