Chassol à la Gaîté Lyrique

Dans le cadre des D’Days, le festival parisien du design, la Gaieté Lyrique mettait en avant le design sonore au travers d’oeuvres musicales comme celle de Chassol. En effet, les albums du claviériste sont de véritables créations mêlant harmonieusement le son au visuel. Son troisième album, Big Sun, réalisé à la Martinique, compile prises d’image et de son samplées en pleine nature ou sur des marchés… Ses précédentes pérégrinations – notamment Indiamore en Inde – et les bandes-son qu’il a orchestrées lui ont permis de se faire reconnaître du public comme de ses pairs, comme Gilles Peterson ou Laurent Garnier.

Chassol

La Gaieté Lyrique est donc bien garnie et exulte lorsque Chassol et son batteur se checkent en arrivant sur scène. Ils se positionnent face à face dans la pénombre, de chaque côté de l’écran géant. Des oiseaux y font rapidement leur apparition, et leurs gazouillis sont petit à petit harmonisés par le pianiste, sur le bien nommé ‘Birds‘. Dès les premiers instants, on se retrouve projetés aux Antilles, accaparés par les ambiances sonores et par les paysages qui défilent en très grand format, tel des samples vidéos de vie locale.

Ici ou là des insulaires chantonnent, sifflotent comme des oiseaux sur le très groovy ‘Pipornithology‘, ou encore rappent et dansent lors d’un carnaval… Tout ce beau monde traverse l’écran en symbiose avec les claviers de Chassol, la batterie ne se découvrant encore qu’avec parcimonie. Mais au bout de quelques minutes, les boucles se font de plus en plus rapide et la rythmique parfois s’affole. Le maître-mot est la synchro : certaines images sont mises en boucles, et parfaitement accolées aux claviers joués en live.

Carrément en immersion, le public réagit au quart de tour durant chaque légère respiration ou après un spectaculaire break de batterie. Le dialogue est intense entre les synthés Rhodes, la batterie, les images, et le public. C’est un peu ça, l”Ultrascore’, comme le nomme Chassol. On navigue entre jazz, musique contemporaine et traditionnelle, dans ce film sans chant en direct, mais fait de sons de la vie.

Chassol confirme avec ce troisième album qu’il est un artiste qui compte : l’expérience sensorielle est aussi convaincante qu’avec Indiamore. Le plus fort, c’est qu’après le concert, les images reviennent à l’écoute du disque chez soi. D’ailleurs, c’est un générique qui conclut le concert, comme pour confirmer qu’on vient de voir un vrai long-métrage. Effectivement, on s’est senti comme au cinéma.

Réclame

Big Sun, le troisième album de Chassol est paru chez Tricatel
Chassol sera en concert le 11 juillet à Arles, le 25 juillet à Bruxelles, le 11 septembre au Musée Picasso, le 13 novembre à la Philharmonie et le 25 novembre au Consortium de Dijon


Remerciements : Celine [Tricatel]

Catégorie : A la une, Concerts
Artiste(s) :
Salle(s) :
Evenement(s) :
Production(s) :
Ville(s) :

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins