Eagles of Death Metal au Trianon

Ca fait sept ans que les Eagles of Death Metal n’ont pas sorti d’album mais le fantasque Jesse ‘The Devil’ Hughes est reparti pour une tournée mondiale avec sa bande. Ca n’empêche pas cette nouvelle date parisienne est à guichet fermé. Peut-être pour guetter l’autre membre fondateur, l’hyperactif Josh Homme des Queens of the Stone Age – pourtant rarement de la fête. Mais on espère surtout entendre quelques nouveaux morceaux bien rock’n roll.

Le groupe arrive mollement sur scène : même The Devil l’extravagant semble paisible, saluant tranquillement une bière à la main. Prennent place derrière lui deux batteurs… dont Josh Homme ! Malgré ses nombreux projets, le leader des Queens of The Stone Age a un peu de temps pour s’encanailler avec ses vieux potes ! Présent également, le guitariste Dave Catching qui a souvent participé à QOTSA et qui arbore désormais une énorme barbe blanche à la ZZ Top tombant sur sa Gibson Flying V.

Rares sont les groupes ayant autant de gueule : marcel moulant, muscles saillants, tatouages à profusion, moustache de berger briard, Jesse Hughes entame alors l’intro bluesy-crado d’un de ses premiers titres, ‘Bad Dream Mama’, enchaîné avec les riffs bien lourds et dansants de ‘Don’t Speak’, puis de ‘Cherry Cola’. La foule est déjà folle grâce à ces imparables singles générateurs de grosse patate.

Comme sur ‘Complexity’, The Devil lâche parfois sa guitare pour quelques titres en pur frontman, avec ses mimiques un tantinet efféminées. Le chanteur nous parle régulièrement en se marrant, et présente ses musiciens par leurs surnoms, notamment « Baby Duck » pour Josh Homme ( !) Les tubes s’enchaînent, tout comme les slams de certains spectateurs surchauffés, et les danses de certaines fans déguisées en diable, surtout sur les énormes ‘I Wanna Be in LA’ et ‘Miss Alissa’.

Enfin, le seul nouveau titre s’immisce et Hughes demande de l’indulgence s’il se trompe… mais c‘est tellement le bordel dans la salle qu’on n’y aurait vu que du feu ! Sur la reprise avec jeu de mot ‘Stuck in the Metal (with you)’ et ‘I Want You So Hard’, ça danse de partout les bras en l’air, même au balcon. Et pour le rappel, Jesse Hughes commence en douceur, seul à la guitare sur ‘Midnight Creeper’, jusqu’à ce que ses acolytes le rejoignent pour envoyer un énergique et crasseux hommage aux Rolling Stones avec ‘Brown Sugar’. Le final sera apocalyptique avec ‘I Only Want You’ et ‘Speaking in Tongues’.

Mine de rien, les Eagles of Death Metal ne sont pas que des grandes gueules charismatiques. Josh Homme a été discret mais tout en finesse et précision, et Jesse Hughes n’a rien perdu de sa folie et son aura de leader. On aurait aimé davantage de nouveaux titres, mais l’essentiel est là : on s’est pris une déflagration de bons gros riffs saturés et d’accrocheuses mélodies rock’n’roll qui fleurent bon la Californie.

YouTube Preview Image

Réclame

Eagles of Death Metal se prépare à sortir un nouvel album en octobre, Zipper Down, sur lequel ils vont recycler des titres de l’album Honkey Kong de Boots Electric paru en 2011 (un flop) et une reprise de Duran Duran.
Les Eagles of Death Metal seront aux Eurockéennes de Belfort, au Open’er festival en Pologne, au Exit festival en Serbie, puis après une tournée américaine, reviennent à Paris pour un Bataclan le 13 novembre 2015.




Catégorie : A la une, Concerts
Artiste(s) : , ,
Salle(s) :
Production(s) :
Ville(s) :

Une réaction »

  • Pourquoi continuer ? - Le Transistor | Le Transistor :

    […] a tous pensé « et si c’était moi ? ». Et si j’avais obtenu le pass photo pour notre reporter Spud. Et s’il n’y avait pas eu le festival des inRocKs à cette période. Et si […]

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins