We Are Scientists

Les We Are Scientists sortent leur nouvel album le 7 juin. Si Barbara est leur quatrième album studio, ils ont surtout été connus en 2005, avec l’album With Love and Squalor et son single ‘Nobody Move, Nobody Get Hurt’, qui surfait la vague ‘indie brit’. Qu’ont-ils de plus que tous ces Athlete, The Bravery, The Feeling ou autres The Others ?

La première chose qui frappe, c’est la personnalité décalée du groupe… il s’agit d’être paré à toute éventualité. Dernière interview de la journée, ils se détendent et ouvrent le champagne pour fêter l’anniversaire de Keith – ça commence bien !

We Are Scientists

We Are Scientists

Ils semblent bien à l’aise dans une routine : Chris récite, Keith répète chaque fin de phrase : « Barbara, c’est le prénom qu’on a choisi pour représenter toutes les femmes. Cet album, c’est notre lettre d’amour à toutes ces femmes. A toutes les femmes de la terre, personnellement. Toutes et n’importe lesquelles ! Toutes formes et tous caractères confondus. »

Les paroles sont plus positives que sur les albums précédents. Keith s’explique : « L’idée, sur cet album, était d’être plus léger, de s’amuser… De le faire ressentir comme un album agréable, et de faire ressortir le plaisir qu’on avait pris à l’écrire. J’essaie de me plaindre un peu moins, parce que c’est quelque chose que je fais souvent, et pas seulement au travers des paroles.
Chris : C’est un bébé.
Keith : Ce soir en repensant à la conversation, je vais me plaindre parce que vous étiez méchants avec moi tous les deux !
Chris : D’ailleurs, demain, il va sûrement se battre avec quelqu’un dans un bar à cause de cette conversation – il risque de tuer quelqu’un !
Keith : Certains vont être passif-agressifs pendant un an, alors que moi, je tue quelqu’un et c’est bon !
Chris : Oui, c’est plus sain. »

Keith est parti s’isoler à Atlanta pour pouvoir se consacrer aux paroles. « Je voulais pas rester seul, parce que sinon, c’était clair que j’allais passer mes journées à pleurnicher. Mais les amis chez qui je séjournais étaient en train d’enregistrer un album à cette période, donc leurs journées étaient chargées. La journée, j’écrivais et le soir on sortait. En fait, c’était pour échapper à la vie trépidante d’un VIP à NYC. Parce qu’à peine on se remet de la gueule de bois vers 14h que la soirée commence aux alentours 17h… Ca laisse pas beaucoup de temps à la création. A Georgia, il est inacceptable de faire son jogging après 6h. Donc tous les jours, à 6h tapantes, je partais pour 14 miles. Ca fait environ 140 km, ça prenait énormément de temps ! »

Indissociables de cette scène ‘indie brit pop’, ils ont plus de succès en Grande Bretagne. « Je pense pas que ce soit du à notre humour. Je pense que notre musique a été appréciée bien avant que notre personnalité n’ait été associée à notre campagne de communication. On s’est juste trouvés mêlés à une scène musicale qui se trouvait être populaire en Grande Bretagne – mais moins aux USA. C’est pour ça qu’on a été plus programmés. » Pourtant ils ont même une série, ‘Steve wants his money’ diffusée uniquement sur MTV UK. « C’est parce qu’on jouit d’une petite célébrité en Grande Bretagne que MTV s’est senti à l’aise en nous programmant. Aux USA, les gens n’ont aucune idée de qui on est, ça leur aurait été difficile de se plonger dans notre univers. »
Cette série est sûrement un bon moyen de diffuser leur musique, comme les Flight of the Conchords. « En fait, on a eu du mal à obtenir les licences pour nos propres chansons parce que le label Virgin a disparu et qu’on a rompu notre contrat avec EMI – la santé de l’entreprise nous inquiétait. Mais pour cet album, les chansons nous appartiennent, donc on est en pourparlers avec MTV pour faire une nouvelle saison. Et là nos chansons seront en boucle sur la bande son. »

