Drenge à la Flèche d’Or

En 2013, Drenge sortait son premier album. Eponyme, il était blindé de brûlots chargés d’énergie punk. Deux ans plus tard, le duo britannique revient armé d’un bassiste, afin de muscler ses piles électriques avec plus de stoner, tout en gardant des envies pop. Le résultat sur ce bien nommé Undertow (littéralement « à contre-courant ») est prenant, saisissant… Le Transistor est donc allé à la Flèche d’Or pour éprouver le vertige d’un live des deux frangins Loveless.

Le jour n’a pas dit son dernier mot quand le groupe monte sur scène. Le désormais trio part sur ‘Running Wild’ aux pêches de batterie metal sur une bonne couche noise. Malheureusement la salle est un peu vide, mais Drenge ne se laisse pas démonter et passe la troisième avec ‘Side by Side’. Bientôt, Rory Loveless commence à s’emballer derrière ses fûts sur l’abrupte ‘Gun Crazy’, issue de leur premier album. Des cris de la foule tentent de percer le mur du son, mais en vain.

L’obsessionnelle ‘Nothing’ tourmente la salle, puis ‘The Snake’, criante de Nirvana installe le set, jusqu’à l’énergique single du premier album ‘Backwaters’. Eoin Loveless tente trois mots de français, mais renonce rapidement et retourne à son rock réverbé avec ‘We Can Do What We Want’, leur tout nouveau single. Les morceaux s’enchaînent, mais on ne retrouve pas le son imposant de leur nouvel Undertow. Manifestement, le groupe a voulu adapter son set pour le live.

Soudain, comme si épuisés de foncer tête baissée l’un contre l’autre, les guitaristes basculent sur de longues plages prenantes, avec ‘Undertow‘. Les brisures de rythme reprennent ensuite le dessus avec ‘Never Awake‘, en contraste avec la légère ‘Face Like A Skull‘ qui commence à faire danser. Puis Drenge prend de court avec la très intimiste ‘Fuckabout‘, que Eoin finit en crachant presque ses poumons. Et pour finir en beauté, ce sera le doux poison ‘Let’s Pretend‘ comme chant du cygne.

Les Drenge ne sont pas forcément talentueux, mais ils semblent poussés par l’énergie adolescente, de celles qui rendent euphorique et la seconde d’après font contempler un suicide comme un geste romantique.

YouTube Preview Image

Réclame

Undertow, le deuxième album de Drenge, est paru chez PIAS.
Drenge seront en concert à Dour, au Cabaret Vert, et à Reading/Leeds.


Remerciements : Yann [PIAS]

Catégorie : A la une, Concerts
Artiste(s) :
Salle(s) :
Production(s) :
Ville(s) :

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins