Journée Pascal

Pas plus tard que ce matin, Georges Moustaki est mort. C’est triste. On ne peut pas le nier, perdre un grand artiste français est triste. Même si pour ma part je ne connaissais que quelques chansons. Alors sur les réseaux sociaux d’abord, puis un peu partout, les communiqués, les e-larmes et autres hommages pleuvent comme s’ils en pleuvaient. Les twittos parlent du meilleur chanteur de tous les temps (jusqu’au prochain mort) et les politiques trouvent des adjectifs non utilisés pour les 10 dernières morts artistiques. Et lisent deux trois fois la bio Wikipédia au cas où on leur poserait une question. Éventuellement ils s’inventent une anecdote à raconter. C’est bien les anecdotes.

negre

Au milieu de ça, le médiatique Pascal Nègre jamais avare d’un petit mot, fait son RIP de circonstance et annonce maladroitement -comme quelques jours auparavant avec Dutilleux- que le catalogue de Moustaki est chez Universal.

Twitter s’indigne.

Pourtant, il semble évident que jamais un tweet de Pascal Nègre ne fera vendre un album. Pire, les tops albums post-mortem montrent que le public achète, de facto, en masse les œuvres des artistes après leur disparation (il suffit de voir les ventes de Michael Jackson ou d’Amy Winehouse). Et quand bien même. Oui. Quand bien même Pascal Nègre afficherait sur Twitter quelques heures après l’un mort d’un de ses artistes qu’il vend ses albums. Quel serait le problème ? Il est chef d’une entreprise dont c’est le métier. Alors oui, on pourrait parler de morale, d’éthique, de conscience. Sans doute.

Mais quelques heures avant lui, nombreuses publications ont eu lieu sur plusieurs sites internet de grands médias avec la mention “Plus d’informations à venir” ou avec un article d’une ligne. Dans le but d’informer ? Non. Dans le but d’avoir la première page annonçant la mort de Moustaki, dans le but d’être numéro 1 dans Google, dans le but de drainer du trafic, dans le but d’avoir de plus grosses statistiques mensuelles, dans le but de vendre plus des publicités plus chères. En voila une pratique morale, éthique, consciencieuse.

Puis arrive l’indignation sur Twitter. Ceux qui se sont auto proclamés influents et de gauche et qui tapent sur tout ce sur quoi il fait bon taper. Les mêmes qui ne sont pas avares d’un bon jeu de mot pour obtenir quelques RT et faire croître leur e-influence. Les mêmes aussi qui tapinent auprès d’une agence pour une place de concert et suce les attachés de presse pour un DJ set cannois. Parfois même, confession entendue, pour des artistes dont ils n’ont jamais entendu parler ou qu’ils n’ont jamais écouté. Simplement parce que c’est cool et hispter d’y être. Les mêmes influents qui, dans leurs blogs ou leurs médias, surfent sur tous les ramdams journaliers afin de rameuter foule autour d’eux et de se donner un peu plus d’importance. Pour se vendre. Mais ça c’est pas choquant.

Et la machine dite médiatique s’emballe, pour reprendre un poncif du milieu.. Des médias qui font de l’actu avec des réactions à des réactions. Le Huffington Post qui écrit que “Pascal Nègre surfe sur la mort de Moustaki pour faire la promo d’Universal” mais qui surfe sur la polémique sans que, pour le coup, ça ne semble gênant. Puis arriverons les hommages radiophoniques et télévisuels qu’il fera bon de regarder pour être dans le coup. Et on dira qu’on est ému. Qu’on a vu son dernier concert. Qu’on a adoré son dernier disque… Chacun ira de son personal branling, jusqu’à ce journaliste de RTL annonçant fièrement que l’agent de Moustaki lui a confirmé à lui personnellement que Georges était mort. A 4H50.

Et ça sera au tour des nécros déjà prêtes depuis des semaines, voire des années, les quadruples pages dans Match avec témoignages d’une ex femme, d’un ami et d’un voisin. On trouvera ça émouvant et magnifique. On dira que ce sont des hommages fantastiques, oubliant que les torches cul font ça que pour augmenter leurs tirages en espérant vendre quelques pubs en plus pour retarder la mort probable de leur business.

Et moi je pense à mon ami Thierry Cadet, qui a monté le Prix Georges Moustaki, qui l’a remis 3 ans de suite à Melissmell, Vendeurs d’Enclumes et Askehoug sans que jamais un pseudo influent ne bouge son cul pour en parler. Jamais. Pas un seul article chez Emery Doligé qui s’est pourtant soudainement découvert une passion pour Moustaki. Toutes façons on s’en fout, c’est bientôt au tour d’Aznavour et de France Gall.

Post scriptum

J’ai chourré la photo. Fuck HADOPI.




Catégorie : Editoriaux
Artiste(s) :

12 réactions »

  • AlexTwist :

    j’en pense que Melissmell est à la musique ce que Pascal Nègre est à l’industrie du disque

    à part ça analyse intéressante

  • Paule :

    et cet artcicle utilise l’évenement Moustaki pour se placer au dessus de tout le monde “moi j’ai tout compris”. haters de haters c’est tellement prévisible.

    Le metier de Pascal c’est de gerer une entreprise, pas de faire de la pub. Que les journaux et le web fassent des nouvelles sur Moustaki c’est nornal, ils font du fric sur les évenements, que universal sortent des best of c’est ça son créno mais qu’un chef d’entreprise écrivent “Ses plus grands succès sont chez Universal!” c’est quand même une grosse bourde. Il n’y a pas de fierté d’avoir édité sa musique, pas de “il faisait parti de notre maison” non il y a bien ce message “nous possedons ces tubes”.

    On peut surtout entendre ici “un grand type est mort, mais on vend toujours son produit” or on sait très bien que c’est la pub la plus inutile du monde, très peu de personne vont vérifier si le cd est d’universal mais ils iront forcement l’acheter. En gros Pascal nous annonce directement qu’on va faire tourner la machine en y allant. Voilà ce qui est drôle !

  • Eultonio :

    Hé mais je vous reconnais ! Vous êtes le gars qui se proclame bien fort hors du buzz pour dénoncer le buzz (mais tout en postant tout ça sur FB) ! C’est GE-NIAL. Il aurait été plus logique d’aller sur G+. Là, ça aurait vraiment été une posture à contre-courant.
    Cheers,

  • jerry ox :

    Et bang ! Au début de ma lecture j’étais un peu choqué par vos propos incisifs et puis …j’ai , peu à peu trouvé votre analyse (bien que rude) finement avisée .

  • TataYoyo :

    Otez-moi d’un doute, j’espère que Aznavour et France Gall sont chez Universal

  • Ben :

    j’en pense que Pascal Nègre est à l’industrie du disque ce que Katsuni est à la cuisine Iranienne.

  • isabelle :

    Ce que j’en pense ? Moustaki c’était mon adolescence, mon deuxième concert, etc… et que pour le prochain prix Georges Moustaki, ton ami Thierry Cadet pourrait le décerner à Soan ?

  • Théo :

    J’suis d’accord avec la critique des média, mais j’trouve toujours que le tweet est scandaleux de la part d’un homme de son importance…
    A lui seul il vient encore un fois de faire passer les PROFESSIONNELS de la musique pour des charognes…

  • rose-marie :

    je pense qu’il a juste voulu dire , qu’un artiste de sa boîte était mort. Arrêter d’en faire tout un plat !
    Je crois que c’est aussi simple que ça .

  • agnes :

    y a manière et manière, non ? t’es pas obligé de transformer ton hommage en outil marketing !

  • Journée Pascal | Quo Vadis ? :

    […] [Voir la suite sur LeTransistor] […]

Et toi t'en penses quoi ?

Plugin from the creators of iPhone :: More at Plulz Wordpress Plugins