YouTube Preview Image

Le clip de ‘Rules Don’t Stop‘ rappelle fortement ‘WTF?’ d’OK Go. « On veut que les gens regarde nos clips, mais on est pas dans la même intention qu’Ok Go à essayer d’exploiter la forme unique du clip…
Keith : J’aime les vidéos d’OK Go, mais elles sont surtout basées sur la réalisation et ses difficultés d’exécution. Il faut le faire avec une choré et en une seule prise, c’est pour ça qu’elles sont super intéressantes à regarder. Mais de notre côté, on se fout de la performance, on veut juste qu’elles soient distrayantes, comme celle de ‘Nice Guys‘.
Chris : On se base plus sur des gags, qu’on aurait préparés à l’avance. En fait, quand tu regardes un clip d’OK Go, tu te demandes à quel point ça a été compliqué, les répétitions pour la choré, blablabla… Pour les notres, c’est pas super dur à réaliser, mais elles sont plus drôles.
Keith : Comment oses-tu comparer nos clips à ceux du groupe le plus connu probablement au monde pour ses clips dans l’histoire des clips !
Chris : Remarque, maintenant qu’on a analysé la situation, on comprend pourquoi ils ont 6 millions de vues et nous 6 000… »

Pour la tournée de Brain Thrust Mastery, ils ont organisé des séminaires : « En fait, on faisait une tournée avec Kaiser Chief et notre label cherchait un moyen de promouvoir l’album à paraître, en plus des premières parties. Ils nous ont proposé de faire une sorte de tournée des universités pour des sessions Questions/Réponses. On a refusé parce qu’on avait aucune envie de se retrouver cuisinés par des étudiants tous les jours pendant deux heures. On avait fait ça une année avec NME, à Reading et Leeds, et on pensait que ce serait hilarant mais on a fini par en détester chaque minute.
Chris : Mais c’était hilarant. On a divulgué pas mal de secrets lors de ces sessions…
Keith : C’est là qu’on a suggéré une sorte de conférence qui a tourné en séminaire de recherche d’épanouissement personnel, écrit par nous… C’est devenu le Brain Thrust Mastery et on a nommé l’album d’après ces conférences.
Chris : Je pense pas que ça nous ait aidé à vendre un seul album, mais ça a sauvé des vies.
Keith : Remarque, comme y’avait pas de musique, c’était pas super un outil de promotion…
Chris : Nous on s’est bien marrés, et c’était intéressant parce que ça avait l’air terrifiant… Un nouveau type de performance : uniquement nous deux sur une estrade avec un power point qu’on avait du écrire une semaine avant à peine…
Keith : Les étudiants étaient déçus qu’il n’y ait pas de musique… On nous avait sûrement mis en garde, mais on a pas voulu écouter…
Chris : C’est surtout qu’on les a pas compris avec leur accent britannique ! »

YouTube Preview Image

Remerciements : Jérémy (PIAS)

Catégorie : Entretiens
Artiste(s) :

6 réactions »

  • Steflevrailuniq :

    Le meilleur groupe de pop. Point. Les mecs sont beaucoup trop loin. <3 <3 <3

  • Steflevrailuniq :

    D’ailleurs 7 ou 8 albums??? J’en compte que 3 avec celui-là, le reste c’est des Ep, des compil’ de b-sides…

  • ZiKomAgnes (author) :

    Ah oui, effectivement, j’ai fumé du crack là…

  • Tweets that mention We Are Scientists | Le Transistor -- Topsy.com :

    […] This post was mentioned on Twitter by steflevrailuniq, Le Transistor. Le Transistor said: [Article] We Are Scientists – http://bit.ly/bbqbJA […]

  • Près De Chez Toi – Gagnez des places pour Spoon le 15 novembre à l’Elysée Montmartre ! | Le Transistor :

    […] ici et là, mais le seul groupe qui motive, c’est les We Are Scientists à la Flèche d’Or. Le Transistor les a interviewés et @steflevrailuniq affirme que ce sont des génies. Donc tout est dit ! Ou alors y’a Pollux From […]

  • We Are Scientists à la Maroquinerie - Le Transistor | Le Transistor :

    […] à leur habitude, le concert tourne rapidement au stand-up comedy – rappelant parfois le duo Flight of the Conchords-, entrecoupé de morceaux qui donnent envie de danser. On en oublierait presque que c’est […]

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins